ÉPIGÉNÉTIQUE ET THÉORIE DE L'ÉVOLUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chatte au pelage « écaille de tortue »

Chatte au pelage « écaille de tortue »
Crédits : Teekevphotograph/ Shutterstock

photographie

Conrad Waddington

Conrad Waddington
Crédits : American philosophical society/ SPL/ AKG

photographie

Paysage épigénétique selon Waddington

Paysage épigénétique selon Waddington
Crédits : Conrad H. Waddington/ D.R.

photographie

Fleurs Linaria vulgaris de formes très différentes

Fleurs Linaria vulgaris de formes très différentes
Crédits : John Grimshaw

photographie


Le terme « épigénétique » est aujourd’hui très en vogue, aussi bien dans la littérature spécialisée que dans la presse de vulgarisation. On y associe souvent une connotation hétérodoxe et polémique, l’épigénétique étant vue comme marquant les limites de la génétique et de la théorie darwinienne de l’évolution (théorie synthétique). À ce sujet, certains parlent même d’un retour possible du lamarckisme, l’hérédité des caractères acquis se trouvant légitimée par les connaissances moléculaires actuelles.

Cet article propose une clarification de cet aspect : dans quelle mesure l’hérédité épigénétique transgénérationnelle oblige-t-elle à repenser la théorie de l’évolution ? Cette forme d’hérédité englobe tous les mécanismes non génétiques (qui ne modifient pas la séquence des nucléotides de l’ADN) permettant le maintien de certaines caractéristiques au cours des générations. En règle générale, il s’agit d’une hérédité bien moins stable que l’hérédité génétique classique, et qui tend à s’estomper au bout de quelques générations seulement. Néanmoins, son existence pourrait quand même avoir des conséquences sur la façon dont il faut expliquer la transformation des espèces. Avant d’aborder cette question difficile et ouverte, la première partie de cet article est consacrée à l’examen de la polysémie du terme « épigénétique », qui n’est pas pour rien dans la complexité des débats actuels. Il s’agira ensuite de bien distinguer la question d’un retour du lamarckisme de celle de la modification possible de la théorie synthétique, afin de ne pas se tromper sur les raisons qui font que cette dernière pourrait effectivement être à revoir.

Chatte au pelage « écaille de tortue »

Chatte au pelage « écaille de tortue »

photographie

Certains félins, presque exclusivement des chattes, ont le pelage couleur « écaille de tortue ». Cet aspect de la fourrure est dû à l'effet de l'inactivation d'un chromosome X sur les mécanismes complexes de formation des pigments du pelage. 

Crédits : Teekevphotograph/ Shutterstock

Afficher

Pluralité du concept d’épigénétique

L’épigénétique est, depuis la fin des années 1990, un domaine de recherche florissant impliqué dans l’étude de phénomènes biologiques divers tels que la différenciation cellulaire et le développement, le métabolisme, les mécanismes d’hérédité, l’évolution, l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteur en épistémologie et histoire des sciences, chercheur au centre Cavaillès, École normale supérieure, professeur agrégé de sciences de la vie et de la Terre
  • : chargée de recherche au CNRS, Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent LOISON, Francesca MERLIN, « ÉPIGÉNÉTIQUE ET THÉORIE DE L'ÉVOLUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique-et-theorie-de-l-evolution/