DONATELLO (1383 ou 1386-1466)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les reliefs

Tandis que, pour une niche extérieure d'Or' San Michele, Donatello sculpte un imposant Saint Georges (1416) de marbre, d'une attitude martiale, soulignée par les angles que forment la verticale du bouclier et les obliques du bras gauche et de la jambe droite, il réalise pour le socle lui-même un relief figurant le combat du saint contre le dragon. Si le procédé de la sculpture narrative n'est pas original à Florence, la technique utilisée ici est nouvelle par ce premier emploi que fait Donatello du rilievo schiacciato, c'est-à-dire du relief écrasé. C'est ce procédé que Donatello, sa vie durant, développera, sur le marbre d'abord, puis sur la terre cuite ou le stuc peint, sur la pierre dorée, et enfin – et exclusivement – sur le bronze. Du Combat de saint Georges aux ultimes scènes destinées à Saint-Laurent, Donatello ne cesse d'améliorer sa technique : rendre le maximum d'espace par un minimum de relief. En diminuant l'entaille du relief au fur et à mesure des plans successifs, Donatello parvient à intégrer dans chaque scène un ensemble de perspectives linéaires, ce qui lui fournit à la fois le mouvement et la construction architecturale (les trois dimensions sont rigoureusement rendues) ; par ailleurs, il associe à ses progrès dans le travail du bronze, en particulier le non finito, un art du dessin et de la composition, et aussi de la couleur, par l'utilisation de petites surfaces dorées, dans certains reliefs en pierre ou en bronze.

Saint Georges, Donatello

Photographie : Saint Georges, Donatello

Photographie

Donatello (1383 ou 1386-1466), Saint Georges, statue qui ornait une niche de l'église Or San Michele à Florence (ici copie du XIXe siècle, et, Saint Georges et le dragon, bas-relief, marbres. Musée du Bargello, Florence. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Ses premiers reliefs demeurent sereins, malgré quelques audaces de composition comme dans l'Ascension du Christ dont la tête inclinée et le corps assis mais tiré vers le haut traduisent le mouvement ascendant. Après l'étape de la cantoria (tribune des chanteurs de la cathédrale, 1433-1439) et de l'Annonciation de Santa Croce (également à Florence, 1433), où Donatello semble fondre statue et relief, les reliefs suivants – en particulier les séries réalisées pour Padoue (autel de la basilique de Saint-Antoine, 1446-1449) et Saint-Laurent, à Florence [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Le Prophète Habacuc, Donatello

Le Prophète Habacuc, Donatello
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Banquet d'Hérode, Donatello

Le Banquet d'Hérode, Donatello
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Cathédrale, Prato

Cathédrale, Prato
Crédits : Mohsen Ramezanimorad/ Eyeem/ Getty Images

photographie

David, Donatello

David, Donatello
Crédits : Leemage/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DONATELLO (1383 ou 1386-1466)  » est également traité dans :

ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)

  • Écrit par 
  • Philippe LEVANTAL
  •  • 743 mots
  •  • 3 médias

Au début du Quattrocento, divers peintres florentins élaborent un style qui brise avec ce que le Trecento, dominé par Giotto, comportait encore d'empreinte gothique. La conquête, par Masaccio, d'un espace cohérent ouvre la voie à Uccello, à Andrea del Castagno, qui, de manière fort différente, vont accorder la primauté au dessin, au volume monumental, au contour dramatique, aux effets de perspecti […] Lire la suite

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 145 mots
  •  • 6 médias

Ses contemporains, le rédacteur anonyme de sa biographie et Leon Battista Alberti, considéraient le Florentin Brunelleschi comme le premier artiste « moderne » : celui qui rompt la tradition pour retourner aux sources gréco-romaines où il puise une vigueur créatrice. En fondant une technique nouvelle sur l'étude de l'art antique, Brunelleschi a montré que la culture humaniste, loin d'être seulemen […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les inventions du xve siècle »  : […] Ce n'est pas un hasard si la perspective devient un point fondamental de la recherche théorique et de l'expérience pratique. Elle conserve sa valeur mystique : le point de convergence situé à l'infini, ou bien l'œil du spectateur, d'où part un autre réseau de lignes, constituent certainement une capacité créatrice. La difficulté majeure consistant à établir une dégradation correcte des lignes para […] Lire la suite

LE PRINTEMPS DE LA RENAISSANCE. LA SCULPTURE ET LES ARTS À FLORENCE 1400-1460 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 033 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un nouvel espace mental »  : […] S’il est évident que, au Quattrocento (le xv e  siècle italien), les peintres occupent une place centrale dans la création artistique, la sculpture non seulement n’est pas en reste pour le génie et l’invention, mais s’est même située souvent en avant-garde. Pour donner une date au début de la Renaissance, on pense généralement à la fresque de L a Trinité (vers 1427), de Masaccio, à Santa Maria No […] Lire la suite

LE STYLE RUSTIQUE (E. Kris)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 016 mots

Ernst Kris (1900-1957) est un des historiens les plus fascinants de l'« école viennoise » en histoire de l'art. Élève de Julius von Schlosser, Kris est nommé, à vingt ans, conservateur du département de sculptures et d'arts appliqués du musée de Vienne. Historien de l'art profondément original, dont les intuitions furent toujours servies par une parfaite érudition autant que par une connaissance a […] Lire la suite

MANTEGNA ANDREA (1431-1506)

  • Écrit par 
  • Pietro ZAMPETTI
  •  • 2 083 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Padoue et la Renaissance »  : […] Andrea Mantegna est né à Isola di Cartura, petite localité de la Vénétie située entre Vicence et Padoue. Très jeune, il se rendit dans cette dernière ville où il entra dans l'atelier de Francesco Squarcione (1397-1468). Celui-ci était alors un personnage très connu, bien qu'à cette époque tous les aspects de sa véritable nature ne se fussent pas encore manifestés. Squarcione fut collectionneur de […] Lire la suite

MASACCIO (1401-env. 1429)

  • Écrit par 
  • Giovanni PREVITALI
  •  • 3 290 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Masaccio et Masolino »  : […] Masaccio put précocement échapper au système humiliant de l'atelier pour s'installer à son compte. Cela entraîna pour lui des difficultés financières, attestées par les documents. Ce n'est pas là un fait secondaire si l'on veut comprendre la conception nouvelle, individualiste, que Masaccio, en homme de la Renaissance, se fit de son métier d'artiste. Le nouveau statut social du groupe des novateur […] Lire la suite

MICHELOZZO DI BARTOLOMMEO (1396-1472)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 486 mots
  •  • 4 médias

Architecte et sculpteur florentin, Michelozzo di Bartolommeo se forme, très jeune, dans les ateliers de la monnaie de Florence et collabore avec Ghiberti à la première porte du Baptistère, puis au Saint Matthieu d'Or San Michele. Il s'associe ensuite avec Donatello, travaillant notamment à la réalisation des œuvres en bronze dont celui-ci est chargé : le Saint Louis d'Or San Michele, le tombeau […] Lire la suite

NANNI DI BANCO (1390 env.-1421)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 305 mots

Fils d'Antonio di Banco Falco, sculpteur assez obscur mais attaché au chantier du Dôme de Florence, Nanni di Banco fut « immatriculé » à l'Arte di maestri di pietra (corporation qui correspondait à sa spécialité) le 2 février 1405 ; il semble qu'il ait alors atteint tout juste ses quinze ans. Sa précocité fut donc des plus remarquables puisque, dès 1406, il exécuta sous la responsabilité de son p […] Lire la suite

QUESTIONS DE MÉTHODE EN HISTOIRE DE L'ART, Otto Pächt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 265 mots

Dans le chapitre « L'analyse des œuvres d'art comme « conversion du regard » »  : […] Par « questions de méthode », il faut entendre, en revenant au titre de l'édition allemande : « réflexions méthodologiques sur la pratique de l'histoire de l'art ». Des réflexions exprimées à l'origine dans un cours prononcé en 1970-1971 à l'université de Vienne, rassemblées par trois de ses élèves, et qui se présentent au lecteur sous la forme de vingt-cinq petits fragments méthodologiques. Pächt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick OLSSON, « DONATELLO (1383 ou 1386-1466) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/donatello/