ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Boccace, A. del Castagno

Boccace, A. del Castagno
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Portrait équestre de Niccolo da Tolentino, A. del Castagno

Portrait équestre de Niccolo da Tolentino, A. del Castagno
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

David, A. del Castagno

David, A. del Castagno
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Au début du Quattrocento, divers peintres florentins élaborent un style qui brise avec ce que le Trecento, dominé par Giotto, comportait encore d'empreinte gothique. La conquête, par Masaccio, d'un espace cohérent ouvre la voie à Uccello, à Andrea del Castagno, qui, de manière fort différente, vont accorder la primauté au dessin, au volume monumental, au contour dramatique, aux effets de perspective, ne laissant à la couleur que la mission d'habiller un espace essentiellement créé par la toute-puissance des formes.

Andrea del Castagno naquit dans un village du Mugello. Orphelin de bonne heure, berger chez son oncle, il s'adonne spontanément au dessin ; il est remarqué par Bernadetto Médicis, qui l'emmène à Florence, croit-on, dans l'atelier de Masaccio. Toujours est-il que c'est à Florence que le jeune Castagno apprend son métier et qu'après avoir peint la Crucifixion avec des saints de Santa Maria Nuova il exécute au lendemain de la bataille d'Anghiari, pour le palais du Podestà, l'effigie des rebelles pendus ; cela ne l'empêchera pas de travailler à Venise, où il exécute en 1442 diverses fresques pour l'église San Zaccaria et des mosaïques pour l'église Saint-Marc.

En 1454, il est à Rome. Et c'est peut-être à ces divers séjours dans le nord de l'Italie que l'art de Castagno doit les parentés qu'on lui peut trouver avec le style aigu de Mantegna, son cadet de vingt ans, qui puisa une bonne part de son inspiration chez les dessinateurs florentins.

Mais le plus fort des influences que Castagno subit lui vient de la sculpture de Donatello. Aussi, les figures d'hommes et de femmes illustres — Dante, Pétrarque, Boccace —, aujourd'hui réunies dans le réfectoire de Sant'Apollonia, qu'il peignit pour un salon de la villa Carducci à Legnaia nous apparaissent-ell [...]

Boccace, A. del Castagno

Boccace, A. del Castagno

Photographie

Andrea del Castagno (1421-1457), Boccace, fresque. Galleria degli Uffizi, Florence, Italie. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)  » est également traité dans :

BALDOVINETTI ALESSO ou ALESSIO (1425-1499)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 487 mots

L'art de Baldovinetti constitue un point de rencontre entre les deux tendances qui s'étaient affirmées dans la peinture florentine de la génération précédente, celle des coloristes et celle des dessinateurs. Il se rattache plus profondément au premier groupe, à Domenico Veneziano surtout, qui fut son maître et lui enseigna l'art des tonalités affinées par la lumière, des compositions sereines et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldovinetti-alesso-ou-alessio/#i_14216

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Préparation des fresques »  : […] Les peintures murales étaient préparées de plusieurs façons. On faisait souvent des dessins sur l' arriccio au moyen de terre noire, jaune ou rouge (la prétendue sinopia , du nom de la fameuse terre rouge de Sinope, en Asie Mineure). On a trouvé des dessins préliminaires de ce genre, tracés dès le v e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_14216

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La Florence de Laurent le Magnifique »  : […] La grande époque de Florence c'est, selon la tradition historiographique, celle de Laurent de Médicis (1449-1492). Maître « magnifique » d'une cité pacifiée, poète et politique, il se voue aux arts et aux études humanistes, formé par Cristoforo Landino, Marsile Ficin et Leon Battista Alberti (1404-1472). Ce dernier, principalement architecte, mais aussi humaniste complet, laissa des traités qui c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_14216

Pour citer l’article

Philippe LEVANTAL, « ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-del-castagno/