CHAPLIN CHARLIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les débuts au cinéma

Charlot va s'inventer et s'épanouir dans les trente-cinq films tournés en 1914. Chaplin le décrit comme « un ensemble de contrastes ». « Vous comprenez, expliquait-il, ce personnage a plusieurs facettes : c'est en même temps un vagabond, un gentleman, un poète, un rêveur, un type esseulé, toujours épris de romanesque et d'aventure. Il voudrait faire croire qu'il est un savant, un musicien, un duc, un joueur de polo. Mais il ne dédaigne pas de ramasser des mégots ni de chiper son sucre d'orge à un bébé. Et bien sûr, si l'occasion se présente, il flanquera volontiers un coup de pied dans le derrière d'une dame... » Le jeune acteur est encore mal à l'aise dans les premiers titres de la série, réalisés par Henry Lehrman, George Nichols ou Mabel Normand selon les règles immuables du slapstick sennettien : stéréotypie du jeu et de la prise de vues, accélération systématique des gestes, de la cadence et du montage, préférence accordée aux aspects les plus mécaniques et les plus grossiers du burlesque. Il modifie sensiblement cette écriture quand Sennett lui confie, à partir du onzième film de la série, Charlot et le chronomètre, la responsabilité de la mise en scène.

À la fin de ce premier contrat, Charlie Chaplin est engagé par la compagnie Essanay. Le succès commercial de sa première contribution, Charlot débute (1915), qu'il tourne dans les studios de Chicago, convainc ses producteurs de lui confier la réalisation de treize autres films. Il y travaille d'abord à Niles, près de San Francisco (où il rencontre sa première vraie partenaire, Edna Purviance, compagne de tous ses films jusqu'en 1923), puis dans divers studios des environs de Los Angeles. Loin de ses producteurs, Chaplin doit pourtant constater qu'il n'est pas à l'abri de leurs manipulations. Sa parodie en deux bobines du Carmen de Cecil B. DeMille (Charlot joue Carmen, 1916) est ainsi transformée sans son accord en long-métrage grâce aux chutes récupérées dans la salle de montage et à quelques séquences [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Le Dictateur, de Charlie Chaplin

Le Dictateur, de Charlie Chaplin
Crédits : United Artists Corporation/ Collection privée

photographie

Les Temps modernes, C. Chaplin

Les Temps modernes, C. Chaplin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Limelight, C. Chaplin

Limelight, C. Chaplin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de civilisation américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CHAPLIN CHARLIE (1889-1977)  » est également traité dans :

CHAPLIN CHARLIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 795 mots

16 avril 1889 Naissance de Charles Spencer Chaplin à Londres.18 juin 1896 Leur mère Hannah étant sans ressources, Charles Chaplin et son demi-frère Sydney (né en 1885) sont placés à l'orphelinat de Hanwell (dans la banlieue de Londres).Janvier 1899 ? Il débute au music-hall dans un […] Lire la suite

CHARLIE CHAPLIN CRÉE "CHARLOT"

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 233 mots

Dans Pour gagner sa vie, son premier film pour la compagnie Keystone, où il vient d'être engagé en février 1914 afin de tourner sous la direction de Henry Lehrman, Charlie Chaplin (1889-1977), tel un lord anglais, s'est vu affubler d'une moustache tombante, d'une redingote, d'un huit-reflets, de guêtres et d'un monocle. Peu satisf […] Lire la suite

LES TEMPS MODERNES, film de Charlie Chaplin

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 916 mots
  •  • 1 média

Fort du triomphe, cinq ans plus tôt, d'un film encore muet, Les Lumières de la ville (City Lights, 1931), dans une Amérique déjà convertie au parlant, Charlie Chaplin (1889-1977) sort, avec Les Temps modernes (Modern Times), un film sans dialogues audibles. Plus exactemen […] Lire la suite

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 072 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le public burlesque »  : […] Car c'est devant le public que le personnage se forme et s'affirme. Aucun metteur en scène ne peut assumer cette fonction de miroir. Là encore, le cinéma avoue sa dette. Née en France, au début du siècle, la comédie burlesque se naturalise américaine dès la deuxième décennie. Les sergents de ville parisiens de chez Pathé font place aux « policemen de la Keystone » ( Keystone cops ) animés par le t […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La musique du sonore »  : […] C'est à partir de 1932 que la musique de fosse s'affirma de nouveau. Il est difficile d'en déterminer les causes. Il semblerait cependant que l'immense succès de City Lights ( Les Lumières de la ville ), de Charles Chaplin (1931), ait joué là un rôle. Ennemi des talkies , le créateur de Charlot avait, contre vents et marées, produit un film résolument muet avec, pour seule concession à la nouvell […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie, divertissement ou genre social ? »  : […] S'opposant aux genres épiques – western, film d'aventures ou film de guerre –, qui exaltent l'esprit de conquête américain, la comédie se meut plus volontiers sur le terrain du quotidien, proposant une critique parfois acerbe des mœurs et des valeurs américaines. À côté du burlesque se développe, dès la fin des années 1910, une comédie de mœurs, vite devenue comédie mondaine dont les principaux ar […] Lire la suite

ELLIPSE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 434 mots

Comme en littérature, l'ellipse est, au cinéma, une figure narrative consistant à supprimer du récit un certain nombre d'éléments, tels que plans, scènes, etc., faisant partie du déroulement logique de la fiction, mais jugés inessentiels à sa compréhension. L'ellipse est classiquement utilisée pour « alléger » le récit, en éliminant ce qui est considéré comme des temps morts. Ainsi, dans Vers sa […] Lire la suite

GODDARD PAULETTE (1911-1990)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 807 mots

Le cinéma – américain principalement – a toujours employé deux types, assez nettement distincts, d' acteurs et d'actrices, que l'on peut ainsi caractériser : d'une part, les stars, qui sont des mythes intouchables, se situant très haut au-dessus de la norme commune ; de l'autre, les comédiens, à échelle humaine, au talent mesurable, et s'impliquant avec plus ou moins d'efficacité dans la création […] Lire la suite

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 535 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une guerre omniprésente  »  : […] Dès l’été de 1914, la culture populaire s’empare des thèmes patriotiques. La liberté d’expression, une des grandes conquêtes du xix e  siècle, est restreinte et il est interdit de publier des informations stratégiques ou de manifester des doutes sur l’issue du conflit. En réaction au « bourrage de crâne » et à la censure, certains titres manifestent leur esprit critique, tel Le Canard enchaîné , f […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis BORDAT, « CHAPLIN CHARLIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-chaplin/