DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous l'appellation de dépression nerveuse ou sous celle, plus juste, d'état dépressif, on désigne en psychiatrie un état pathologique fondé essentiellement sur deux séries de troubles : d'une part, une modification pénible de l'humeur (J. Delay) faite de pessimisme, de sentiments d'incapacité, d'impuissance, de dévalorisation de soi-même, de culpabilité ; d'autre part, un ralentissement de l'activité générale, des fonctions intellectuelles et du comportement psychomoteur. Si les processus intellectuels sont ralentis, ils se déroulent cependant de façon adéquate. Il n'y a aucun trouble véritable de la mémoire, du jugement et de l'attention, même si le malade, subjectivement, se plaint de tels ou tels troubles.

À ces deux séries de symptômes s'associent d'autres troubles, le plus souvent physiques : douleurs, troubles digestifs, manque d'appétit, diminution de la libido, troubles du sommeil (insomnie ; plus rarement, hypersomnie ; quelquefois dyssomnie, c'est-à-dire impression de mauvais sommeil). Il arrive, d'ailleurs, que ces symptômes physiques sans support lésionnel précis constituent la partie la plus apparente du tableau clinique et que l'état dépressif vécu par le malade ne puisse être mis en évidence qu'après un entretien assez poussé, lorsque le malade n'a pas lui-même vraiment conscience de ce qu'il supporte de pénible. On peut alors parler de « dépression latente » ou de « dépression masquée » (Kielholz).

D'autres troubles mentaux (obsession, phobie, délire) peuvent reposer avant tout sur une organisation dépressive et disparaissent avec elle lorsqu'on la traite. On constate enfin que, pour lutter contre un fond dépressif, certains sujets sont amenés à développer une série de conduites antidépressives (hyperactivité, réaction de caractère de type coléreux, jalousie, conduite alcoolique surtout) capables, avec plus o [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur de psychiatrie à l'université de Lyon-I

Classification


Autres références

«  DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES  » est également traité dans :

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

C'est seulement au cours de la seconde moitié du xix e siècle que le concept d' anxiété apparaît dans le domaine de la pathologie. Jusqu'alors, les peurs irraisonnées étaient considérées comme une expression, parmi d'autres, des passions tristes ou d'une erreur de jugement proche du délire. Morel, psychiatre parisien, décrit en 1866 le « délire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiete/#i_4060

APATHIE

  • Écrit par 
  • Martial VAN DER LINDEN
  •  • 690 mots

Pour les philosophes de la Grèce antique, l’apathie renvoyait à l’insensibilité ou à l’impassibilité devant les passions et, en ce sens, elle avait une connotation positive, puisque censée combattre l’influence néfaste des passions sur la raison. Dans son acception courante actuelle, elle a acquis une signification négative et est associée au manqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apathie/#i_4060

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 831 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Neurochimie »  : […] Le cerveau contient un très grand nombre de neurones. Ceux-ci communiquent, non seulement de façon morphologique, par leurs synapses et l'influx nerveux, mais aussi par l'intermédiaire des messagers chimiques, les neurotransmetteurs. La neurochimie a pour objet d'étudier ces molécules, leurs influences et interactions in vivo, leurs dosages optim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_4060

FÉDIDA PIERRE (1934-2002)

  • Écrit par 
  • Roland GORI
  •  • 1 514 mots

Dans le chapitre « Une œuvre aux multiples facettes »  : […] L'œuvre scientifique de Pierre Fédida est considérable et d'une rare fécondité. D'abondants ouvrages et publications la composent, consacrés à des thèmes aussi complexes et divers que le corps, l'hypocondrie de la pensée, la mémoire et le négatif de l'empreinte, l'écriture et le travail du rêve comme sépultures, la capacité hallucinatoire de l'écou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-fedida/#i_4060

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes psychopathologiques »  : […] La psychopathologie de la vieillesse traite des troubles mentaux directement en relation avec le phénomène du vieillissement et avec ses conséquences sur le plan physique, psychologique et social. Elle ne peut donc se comprendre que par une approche de la personne « totale » au cours du troisième âge. Il s'agit de troubles qui peuvent être graves, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerontologie/#i_4060

INFÉRIORITÉ SENTIMENT D'

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 883 mots
  •  • 1 média

Expression qui fut surtout employée par Alfred Adler ( Minderwertigkeitsgefühl ) et qu'on pourrait rapprocher de celle de « sentiments d'incomplétude » de Pierre Janet. Pour Adler, le sentiment d'infériorité est fondé sur la réalité : la personne qui l'éprouve est effectivement dans une situation d'infériorité organique ou fonctionnelle. Dans le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sentiment-d-inferiorite/#i_4060

INHIBITION

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Pierre KAUFMANN, 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « Psychopathologie »  : […] La théorie de l'inhibition, issue de la neurophysiologie et reprise dans le domaine de la psychologie, n'a pas manqué d'imprimer sa marque dans le champ de la pathologie. Le modèle de Pavlov a été appliqué dans l'approche béhavioriste des troubles du comportement. Toutefois, si la théorie du conditionnement a permis de mieux comprendre le développe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition/#i_4060

MANIACO-DÉPRESSIVE PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 920 mots

Connue depuis l'Antiquité, la survenue chez un même sujet d'états de dépression et d'états d'excitation a inspiré au cours des siècles la veine descriptive et classificatoire des médecins et des psychiatres. En 1899, E. Kraepelin fait la synthèse des travaux consacrés à ce trouble de l'humeur : la psychose maniaco-dépressive est née. Il l'oppose à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose-maniaco-depressive/#i_4060

MÉLANCOLIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 3 000 mots
  •  • 2 médias

La mélancolie , avant de se trouver réduite à la psychose maniaco-dépressive de la psychiatrie classique, a recouvert de nombreuses manifestations symptomatologiques, dont l'éventail, depuis Hippocrate, s'étend de la notion de folie passagère à l'installation de la tristesse la plus pernicieuse. De μ́ελας (noir) et χολ́η (bile), elle constitue l'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melancolie/#i_4060

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Philippe PEIGNEUX
  •  • 1 393 mots

Dans le chapitre « Sommeil et régulation sociale et émotionnelle »  : […] Les perturbations du sommeil sont fréquentes dans les troubles psychologiques et psychiatriques, suggérant un lien bidirectionnel entre ces perturbations et la symptomatologie observée. Au-delà de la pathologie, les études montrent que le sommeil normal participe à la régulation de nos émotions. En effet, l’exposition à une expérience stressante e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-sommeil/#i_4060

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire médicale »  : […] C'est en 1688 que le médecin suisse Johannes Hofer introduisit dans la nosologie médicale la nostalgia comme une maladie proche de la mélancolie qui renvoyait exclusivement au désir du retour dans la patrie, dans le pays des origines. Versé dans l'étude du « mal du pays » ( Heimweh ), il lui fallut créer un mot qui pût signifier une affection vér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_4060

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 262 mots

Dans le chapitre « Personnalité et santé »  : […] Dans les croyances populaires, il est courant de penser que certaines personnalités sont prédisposées à développer certains troubles somatiques ou mentaux. Les études scientifiques, dont plusieurs méta-analyses, ont démontré que la personnalité ne constitue pas un facteur de risque en soi pour la plupart des troubles somatiques, comme les tumeurs  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/#i_4060

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « Troubles psychiatriques et adversité »  : […] L'adversité dans le début de la vie a été reconnue comme un facteur fondamental déterminant la susceptibilité à des troubles psychiatriques à l'âge adulte. Cette adversité peut faire intervenir différents types de stress ; soit par excès (bruit, déplacement, etc.), soit par défaut (absence de manipulation par les parents ou leur substitut). Cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_4060

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_4060

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La psychologie clinique cognitive »  : […] La psychologie clinique cognitive s’intéresse aux processus de pensée qui filtrent et organisent la perception de l’environnement. Ce courant s’est développé à partir des travaux d’Aaron T. Beck sur la thérapie cognitive de la dépression. Selon cet auteur, l’émotion est dépendante de la cognition ; plus exactement, l’émotion résulterait de l’inter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-comportementale-et-cognitive/#i_4060

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 1 060 mots

Les obsessions et les rituels sont décrits depuis très longtemps : par exemple, la scrupulosité morbide – qui peut s’apparenter à la rumination obsessionnelle – rapportée par les moines, en médecine les « monomanies raisonnantes » d’Esquirol ou encore la folie du doute notée par Legrand du Saulle évoquent des caractéristiques du trouble obsessionn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-des-troubles-obsessionnels-compulsifs/#i_4060

PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ

  • Écrit par 
  • Marilou BRUCHON-SCHWEITZER
  •  • 3 926 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité comme facteur de vulnérabilité  »  : […] Différentes sciences de la santé ont recherché les éventuelles associations entre profils psychologiques et développement des maladies. Dans les années 1970, le type A, décrit par Meyer Friedman et Ray Rosenman (agressivité, impatience, compétitivité), était considéré comme facteur de risque cardio-vasculaire. Puis Steven Greer et Tina Morris popu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-sante/#i_4060

PSYCHOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 6 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La validité des scores »  : […] Une autre qualité essentielle des scores à un test est leur validité. On considère généralement qu’un test est valide s’il mesure ce qu’il prétend mesurer. Par exemple, un questionnaire censé évaluer la dépression sera jugé valide s’il mesure bien ce syndrome et rien que celui-ci. Cette première définition simplifie toutefois une notion en réalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychometrie/#i_4060

PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martial VAN DER LINDEN
  •  • 2 365 mots

Dans le chapitre « Les biais cognitifs  »  : […] Les biais cognitifs (d’attention, de mémoire, d’interprétation) renvoient aux situations dans lesquelles les personnes traitent préférentiellement certains types d’informations par rapport à d’autres, en fonction de leurs préoccupations spécifiques. Ainsi, les biais d’attention sélective envers certaines informations représentent un facteur import […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-cognitive/#i_4060

PSYCHOPHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DENIKER
  •  • 4 806 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Médicaments antidépresseurs »  : […] Cette classe de médicaments complète de façon presque symétrique celle des neuroleptiques. Grâce à leur efficacité, ils ont permis, de plus en plus, de se passer de l'électrochoc dans le traitement des dépressions, bien que celui-ci demeure irremplaçable dans certains cas. Les antidépresseurs, aujourd'hui très nombreux, dérivent de deux prototypes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/#i_4060

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « L'approche clinique des états psychotiques : limites et intérêt »  : […] Pour en rester aux psychoses de l'adulte, la validité de leurs critères cliniques est actuellement mise en question par beaucoup. De plus, au nom d'une perspective générale « athéorique », essentiellement descriptive, qui permette une meilleure communication entre psychiatres, le D.S.M. (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) de l'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_4060

RUMINATIONS MENTALES, psychologie

  • Écrit par 
  • Céline BAEYENS
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Les ruminations dans le cadre de la dépression  »  : […] Le rôle des ruminations mentales a été largement étudié dans la dépression. Selon la théorie des styles de réponse de Susan Nolen-Hoeksema , les ruminations mentales constituent un mode de réponse stable à la détresse. Ce mode de réponse se caractérise par des pensées répétitives et passives sur les causes (« pourquoi ai-je ces symptômes ? ») et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminations-mentales-psychologie/#i_4060

SOLEIL ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Florence COURTEAUX
  •  • 2 720 mots

Dans le chapitre « Le soleil, un rôle bénéfique »  : […] Si la tendance est à la méfiance, il ne faut pas oublier que le soleil est indispensable à la vie de l'organisme et que l'alternance jour-nuit intervient dans la régulation des rythmes biologiques. Ainsi, les psychiatres ont identifié, depuis la fin des années 1980, une forme particulière de dépression qui apparaît le plus souvent à l'automne, lor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soleil-et-sante/#i_4060

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Insomnie »  : […] L' insomnie se définit comme une difficulté à initier, maintenir ou consolider son sommeil, malgré un horaire et un environnement en général favorables ; elle est associée à des conséquences survenant la journée. Le patient insomniaque se plaint habituellement d'une insuffisante quantité de sommeil ou de périodes d'éveil nocturne prolongé. Il peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sommeil/#i_4060

TEST PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 7 013 mots

Dans le chapitre « Les formats de test »  : […] Les tests psychologiques peuvent prendre de nombreux formats, dont la variété s’étend avec l’apparition de nouvelles technologies. Afin de catégoriser ces différents formats, une première distinction peut être faite entre les tests mesurant des connaissances ou des compétences cognitives et ceux évaluant d’autres caractéristiques mentales, comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/test-psychologique/#i_4060

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GUYOTAT, « DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/depressifs-depressions-nerveuses/