Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHIATRIE COMPARÉE

Emil Kraepelin a introduit en 1904 l'expression de « psychiatrie comparée » pour désigner l'ensemble des études de psychopathologie différentielle, que ce soit entre les groupes culturels, entre les couches sociales, ou même entre les espèces animales. Dans une perspective plus restreinte, en 1906, Eric Wittkower a créé, à l'université McGill de Montréal, un centre et une revue de recherches psychiatriques interculturelles (Transcultural and Psychiatric Research).

Au premier abord, il semblerait que le programme de la psychiatrie comparée puisse se limiter à des études épidémiologiques : il s'agirait d'étudier l'expression variable des symptômes dans des milieux sociaux différents. Toutefois, la réalisation de ce programme se heurte à d'importantes difficultés méthodologiques. La première difficulté tient au fait que l'enquête ethnographique et l'entretien clinique ne peuvent être menés conjointement sans risque d'entraîner des confusions. Leurs finalités sont incompatibles. L'entretien clinique doit être commandé par l'intérêt du patient ; c'est lui qui est demandeur, il vient pour des problèmes qui sont les siens. En revanche, l'ethnologue est demandeur d'informations ; il conduit son enquête en fonction de ce qui l'intéresse, d'où le danger d'instrumentaliser le patient à des fins qui ne le concernent pas et que souvent il ne comprend pas. Certaines notions hybrides, comme celle d'ethno-psychiatrie ou d'ethno-psychanalyse, ne sont pas exemptes de cette confusion méthodologique. Les méthodes de l'enquête ethnographique et celles de la clinique doivent demeurer distinctes dans la pratique pour que, dans un second temps, la réflexion théorique mette à profit leurs enseignements respectifs.

En deuxième lieu, on ne peut comparer des faits isolés de leur contexte. La notion de « maladie mentale » a des connotations multiples. L'étude comparative de ses manifestations ne relève pas seulement de l'épidémiologie, mais aussi de l'anthropologie. Il s'agit de savoir comment une société répond au problème du mal, en prenant ce dernier mot au sens le plus large, englobant la maladie, le malheur et la faute, le mal physique et le mal moral.

Enfin, troisième difficulté, la psychiatrie semble être une anthropologie qui n'ose dire son nom. Les deux disciplines ont en effet le même objet que l'on désigne traditionnellement comme l'union du corps et de l'âme, de la physiologie et de la psychologie ou de la nature et de l'histoire. C'est pourquoi nous dirons que la psychiatrie comparée a pour but d'expliciter les problèmes anthropologiques posés par la clinique. La pratique clinique dépend elle−même de sciences fondamentales comme la neuro-physiologie, dont la tâche est précisément d'expliquer les mécanismes physiologiques sous-jacents à l'expérience subjective du patient. Cependant, expliquer est autre chose qu'éprouver. La science peut se contenter d'expliquer, alors qu'il appartient au clinicien d'accompagner le malade dans les difficultés qu'il éprouve à comprendre sa propre histoire. Parler au malade, savoir l'écouter est un art qui s'apprend. Sans cela, comment le psychiatre pourrait−il savoir ce qu'il fait, lorsque, par exemple, il prescrit un médicament à une personne déprimée et suicidaire ? Lui donne-t-il un moyen de se guérir ou un moyen de se suicider en mêlant le médicament à l'alcool ? Les deux éventualités sont possibles. On ne peut supposer a priori que le malade acceptera le processus thérapeutique. Le dialogue doit être un moyen de l'aider à se prendre en charge lui-même, autant que cela est possible.

Dans ce qui suit, nous devrons nous limiter à quelques vues générales concernant l'interprétation populaire[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Mona Lisa</it> ou <it>La Joconde</it>, L. de Vinci - crédits : Universal History Archive/ UIG/ Getty images

Mona Lisa ou La Joconde, L. de Vinci

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...dans une articulation spécifique qui fait la logique de la société. Enfin, la même perspective conduit à une approche où coopèrent l'anthropologie et la psychiatrie ou la psychanalyse comme c'est le cas avec Geza Roheim, Roger Bastide, Georges Devereux. Les discussions sur le symbole, le normal et...
  • SOCIO-ANALYSE

    • Écrit par Jean POIRIER
    • 3 053 mots
    En définitive, une équivoque centrale n'a pu être levée : on ne sait pas ce qui est premier dans le jeu des interdéterminations. Si, par exemple, chez les Tanala de Madagascar, décrits par Linton et imprudemment interprétés par Kardiner, il y a homologie ou correspondance entre les disciplines parentales...

Voir aussi