LES TEMPS MODERNES, film de Charlie Chaplin

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fort du triomphe, cinq ans plus tôt, d'un film encore muet, Les Lumières de la ville (City Lights, 1931), dans une Amérique déjà convertie au parlant, Charlie Chaplin (1889-1977) sort, avec Les Temps modernes (Modern Times), un film sans dialogues audibles. Plus exactement, ce qu'on appelait alors un « film sonore », c'est-à-dire avec une musique enregistrée et synchronisée, agrémentée de quelques effets de bruitage. Le spectateur n'entend pas les personnages parler en direct mais lit leurs propos sur des cartons ; en revanche, il entend la voix humaine fugitivement lorsqu'elle est retransmise par un phonographe, le téléphone, la radio, et enfin lorsque le Vagabond (« Charlot », en français) passe de la parole au chant.

Les Temps modernes prennent la suite des innombrables films sociaux qui, aux États-Unis, ont suivi la grande crise de 1929, notamment ceux produits par la Warner Bros. Contrairement à eux, cependant, le film traite moins, dans les séquences de l'usine, de la question sociale que de celle de la mécanisation du temps, et de la « taylorisation » du travail. Ce thème avait déjà été abordé dans À nous la liberté (1931), de René Clair, dont on a accusé l'œuvre de Chaplin d'être un plagiat. Clair tint à déclarer que, si tel était le cas, c'était un honneur pour lui. Chaplin a pu s'inspirer aussi de certaines séquences du film muet Métropolis (1927), de Fritz Lang.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « LES TEMPS MODERNES, film de Charlie Chaplin », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-temps-modernes-charlie-chaplin/