Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉPIGENÈSE

Articles

  • PRÉFORMATION ET ÉPIGENÈSE

    • Écrit par Maria Teresa MONTI
    • 6 746 mots
    • 7 médias

    Selon le dictionnaire Le Robert, la préformation est « une des deux théories biologiques en lutte aux xviie et xviiie siècles, selon laquelle l’organisme vivant est complètement constitué dans le germe ». Son opposé est l’épigenèse, « théorie selon laquelle un embryon se développe par différenciations...

  • CERVEAU HUMAIN

    • Écrit par André BOURGUIGNON, Cyrille KOUPERNIK, Pierre-Marie LLEDO, Bernard MAZOYER, Jean-Didier VINCENT
    • 12 782 mots
    • 9 médias
    L'épigenèse c'est, pour chaque élément de l'organisme et pour l'organisme entier, le choc avec l'environnement. Quelque élaboré que soit le programme génétique, il ne peut pas tout prévoir, car il ne sait rien de ce que le sujet va être amené à rencontrer.
  • ÉPIGÉNÉTIQUE

    • Écrit par Pierre-Antoine DEFOSSEZ, Olivier KIRSH, Ikrame NACIRI
    • 5 994 mots
    • 4 médias

    Le terme « épigénétique » est utilisé en 1942 par le généticien Conrad Hal Waddington pour définir ce qui est littéralement « au-dessus de la génétique ». La génétique, selon la définition qu’en a donnée William Bateson en 1905, est quant à elle la science de la transmission...

  • ÉVOLUTION

    • Écrit par Armand de RICQLÈS, Stéphane SCHMITT
    • 15 123 mots
    • 10 médias
    ...au moins en partie, avec l'émergence du transformisme moderne. En 1745, Pierre Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759) prône un retour à la théorie de l'épigenèse, c'est-à-dire d'un développement embryonnaire progressif à partir d'un substrat indifférencié, et, parallèlement, il pose clairement la question...
  • ÉVOLUTIONNISME

    • Écrit par Hubert FAES
    • 1 255 mots
    ...enveloppée. Mais les progrès de l'embryologie au xviiie siècle ont conduit à renoncer à cette interprétation préformationniste pour adopter une conception épigénétique du développement du vivant, comme l'a montré Georges Canguilhem (1904-1995) en étudiant ce qu'il appelle la réformation...
  • EMBRYOLOGIE

    • Écrit par Maurice PANIGEL, Josselyne SALAÜN, Denise SCHEIB, Jean SCHOWING
    • 13 279 mots
    • 19 médias
    ...du germe d'œuf de poule, Harvey constate que l'embryon se forme progressivement, partie après partie : ce processus est interprété par la théorie de l' épigenèse. Une autre théorie, celle de la préformation, supplante provisoirement la précédente, grâce à l'utilisation du microscope qui, en 1677, permet...
  • FINALITÉ

    • Écrit par Raymond RUYER
    • 6 624 mots
    Toute action finaliste est épigénétique, c'est-à-dire créatrice de formes. Le travail d'« implication », dans le temps et l'espace, est lié à ce caractère épigénétique de la finalité. Une œuvre finaliste en cours va se différenciant de plus en plus, au sens propre du mot. Il y apparaît (épi-genèse)...
  • PANDER CHRISTIAN HEINRICH (1794-1865)

    • Écrit par Stéphane SCHMITT
    • 1 036 mots
    • 1 média
    Ce travail de Pander venait donc démentir la théorie de la préformation et confirmer celle de l’épigenèse selon laquelle le développement embryonnaire s’effectuait de manière progressive et les différentes structures apparaissaient graduellement. La principale difficulté était de concevoir le moteur...
  • PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

    • Écrit par Michel HUTEAU
    • 4 678 mots
    Les effets du milieu, nécessaires au développement du cerveau (épigenèse), ont été analysés indépendamment de toute préoccupation relative à l'hérédité. L'étude des enfants placés dans des institutions a permis de repérer les conditions d'accueil les plus souhaitables et les plus négatives pour leur...
  • VARIATION, biologie

    • Écrit par Jean GÉNERMONT
    • 9 380 mots
    • 2 médias
    ...précoce. On a montré en outre que la structure même de certaines parties du système nerveux, et donc son fonctionnement étaient modulées par les conditions de vie.Ces résultats ont conduit une autre école, dite épigénétiste, à attribuer au contraire la plus large part aux composantes acquises.