NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'intérieur du vaste mouvement philosophique que l'on désigne globalement sous le nom de néo-platonisme et qui se développe du iiie au vie siècle après J.-C., on distingue des écoles diverses. Fondé à Rome par Plotin, qui y enseigne de 245 à 270, et maintenu vivant sur place par Porphyre et ses successeurs (dont plusieurs passèrent au christianisme, par exemple Marius Victorinus), le néo-platonisme se répandit d'abord en Asie Mineure et spécialement à Apamée et Antioche, où enseigna Jamblique. Celui-ci réussit à amalgamer la métaphysique plotinienne et les théories et pratiques de la théurgie en vogue dans l'Orient grec. Cette synthèse fournit à l'empereur Julien l'Apostat une base doctrinale pour le renouveau de religion païenne qu'il tenta de faire triompher sous son règne (361-363). De cette école syrienne sortirent deux rameaux d'inégale valeur : d'une part, l'école de Pergame, franchement adonnée à la magie et délaissant entièrement le vieux rationalisme grec, et, d'autre part, l'école d'Athènes, qui parviendra à se greffer sur la souche de l'antique Académie de Platon au début du ve siècle. À peu près au même moment, un autre rejeton paraîtra à Alexandrie, et cette école survivra même à celle d'Athènes pour faire passer au monde arabe vers la fin du vie siècle tout le capital du néo-platonisme.

La tradition philosophique

Depuis Platon, une succession ininterrompue de philosophes assurait à Athènes l'administration de l'école du Maître et l'enseignement du platonisme. Modestes au départ, les biens de l'Académie étaient devenus considérables par les legs de nombreux anciens élèves. Au ve siècle, les « diadoques » platoniciens disposaient d'un capital qui produisait plus de mille nomismata par an : une petite fortune. Le site de l'Académie, qui avait été dévasté par les invasions de 267, n'était probablement plus très utilisé, et l'enseignement se donnait dans une grande maison située au sud de l'Acropole et comportant un auditorium privé.

Le fonctionnement de l'Académie au cours du ive siècle est mal connu. Aucun nom ne nous est parvenu, mais nous savons que l'enseignement de la philosophie platonicienne était assuré. L'empereur Julien, Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze vinrent y étudier. Vers la fin de ce siècle, deux philosophes d'Antioche, appartenant à l'école néo-platonicienne de Syrie, résidaient à Athènes et devaient y enseigner à côté de l'Académie.

C'est par eux sans doute que le philosophe Plutarque d'Athènes avait été initié au néo-platonisme, lorsqu'il devint diadoque à l'Académie probablement au début du ve siècle. Avec lui, le néo-platonisme entrait à l'Académie et allait devenir le mouvement philosophique le plus important de la fin du paganisme.

À partir de Plutarque, on possède la liste complète des diadoques platoniciens jusqu'à la fermeture de l'école par Justinien en 529. Cette liste s'établit comme suit : Plutarque ?-432, Syrianus 432-437, Proclus 437-485, Marinus 485- ?, Isidore ?- ?, Zénodote ?-495 et Damascius 495-529.

Les dates de 437 et 495 sont hypothétiques. La date de 437 pour la mort de Syrianus repose sur le fait qu'il était déjà mort lorsque Proclus acheva son commentaire sur le Timée (439). Celle de 495 est la date approximative de la Vie d'Isidore par Damascius, et l'on peut penser que ce dernier écrivit cet éloge de son prédécesseur au moment où lui-même devint diadoque de Platon. Au surplus, nous n'avons aucune indication sur les productions d'Isidore et de Zénodote, peut-être parce qu'ils furent trop peu de temps en charge pour publier leurs cours.

Le programme des études dans l'école néo-platonicienne d'Athènes était organisé de la façon suivante : pendant deux ans on lisait tout Aristote, ensuite on étudiait les dialogues de Platon, enfin on montrait l'accord entre la théologie platonicienne et les écrits orphiques ou les oracles chaldaïques, considérés comme une écriture sainte. Les dialogues de Platon étaient lus dans un ordre déterminé par la pédagogie : Alcibiade, Gorgias, Phédon, où l'on trouvait les éléments de l'éthique ; Cratyle et Théétète, qui fournissaient les rudiments de la logique ; Sophiste, Politique, d'où l'on extrayait la physique de Platon ; Phèdre et Banquet, qui introduisaient à la théologie ; le tout culminait dans le Philèbe et était entièrement repris dans les deux dialogues qui résument toute la philosophie de Platon, le Timée pour la science de la nature, le Parménide pour la théologie. Les étudiants étaient soumis à un enseignement intensif. De Proclus, Marinus nous dit que « le même jour il donnait cinq classes d'exégèse, parfois même plus, écrivait le plus souvent ses sept cents lignes quotidiennes environ, allait en outre visiter les autres philosophes et conversait avec eux, et le soir donnait encore d'autres leçons qui n'étaient pas mises par écrit, et tout cela, après ses longues vigiles d'adoration la nuit et entre ses triples prosternations devant le soleil, à son lever, à son midi, et à son coucher ». Voilà le programme d'une vie universitaire extrêmement active !

Pendant le ve siècle, ce fut l'école d'Athènes qui domina tous les autres centres intellectuels, en particulier Alexandrie : les professeurs qui animaient le Musée d'Alexandrie furent pour la plupart formés à Athènes. Hiéroclès fut le disciple de Plutarque, Hermias, l'élève de Syrianus, et le célèbre Ammonius suivit l'enseignement de Proclus qui, par son intermédiaire, exerça une énorme influence sur l'école d'Alexandrie.

Pour essayer de caractériser le rôle de l'école d'Athènes dans le développement du néo-platonisme, on peut dire que cette école représente, après le syncrétisme de l'école syrienne, un retour à l'étude sérieuse des grands textes philosophiques de Platon et d'Aristote, et la construction systématique d'une théologie païenne.

Le retour à l'étude sérieuse des textes philosophiques se voit dans la création d'une forme littéraire nouvelle, celle du commentaire scientifique. Cette méthode consiste à soumettre le texte à une exégèse littérale en le divisant par péricopes et en expliquant tous les mots, c'est la lexis, qui donnera au Moyen Âge la lectio ou la lectura. Puis on reprend les résultats de cette exégèse dans la theoria qui est une expl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Il faut attendre le v e  siècle de l'ère chrétienne pour trouver à Alexandrie une véritable école philosophique, comparable à celle d'Athènes. À ses origines, on rencontre la célèbre philosophe Hypatie qui, avant de connaître une fin tragique, forma des disciples enthousiastes, parmi lesquels le futur évêque Synésius de Cyrène. Vers la même époque, au début du v e  siècle, un enseignement est disp […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de l'Antiquité »  : […] Comme il est arrivé plusieurs fois dans l'histoire de la philosophie, le découragement sceptique et la facilité éclectique ont été suivis d'une vigoureuse renaissance spéculative, dont l'école platonicienne va être le foyer. Certes, les platoniciens du i er  siècle de notre ère, dont le plus célèbre est Plutarque (45-125), ne s'élèvent pas au-dessus d'un dualisme bien-pensant, teinté de religiosit […] Lire la suite

DAMASCIUS (470 env.-env. 544)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 364 mots

Dernier successeur de Platon à la tête de l'Académie, au moment de la fermeture de l'école d'Athènes par Justinien en 529. La critique la plus récente a rendu, à juste titre, au philosophe néo-platonicien qu'est Damascius la paternité de plusieurs ouvrages : nous sommes sûrs maintenant de posséder de lui des fragments d'une Vie de son maître Isidore, des notes d'élèves prises pendant ses propres […] Lire la suite

NÉO-PLATONISME

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 2 998 mots

Dans le chapitre « Esquisse doctrinale »  : […] Ce qui caractérise l'école néo-platonicienne, on l'a dit, c'est qu'elle construit son système en déroulant le jeu dialectique du Parménide. Non que les néo-platoniciens tiennent leur vision du monde de cet unique dialogue. Ils puisent dans l'œuvre entière de Platon ; ils retiennent certaines positions aristotéliciennes, plusieurs thèmes stoïciens et sans doute d'autres sources (par exemple, après […] Lire la suite

PROCLUS (412-485)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 989 mots

Dans le chapitre « Le maître néo-platonicien et ses œuvres »  : […] La source principale de la connaissance de Proclus est sa biographie rédigée par son disciple Marinos. C'est un panégyrique qui insère tant bien que mal les faits et gestes du maître dans la hiérarchie néo-platonicienne des vertus. Proclus n'y apparaît pas seulement comme un sage, mais comme un saint, dont la piété est illustrée par de nombreux prodiges. Proclus est né à Byzance. Mais ses parents, […] Lire la suite

SIMPLICIUS (fin Ve-déb. VIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 251 mots

Philosophe grec néo-platonicien, commentateur d'Aristote, Simplicius fut élève d'Ammonius Hermeiou à Alexandrie et de Damascius à Athènes. Après la fermeture de l'école d'Athènes par l'empereur Justinien (529), il fit partie du groupe de philosophes néo-platoniciens qui partirent pour la Perse demander asile au roi Chosroes Nuschirvan. Dès 533, ils étaient de retour à Athènes, Chosroes ayant concl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri Dominique SAFFREY, « NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-neo-platonicienne-d-athenes/