NOSTALGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu des mots grecs νόστος (« retour ») et ἄλγος (« souffrance »), le terme « nostalgie » indique par sa seule étymologie un état d'âme, une humeur au sens allemand de Gemütsstimmung, qui, du champ médical auquel il appartint d'abord, gagna ensuite les champs littéraire et philosophique, en particulier sous la figure du Sehnsucht des romantiques allemands. C'est dire déjà, pour suivre ces derniers, que la nostalgie ou encore l'aspiration douloureuse – la « désirance », selon une nouvelle traduction de Freud – tendrait vers un passé regretté auquel l'imagination, aiguisée par les vicissitudes de l'existence et les contraintes de la réalité, prêterait toutes les ressources de la consolation. On conçoit bien d'après ces présupposés la source féconde à laquelle s'abreuva toute l'esthétique romantique allemande qui, de la « conscience malheureuse » de Hegel, s'élargit bientôt à la quête de l'unité magique de Novalis ; et l'on conçoit aussi l'intérêt pour cette humeur spécifique de la nouvelle psychologie, c'est-à-dire la psychanalyse, dans la mesure où la dynamique psychique qu'elle s'efforce de décrire repose nécessairement sur l'abandon de jouissances auxquelles le sujet ne cessera de vouloir revenir par les chemins de la fantaisie (Phantasie). À de telles réflexions invite la nostalgie, grosse du regret amer des amours enfantines et, plus loin encore, de la Terre mère dans l'absolu du lien fusionnel.

Une histoire médicale

C'est en 1688 que le médecin suisse Johannes Hofer introduisit dans la nosologie médicale la nostalgia comme une maladie proche de la mélancolie qui renvoyait exclusivement au désir du retour dans la patrie, dans le pays des origines. Versé dans l'étude du « mal du pays » (Heimweh), il lui fallut créer un mot qui pût signifier une affection véritable, digne de rentrer dans le vaste registre des maladies, et auquel pût correspondre cet état de tristesse et de léthargie qui envahissait les jeunes Suisses lorsqu'ils séjournaient à l'étranger. « La nostalgie, écrit-il dans sa Dissertatio medica, naît d'un dérèglement de l'imagination, d'où il résulte que le suc nerveux prend toujours une seule et même direction dans le cerveau et, de ce fait, n'éveille qu'une seule et même idée, le désir du retour dans la patrie. » Et, à l'instar de ce qui se passe dans la mélancolie, le malade ne peut s'intéresser à rien d'autre qu'à cette aspiration intense au retour qui s'est bientôt transformée en idée fixe.

Aussi bien, à partir de la découverte de J. Hofer, s'est-on beaucoup penché sur la difficulté des Suisses à s'éloigner de leur patrie, que l'air du ranz des vaches, le Kuhreihen, a contribué à illustrer de façon légendaire. « Cet air si chéri des Suisses, d'après Jean-Jacques Rousseau, qu'il fut défendu, sous peine de mort, de le jouer dans leurs troupes, parce qu'il faisoit fondre en larmes, déserter ou mourir ceux qui l'entendoient, tant il excitoit en eux l'ardent désir de revoir leur pays. » Mais, bientôt, la nostalgie cessa d'être l'apanage des Suisses expatriés et fit l'objet, durant tout le xviiie siècle, de savantes études de la part des médecins allemands dont les principales conclusions faisaient ressortir, outre l'engorgement des viscères et le ralentissement des fonctions, l'inutilité de tout traitement autre que celui du retour au pays natal (Leopold Auenbrugger, Johann Friedrich Cartheuser, Johann Friedrich Blumenbach...). Quant aux médecins français, c'est plus tardivement qu'ils considérèrent la nostalgie comme une maladie, d'abord avec Meyserey, médecin du roi, ancien médecin des armées royales d'Italie et d'Allemagne, qui en adopta le terme en 1754 en soulignant les possibilités de simulation que comportait ce type d'affection. Dans le contexte politique particulièrement agité de la France en cette période, Meyserey fut bientôt suivi par un grand nombre de médecins des armées qui décelaient dans les régiments les affres de ce mal pernicieux. Ainsi Thiers explique-t-il le relâchement des soldats de la Révolu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

3-5 décembre 2007 Algérie – France. Visite du président Nicolas Sarkozy en Algérie

Affirmant être venu « pour construire l'avenir » et non pour la « nostalgie », le président français annonce la signature de contrats industriels pour un montant de quelque 5 milliards d'euros, qui doivent conduire à la création de « plusieurs milliers d'emplois » en Algérie, ainsi que la conclusion d'un accord pour le développement du nucléaire civil. […] Lire la suite

15-29 mars 1996 Russie. La reconstitution de l'empire au cœur de la campagne présidentielle

Le président Eltsine qualifie de « déstabilisant » ce vote sans portée juridique qui, en période de campagne présidentielle, exploite la nostalgie de la majorité des Russes pour l'ère soviétique. Le 29, les chefs d'État de Russie, de Biélorussie, du Kazakhstan et du Kirghizstan signent, à Moscou, un accord de principe sur « l'approfondissement de l'intégration dans les domaines économiques et sociaux » qui ne contient aucune mesure concrète. […] Lire la suite

19 novembre - 10 décembre 1987 France. Malversations dans une radio privée et fausses factures au profit du P.S. à Lyon

Le 19, Pierre Alberti, créateur de Radio-Nostalgie, est inculpé et écroué à Lyon pour malversations financières. Le 20, Yvon Deschamps, premier secrétaire de la fédération socialiste du Rhône, est entendu comme témoin dans cette affaire. Les 2 et 3 décembre, Yvon Deschamps, François Diaz, président de la commission de contrôle financier de la fédération du P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude LAMBOTTE, « NOSTALGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/