PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La psychologie de la santé est une discipline récente en pleine expansion. Centrée tout d’abord sur les facteurs psychosociaux affectant le développement des maladies, elle s’est ensuite intéressée à ceux menant à des issues de santé positives (qualité de vie, bien-être, santé physique, santé mentale), chez des sujets malades et bien portants, de tous les âges, dans des contextes variés.

Modèle transactionnel en psychologie de la santé

Dessin : Modèle transactionnel en psychologie de la santé

Un modèle représentant les chemins menant à la santé. Les issues de santé physiques, émotionnelles et sociales sont représentées dans la troisième colonne du modèle, les antécédents sociaux et dispositionnels de la santé dans la première colonne, les processus médiateurs... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

En 1979 fut créée la société américaine de psychologie de la santé, qui définit cette discipline comme l’application des savoirs fondamentaux de la psychologie à la compréhension de la santé et de la maladie. Le Néerlandais Stan Maes créa la Société européenne de psychologie de la santé (EHPS, European Health Psychology Society) en 1986 lors d’un premier congrès à Tilburg. Un premier ouvrage français de psychologie de la santé parut en 1994, puis les publications se multiplièrent. Enseignée en France dès 1992, elle se développa rapidement : une dizaine d’universités françaises proposent des enseignements de psychologie de la santé. L’Association francophone de psychologie de la santé (AFPSA), créée lors d’un premier congrès à Bordeaux en 2001, organise régulièrement des congrès, séminaires et journées doctorales.

Les issues de santé : définitions et mesures

D’après la conception biomédicale classique, être en bonne santé signifie ne pas souffrir de maladie ni de handicap. La santé est définie aujourd’hui comme un « état complet de bien-être, physique, mental et social, et non simplement comme l’absence de maladie » (OMS, 1946).

Morbidité, mortalité, espérance de vie, santé auto-évaluée

Les indicateurs de santé utilisés dans les vastes enquêtes sont l’espérance de vie, la mortalité et la mortalité infantile. L’espérance de vie est le nombre moyen d’années restant à vivre à un âge donné. Le taux de mortalité est le nombre de décès (pour 1 000) dans la population ; la morbidité est le nombre (ou la proportion) de personnes atteintes d’une pathologie dans une population donnée.

L’état de santé est aussi évalué par des professionnels de la santé sur des échelles comprenant des domaines, activités et fonctions (comme la classification internationale des maladies de l’OMS). On peut ainsi estimer l’incidence et la prévalence des maladies et comparer celles de divers pays. Quant à la santé auto-évaluée, globale ou spécifique (mobilité, douleurs, activités, santé émotionnelle, etc.), elle est facile à obtenir et stable dans le temps. Bien qu’affectée par des biais, elle peut s’avérer d’une certaine valeur pronostique.

Santé, bien-être, bonheur, satisfaction, qualité de vie

La santé des populations a tout d’abord été estimée par des indices cohérents avec le modèle biomédical (mortalité, morbidité, espérance de vie). Les sciences sociales ont popularisé l’approche qualitative centrée sur la satisfaction des individus. La psychologie de la santé a contribué à la définition et à la mesure des notions de santé, bonheur, bien-être, satisfaction et qualité de vie :

– Le bonheur consiste à éprouver plus d’affects positifs (joie, plaisir, etc.) que négatifs (détresse, colère, etc.).

– La satisfaction de la vie est estimée par l’écart entre la vie que l’on estime avoir et celle que l’on souhaite.

– Le bien-être inclut satisfaction de la vie, affectivité positive et faible affectivité négative.

– La qualité de vie est la notion la plus large : elle implique les différents domaines de la vie (physique, psychique, social…) et les points de vue à leur égard (objectif ou perçu). Il en existe de nombreuses définitions et mesures (EQ-5D, SF-36, WHOQOL, etc.). La qualité de vie dépend de facteurs généraux (pays, culture, etc.) et individuels (statut, mode de vie, normes, personnalité, etc.). L’utilisation des services de soins et la satisfaction vis-à-vis des traitements dépendant de la qualité de vie perçue plus que de l’état de santé réel, on inclut de plus en plus souvent ces deux aspects (objectif et subjectif) dans les interventions et recherches.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ  » est également traité dans :

ÉCRITURE EXPRESSIVE

  • Écrit par 
  • Thierry OLIVE
  •  • 1 122 mots

L’écriture expressive est une technique thérapeutique qui demande à l’individu de décrire par écrit ce qu’il ressent au sujet d’un événement personnel à l’origine d’un stress ou d’une difficulté. Initialement développée par le psychologue américain James Pennebaker durant les années 1990, l’utilisation de l’écriture expressive s’inscrit dans le champ des thérapies cognitives et comportementales. […] Lire la suite

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 262 mots

Dans le chapitre « Personnalité et santé »  : […] Dans les croyances populaires, il est courant de penser que certaines personnalités sont prédisposées à développer certains troubles somatiques ou mentaux. Les études scientifiques, dont plusieurs méta-analyses, ont démontré que la personnalité ne constitue pas un facteur de risque en soi pour la plupart des troubles somatiques, comme les tumeurs ; mais aussi que la personnalité augmente parfois […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE ET JUSTICE

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 4 415 mots

Les liens entre la psychologie et la justice ont commencé à s’établir à la fin du xix e  siècle et ont pour origine des affaires criminelles, par exemple le procès Van Puyenbroeck en 1910, parallèlement aux travaux menés dans divers champs de la psychologie. Des psychologues influents tels que Binet, Claparède, Stern ou encore Freud furent parmi les premiers à publier des études visant à décrire […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marilou BRUCHON-SCHWEITZER, « PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-de-la-sante/