Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROCLUS (412-485)

Dans la condition historique qui était la sienne, le génie propre de Proclus a conduit le néo-platonisme à ce point d'équilibre qu'on peut appeler classique. Entre la puissance inventive un peu désordonnée de Plotin, qui fonde l'école néo-platonicienne au iiie siècle après J.-C., et l'analyse critique de Damascios, qui est son dernier maître à Athènes au vie, Proclus apparaît comme son grand architecte.

Situation de Proclus

Pour construire sa doctrine, Proclus dispose de matériaux plus abondants et plus divers que ses prédécesseurs. Sa documentation est considérable. Non seulement il hérite d'une tradition philosophique de dix siècles, dominée par le platonisme, à l'intérieur de laquelle les discussions sont vives, mais il se croit obligé d'accueillir des apports religieux qui se multiplient et deviennent plus exigeants au fur et à mesure que le christianisme accentue sa pression. Porphyre, moins réservé sur ce point que son maître Plotin, a entrepris une polémique contre le christianisme. Mais Jamblique, à son tour, reproche à son prédécesseur sa timidité et tente, dans son traité des Mystères d'Égypte, de justifier les antiques traditions orientales, dont sont issus, d'après lui, le pythagorisme et le platonisme lui-même. Désormais, un néoplatonicien doit tenir compte des écrits éclectiques d'Hermès Trismégiste, composés au iie siècle, et du recueil des Oracles chaldaïques, édité par Julien le Théurge vers la fin du ier. Proclus lui-même est curieux de tous les mythes et rites grecs et barbares, au point de se nommer lui-même le « hiérophante du monde entier ». Il accueille donc une théologie, ou plutôt une mythologie très touffue, qu'il interprétera d'ailleurs librement. Il intègre la théurgie, ensemble de signes sensibles opératoires qui prétendent compléter la contemplation par une sorte d'initiation divine. Mais, tandis que Jamblique est plutôt compilateur et théologien, Proclus se préoccupe d'ordonner tous ces éléments à l'intérieur d'un système strictement rationnel.

Cette tâche est immense, si l'on songe que du seul point de vue philosophique le néo-platonisme est déjà fort complexe. Bien entendu, le grand maître, c'est Platon, et le centre du platonisme, c'est le Parménide de Platon. Mais l'école croit pouvoir assimiler sous cette loi de multiples emprunts aristotéliciens et stoïciens (surtout en physique et en logique). Il n'est pas étonnant que les néo-platoniciens soient un peu accablés par une telle richesse, et que Proclus ait de la peine à tisser ensemble tant de traditions hétérogènes. Il en résulte par moments, dans son œuvre, une certaine surabondance ou une excessive subtilité. Toutefois, quiconque aura assez de patience pour dépasser ces défauts trop apparents s'apercevra que Proclus ne manque ni d'esprit de géométrie ni d'esprit de finesse.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MICHEL PSELLOS (1018-1078)

    • Écrit par Denis COUTAGNE
    • 830 mots

    Écrivain byzantin, dont la vie fut agitée, scandée par les remous politiques et ses propres ambitions. Tantôt il prend la défense de Michel Cérulaire, tantôt il l'accuse, selon l'opportunité. Pourtant, peu d'hommes ont joué un rôle aussi important, dans la vie intellectuelle de Constantinople...

  • NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE

    • Écrit par Henri Dominique SAFFREY
    • 1 990 mots
    ...deuxième l'ordre des propriétés successives qui constituent la hiérarchie des dieux. Il suffira ensuite d'identifier ces entités métaphysiques avec les dieux du panthéon grec pour obtenir la Théologie platonicienne. C'est le titre du grand ouvrage deProclus : il exprime l'ambition de toute l'école.
  • NÉO-PLATONISME

    • Écrit par Jean TROUILLARD
    • 2 993 mots
    Proclos, par exemple, a commenté de nombreux dialogues platoniciens. Plusieurs de ces commentaires ont péri, mais on possède ceux de l'Alcibiade, du Timée, du Parménide, de La République, et des notes sur le Cratyle. En outre, les ouvrages plus systématiques du même auteur tels les Éléments...
  • SACREMENTS

    • Écrit par Louis-Marie CHAUVET, Universalis, Jean TROUILLARD
    • 3 801 mots
    Selon Proclos, la divinité nous illumine ou bien par les pensées qu'elle nous inspire, ou bien par les actions qu'elle nous fait accomplir. Celles-ci doivent non seulement représenter, mais faire passer dans nos démarches une fonction constitutive de la générosité divine. En sorte que cette opération...

Voir aussi