MÉLODRAME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mélodrame est un genre décrié. Sa réputation a été grande et René Charles Guilbert de Pixérécourt (1773-1844), le « Corneille du mélodrame », gagnait, à produire des mélodrames, plus de 25 000 francs par an. Somme énorme. De nos jours, le mélodrame « est victime d'un reproche majeur et général : il est populaire, boulevardier, vulgaire ; c'est la tragédie du pauvre ou le drame du pauvre », écrit P. Frantz, qui ajoute : « Il n'est décrit qu'à travers deux figures si fréquentes de l'histoire littéraire, celle de la décadence et celle de l'enfance ; il est décrit tantôt comme l'ultime décadence de la tragédie, [...] tantôt comme l'enfance du drame romantique. »

Au commencement, le mot mélodrame est quasi synonyme d'opéra ; c'est le cas pendant la seconde moitié du xviiie siècle ; après quoi, tout en conservant l'idée que l'action doit s'y accompagner de musique, le mot désigne une sorte bien précise de drame populaire, de « tragédie des boulevards » (Geoffroy). L'origine du mélodrame est complexe ; il tient du roman noir auquel il doit son goût de la terreur et des effets pathétiques : ses rapports avec le drame bourgeois sont rendus évidents par la présence de personnages bourgeois et populaires, par ses tendances moralisatrices, et plus encore peut-être par son goût du visuel, du « tableau ». Mais on a pu montrer sans paradoxe qu'il devait aussi beaucoup à la tragédie : « J'ai respecté dans mes drames les trois unités, s'écrie Pixérécourt, autant qu'il m'a été possible. » Surtout, le mélodrame voisine avec la tragédie par le recours systématique à la terreur et à la pitié, et plus précisément avec la tragédie pseudo-classique par l'usage des stéréotypes psychologiques et moraux.

Mélodrame et Révolution

Le début de la Révolution de 1789 marque la naissance du mélodrame, comme si l'intervention de l'histoire dans la vie concrète des hommes de la rue et le droit nouveau du tiers état aux privilèges de la culture étendaient le champ d'action du théât [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  MÉLODRAME  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le théâtre populaire jusqu'à Nestroy »  : […] Le théâtre populaire baroque continue à prospérer ; jusqu'au début du xix e  siècle, la technique de l'improvisation est toujours pratiquée. Le dernier Kasperle , Johann La Roche, ne meurt qu'en 1806. Une évolution est à noter cependant : Philipp Haffner (1731-1764) combine l'ancienne farce et la féerie avec la comédie litté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_8912

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'amour, le mariage, l'adultère »  : […] Avec l'argent, et conditionné par l'argent, on trouve bien entendu, l'amour... Le Boulevard partage l'amour en deux catégories bien distinctes : l'amour-sentiment, souvent très désincarné, du drame, du mélodrame, de la féerie et de la comédie de mœurs ; et l'amour physique, dont on ne parle pas ouvertement, mais auquel on fait de fréquentes allusions dans la comédie légère. C'est le règne du clin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-de-boulevard/#i_8912

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origines et prémisses »  : […] On a beaucoup parlé de la parenté – plus apparente que réelle – qui existe entre le mélodrame (René Charles de Pixérécourt) et le drame romantique. Le mélodrame est un drame moral de structure souvent classique, qui voit un héros redresseur de torts aidé d'un comparse populaire comique, le niais , combattre victorieusement le traître et unir les amoureux vertueux. Ce schéma o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_8912

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Terreur et onirisme : le gothique au cinéma »  : […] Hollywood a ignoré les textes fondateurs du gothique en raison de leurs récits contournés, leurs intrigues mélodramatiques, leurs effets désuets et leur idéologie problématique où la polémique religieuse et le sous-texte sexuel occupent une place importante. En revanche, le cinéma s’est très vite emparé des grandes figures mythiques comme Frankenstein et sa créature, Jekyll-Hyde ou Dracula. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_8912

HUGO VICTOR

  • Écrit par 
  • Pierre ALBOUY, 
  • Pierre GEORGEL, 
  • Jacques SEEBACHER, 
  • Anne UBERSFELD, 
  • Philippe VERDIER
  •  • 13 601 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Le Théâtre en liberté » »  : […] Hugo écrit non des centaines, mais des milliers de fragments dramatiques où se déploie toute une fantaisie à l'état naissant, tout un théâtre en miettes, un anti-théâtre essentiellement orienté vers le comique. Projets véritables d'une œuvre rêvée, ou simples étoiles filantes, ces fragments figurent une sorte d'immense commedia à personnages reparaissants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-hugo/#i_8912

MÉTASTASE, ital. PIETRO TRAPASSI dit METASTASIO (1698-1782)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 555 mots

Poète italien né à Rome. Improvisateur applaudi dès l'âge de dix ans, Métastase est remarqué par Gian Vincenzo Gravina (1664-1718), un des fondateurs de l'Académie de l'Arcadie, qui le prend sous sa protection, grécise son nom de Trapassi en Metastasio et lui donne une éducation classique. Il est ensuite confié, en Calabre, au philosophe cartésien Gregorio Caloprese. En 1718, son protecteur meurt, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastase-ital-pietro-trapassi-dit-metastasio/#i_8912

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Création ou renouvellement de genres »  : […] On peut se demander si, dans un premier temps, le parlant n'a pas entraîné le cinéma vers certains genres particuliers en le détournant d'autres possibilités d'expression spécifiques du muet, telles que le mélodrame sentimental flamboyant. Là encore, on constate que tous les genres abandonnés avec le parlant ont été peu à peu reconquis par celui-ci, une fois qu'il a eu maîtrisé ses moyens. Il étai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-parlant/#i_8912

PIXÉRÉCOURT RENÉ CHARLES GUILBERT DE (1773-1844)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 530 mots

Une carrière éclatante (cent vingt pièces, trente mille représentations). Tirant le meilleur parti d'un genre qu'il contribua à élaborer et qui triompha, de 1800 à 1830, sur les scènes françaises, Guilbert de Pixérécourt mérite bien le nom de père du mélodrame. Issu d'une vieille famille lorraine, il reçoit d'un père sévère et quelque peu brutal une éducation destinée à tremper son caractère. Aprè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pixerecourt-rene-charles-guilbert-de/#i_8912

PYAT FÉLIX (1810-1889)

  • Écrit par 
  • Jean BANCAL
  •  • 447 mots

Fils d'un avocat légitimiste, Félix Pyat devient lui-même avocat, mais préfère bientôt le journalisme et la littérature. Auteur de nombreux articles et de pièces « sociales » d'un goût mélodramatique ( Le Brigand et le Philosophe , 1834 ; Les Deux Serruriers , 1841 ; Les Chiffonniers de Paris , 1847), il jouera toute sa vie, en paro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-pyat/#i_8912

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Du siècle des Lumières à l'ère industrielle »  : […] Dans toute l'Europe, le théâtre compte désormais parmi les lieux d'élection où se célèbrent les rites de l'esprit de société. Néanmoins, en ce temps où le mouvement des idées commande l'évolution conjuguée des mœurs et des formes littéraires, la création dramatique reste en retrait par rapport, en particulier, à l'essor du roman. En France, le fait caractéristique est la décomposition de la tragéd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_8912

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diversification du théâtre yiddish au XIXe siècle »  : […] Après les partages de la Pologne à la fin du xviii e  siècle, les masses juives rassemblées sur les marches des grands empires, surtout austro-hongrois et tsariste, vont être soumises à diverses formes de discrimination et à des réglementations particulières. Leur vie tant sociale que culturelle se trouve bouleversée par les transformations économ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_8912

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne UBERSFELD, « MÉLODRAME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/