Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MORTALITÉ

« La vie, c'est la mort », a dit Claude Bernard, et c'est en effet en décrivant comment l'être vivant s'efforce de vivre qu'on comprend le mieux les forces contraires à la vie. Dans le cas de l'être humain, quand un spermatozoïde a fécondé un ovule, un nouvel être vient de se former qui n'est encore qu'une combinaison des gènes distribués sur vingt-trois paires de chromosomes. L'existence de l'individu résulte d'un compromis entre deux systèmes de forces. Les unes font qu'il « oubliera » graduellement certaines possibilités pourtant inscrites dans le message génique transmis par ses parents. Les autres s'ingénient à pallier les oublis. Le déroulement de ces deux actions constitue le vieillissement de l'organisme, qui finit par la mort.

Mais la vie est un phénomène qui s'incarne dans un milieu extérieur qui peut accélérer ou ralentir le vieillissement. Il peut aussi provoquer momentanément des désordres physiologiques plus ou moins graves que l'organisme réussit à surmonter avec plus ou moins de succès et qui souvent entraînent le décès.

Les trois types de mortalité

On distingue trois types de mortalité : une mortalité endogène qui correspond à la façon dont s'éteindrait un groupe d'êtres humains soustraits aux aléas de l'existence et livrés aux seules forces biologiques ; une mortalité de « civilisation » due au fait que les conditions rapportées ci-dessus ne sont jamais réalisées et que les différentes formes de sociétés ont plus ou moins de moyens de lutter contre la mort ; une mortalité accidentelle, au sens large du terme, qui résulte de la rencontre de l'organisme avec un agent délétère imprévu.

Les progrès ont jusqu'ici surtout porté sur ce troisième type de mortalité, et dans trois directions de recherche :

– On s'est efforcé d'éviter la rencontre avec le facteur délétère : la distribution d'une eau potable est un exemple d'une telle action ; la destruction du vecteur d'une maladie, tel le moustique porteur de la malaria, en est un second.

– On a cherché à rendre inoffensive la rencontre avec le facteur délétère. Toutes les vaccinations sont à ranger sous cette rubrique. On n'évite pas le microbe ou le virus, mais on est armé pour résister, et les effets de la rencontre sont négligeables.

– Si, malgré tout, la rencontre se produit avec un organisme non préparé, on a forgé des armes pour aider cet organisme à retrouver son équilibre. Grâce à des médicaments efficaces, on sait maintenant faire face à des situations de crise.

Mais il ne suffit pas que tous ces moyens d'action existent, encore faut-il qu'ils soient mis à la disposition des populations et que ces dernières sachent les utiliser. C'est ici qu'apparaît une première forme de mortalité de « civilisation ». D'abord, une grande partie de l'humanité ne peut jouir que partiellement des possibilités permettant théoriquement de lutter contre la mort. Mais, même dans les pays riches, les variations socioculturelles font que ces possibilités sont plus ou moins bien utilisées ; seule une éducation sanitaire peut diminuer un tel gaspillage.

Il existe une seconde forme de mortalité de civilisation sur laquelle il est beaucoup plus difficile d'agir et qui provient du fait que certaines habitudes en matière d'alimentation (abus de tabac ou d'alcool, etc.) accélèrent le rythme de la mortalité endogène. Pour la mortalité de civilisation sous sa première forme les précautions à prendre ne bouleversent pas les modes de vie. Il suffit souvent que l'individu soit informé. La baisse de la mortalité de civilisation, sous sa deuxième forme, exige au contraire une mise en question des modes de vie.

Une mention particulière doit être faite des morts accidentelles au sens[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : président du Comité international de coopération dans les recherches nationales en démographie (C.I.C.R.E.D.)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Mortalité dans le monde : les extrêmes

Mortalité dans le monde : les extrêmes

Autres références

  • ADDICTION (psychologie)

    • Écrit par Joël BILLIEUX
    • 954 mots

    La consommation de substances psychoactives (provoquant une altération du fonctionnement cérébral) est un problème majeur de santé publique et une des premières causes de mortalité sur un plan mondial. Différents types d’usages peuvent être identifiés : l’usage non problématique (contrôlé,...

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    ...vaccination, lutte antimalarienne grâce aux insecticides, meilleure connaissance des pathologies tropicales, amélioration générale des conditions de vie. La conséquence en a été une baisse spectaculaire de la mortalité, même si elle est encore la plus élevée au monde par suite de la persistance d'une...
  • ANTIBIOTIQUES

    • Écrit par Aurélie CHABAUD, Sylvain MEYER, Marie-Cécile PLOY
    • 6 760 mots
    • 6 médias

    Au début des années 1940, le microbiologiste américain Selman A. Waksman, découvreur de nombreux antibiotiques dont la streptomycine – ce qui lui valut le prix Nobel de médecine en 1952 –, définit un antibiotique comme une substance chimique, produite par un micro-organisme, qui inhibe la croissance...

  • ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

    • Écrit par Jean-Pierre AUDINOT, Universalis, Jacques GARNIER
    • 7 490 mots
    • 1 média
    ...de calcul dans les jeux de hasard). À la même époque, Christiaan Huygens également – mais aidé de son frère – rédige la première table de mortalité, et Jean de Witt, grand pensionnaire de Hollande, établit le premier calcul des rentes viagères, dont le coût était jusqu'alors de détermination...
  • Afficher les 36 références

Voir aussi