COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Indiscrétions, de George Cukor

Indiscrétions, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

Indiscrétions, G. Cukor

Indiscrétions, G. Cukor
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra

Monsieur Smith au Sénat , F. Capra
Crédits : Hulton Getty

photographie

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra

L'Extravagant M. Deeds, de Frank Capra
Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Tous les médias


La « comédie américaine » ne prend son véritable essor qu'au début des années 1930 en se distinguant du burlesque par l'apport des dialogues (Howard Hawks, entre autres), qui deviennent essentiels sans pour autant négliger le comique de situation. Si la pantomime est chère à la tradition anglaise, le rôle du music-hall anglais puis américain s'avère capital. Il s'agit d'un spectacle hétéroclite, composé d'une succession de numéros qui n'ont que peu à voir avec notre conception française du spectacle de variétés. Quant à la « comédie musicale », malgré la présence des mêmes réalisateurs et des mêmes stars, elle est d'abord prétexte à introduire des chants et des danses, à la façon de l'opérette française, avant que la synthèse de l'intrigue et du spectacle ne devienne la norme, ce dont témoigne parfaitement un film tel que Singin' in the Rain (Chantons sous la pluie, 1952) de Stanley Donen et Gene Kelly. Comédie américaine et comédie musicale correspondent parfaitement à une Amérique sûre de son bon droit, jusqu'à l'orée des années 1960, date à laquelle elles subiront une profonde mutation.

La comédie, divertissement ou genre social ?

S'opposant aux genres épiques – western, film d'aventures ou film de guerre –, qui exaltent l'esprit de conquête américain, la comédie se meut plus volontiers sur le terrain du quotidien, proposant une critique parfois acerbe des mœurs et des valeurs américaines. À côté du burlesque se développe, dès la fin des années 1910, une comédie de mœurs, vite devenue comédie mondaine dont les principaux artisans sont des réalisateurs tels que Harry Beaumont, James Cruze, Donald Crisp et surtout Cecil B. De Mille, qui signe Male and Female (L'Admirable Crichton, 1919), Why Change Your Wife ? (L'Échange, 1920) ou The Affairs of Anatol (Le cœur nous trompe, 1921). La subtilité du mélodrame [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma  » est également traité dans :

ABBOTT BUD (1895-1974)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 556 mots

Acteur américain, né à Ashbury Park près d'Atlantic City, Bud Abbott a eu une carrière mouvementée qui l'a mené du cirque au music-hall et du music-hall à l'écran, où il fit longtemps tandem avec Lou Costello (1906-1959). Leurs noms sont inséparables d'un certain type de comédie populaire. Enfant de la balle, Bud Abbott est né au sein même du cirque Barnum, où son père tenait l'emploi de Monsieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bud-abbott/#i_10855

ALLEN WOODY (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 581 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le matériau autobiographique »  : […] Depuis Annie Hall (1977), l'autobiographie (par le biais, ici, du couple qu'il forme avec l'actrice Diane Keaton) devient un matériau privilégié de création  : elle alimente l'œuvre en même temps que celle-ci réinvente Woody Allen, le personnage comme le cinéaste. C'est encore le cas d'une œuvre plus tardive, Maris et femmes ( Husbands […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/woody-allen/#i_10855

ANDREWS JULIE (1935- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Actrice anglaise, grande vedette des comédies musicales, née le 1 er  octobre 1935 à Walton on Thames, dans le Surrey. À 10 ans, Julia Elizabeth Wells, dite Julie Andrews, commence à accompagner à la voix son beau-père chanteur (dont elle a pris le patronyme) et sa mère pianiste. Pourvue d'une voix exceptionnellement juste et cristalline, qui couvre quatre octaves, elle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julie-andrews/#i_10855

ARTHUR JEAN, GLADYS GEORGIANNA GREENE dite (1905-1991)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 551 mots

Si l'avènement du cinéma parlant mit inexorablement fin à la carrière de nombreux comédiens, il favorisa par contre la trajectoire de Jean Arthur, née à New York en 1905, dotée d'une voix au registre voisin de celui que possédait Judy Holliday dans les années 1950. Très en avance sur l'époque, la comédienne allait populariser un personnage de Girl next Door (« Mademoiselle To […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gladys-georgianna-arthur/#i_10855

BACALL LAUREN (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'un couple »  : […] Betty Bacal n'a que dix-huit ans lorsque Hawks l'engage et la forme durant de nombreux mois, changeant jusqu'à son nom en Lauren Bacall, avant de la faire jouer dans Le Port de l'angoisse ( To Have and Have Not , 1944). Hawks avait beaucoup transformé, avec la collaboration de William Faulkner et de Jules Furthman, le roman d'Ernest Hemingway, conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lauren-bacall/#i_10855

BUCHMAN SYDNEY (1902-1975)

  • Écrit par 
  • Raymond MORINEAU
  •  • 410 mots
  •  • 1 média

Le scénariste et producteur américain Sydney Buchman a illustré une des formes les plus originales du cinéma américain d'entre les deux guerres, la comédie satirique légère à tendance sociale traitée avec beaucoup de vivacité et de brio. De 1932 à 1950, il fut une des gloires de la firme Columbia Pictures, à laquelle il imposa son style. Sydney Buchman, né à Duluth (Minnesota), écrit d'abord pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sydney-buchman/#i_10855

CAPRA FRANK (1897-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cinéaste du New Deal »  : […] L'itinéraire de Frank Capra est celui d'un petit Sicilien né à Palerme le 18 mai 1897, fils d'un ramasseur d'oranges, arrivé aux États-Unis à l'âge de six ans et désireux d'avoir un jour, selon le titre original de son autobiographie, The Name above the Title ( Le Nom au-dessus du titre ). Après avoir travaillé pour pouvoir se payer des études de techno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-capra/#i_10855

CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Certains l'aiment chaud ( Some Like it Hot ) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950, dans les dernières années du code d'autocensure de William Hays. Ensemble, Billy Wil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/certains-l-aiment-chaud/#i_10855

CHANTONS SOUS LA PLUIE (S. Donen et G. Kelly)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 287 mots

Bien avant Chantons sous la pluie ( Singing in the Rain ), tous les ingrédients de la comédie musicale existaient, à commencer par la préparation d'un spectacle comme support de numéros musicaux. Mais Stanley Donen (1924-2019) et Gene Kelly (1912-1996) renouvellent totalement le genre en dosant à la perfection, et parfois en détournant ces ingrédients : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantons-sous-la-pluie/#i_10855

CHANTONS SOUS LA PLUIE, film de Stanley Donen et Gene Kelly

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 109 mots

En 1951, la Metro Goldwyn Mayer est devenue, parmi les « majors », la compagnie la plus riche en vedettes, et le producteur Arthur Freed (ancien auteur de chansons) y dirige un département consacré à la comédie musicale de prestige. Les films-florilèges consacrés aux auteurs-compositeurs étant à la mode, il souhaite se faire plaisir en commandant un scénario qui permette de rassembler ses propres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chantons-sous-la-pluie-stanley-donen-et-gene-kelly/#i_10855

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma américain classique »  : […] Mais le registre de Capra demeure limité. Howard Hawks et Leo Mac Carey, qui sont ses rivaux en matière de comédie, ont un projet bien plus vaste. Pour l'un et l'autre, la comédie représente simplement le terme privilégié d'une alternative personnelle. L'œuvre de Hawks oscille entre le burlesque ( L'Impossible Monsieur Bébé [ Bringing Up Baby ], 1938) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_10855

COLBERT CLAUDETTE (1903-1996)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 585 mots

Durant trois décennies, Claudette Colbert aura incarné le type même de la femme déterminée et indépendante, aussi rompue aux échanges verbaux de la screwball comedy (comédie loufoque) qu'aux embûches d'implacables mélos qu'elle surmontait toujours avec une rare élégance. D'origine française, elle s'établit très jeune à New York avec sa famille. Elle fait ses premiers pas dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudette-colbert/#i_10855

COMÉDIE MUSICALE, cinéma

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 941 mots
  •  • 9 médias

Par comédie musicale on entend, au cinéma, un spectacle de divertissement, bâti sur un scénario souvent ténu, où la musique, le chant et la danse tiennent une place de choix. La comédie musicale n'a donc pu naître qu'avec le cinéma parlant, et Le Chanteur de jazz ( Jazz Singer ) d'Alan Crosland (1927) en fut la première manifestation. Les historiens font […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-musicale-cinema/#i_10855

COMÉDIES MUSICALES. LA JOIE DE VIVRE AU CINÉMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De Broadway à Bollywood »  : […] Acceptons l’expression populaire de « comédie musicale » tout en sachant qu’elle désigne ici des films qui ne sont pas toujours, loin de là, des comédies. Le commissaire de l’exposition, N. T. Binh, prend soin de le préciser lui-même dans l’introduction du catalogue (éditions de la Martinière, 2018). Il est l’un des grands connaisseurs français du genre, tant au théâtre qu’au cinéma. C’est donc to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedies-musicales-la-joie-de-vivre-au-cinema-exposition/#i_10855

CROSBY BING (1904-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FABIANI
  •  • 666 mots
  •  • 1 média

Né à Tacoma, dans l'État de Washington, Harry Lillis Crosby est le quatrième enfant d'une famille où l'on goûte fort la musique ; bon chanteur mais cancre notoire, il consacre ses jeunes années au football américain et au base-ball. La légende veut qu'il ait emprunté son nom d'artiste au titre d'une bande dessinée qu'il adorait, The Bingville Bugle . Son ardeur limitée pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bing-crosby/#i_10855

DONEN STANLEY (1924-2019)

  • Écrit par 
  • Jacques LOURCELLES
  •  • 486 mots
  •  • 3 médias

Né le 13 avril 1924 à Columbia (Caroline du Sud), Stanley Donen, grand novateur de la comédie musicale américaine d'après guerre, fait ses premières armes comme danseur à Broadway puis, pour le cinéma, comme assistant chorégraphe de Charles Walters et de Gene Kelly dans des films réalisés notamment par Edward Buzzell, Charles Vidor – il règle un numéro de la célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-donen/#i_10855

EDWARDS BLAKE (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 952 mots

Son grand-père dirigeait des films muets, son père fut metteur en scène de théâtre et directeur de production. C'est donc tout naturellement que William Blake Crump (dit Blake Edwards), né à Tulsa (Oklahoma) le 26 juillet 1922, se tourne vers le spectacle. Il débute à Los Angeles avec des émissions de radio (pour Dick Powell) et des séries T.V., avant de jouer dès 1942 des petits rôles au cinéma. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blake-edwards/#i_10855

FIELDS WILLIAM CLAUDE dit W. C. (1879-1946)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

C'est l'avènement du cinéma parlant, fatal à d'autres comiques (Langdon, Semon, Chase, Cook, Pollard, Al Saint-John, Ben Turpin), qui assura la célébrité de Fields . Il avait débuté pourtant sous la direction de Griffith dans Sally, fille de cirque ( Sally of the Sawdust , 1925), mais c'est en 1932 qu'il s'impose avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-claude-fields/#i_10855

GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY (1904-1986)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 918 mots
  •  • 2 médias

Si, dans les années 1930, le cinéma italien avait créé un univers de « téléphones blancs », Hollywood, dans ses films, avait également su concevoir un environnement sans aspérités, où les stars évoluaient avec élégance et nonchalance, tout en s'adaptant aux situations les plus trépidantes des screwball comedies . Le jeune comédien Cary Grant (de son vrai nom Archibald Leach), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grant-archibald-alexander-leach-dit-cary/#i_10855

HANKS TOM (1956- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 693 mots

Acteur de cinéma, scénariste et réalisateur américain, né le 9 juillet 1956 à Concord, en Californie. Thomas J. Hanks connaît une enfance nomade. Après le lycée, il choisit de se spécialiser en art dramatique à l'université d'État de Californie. Sa formation lui donne l'occasion de se produire dans divers rôles du répertoire classique dans le cadre d'un festival de théâtre à Cleveland (Ohio). À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tom-hanks/#i_10855

HAWKS HOWARD (1896-1977)

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 2 057 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un gabarit « hors catégorie » »  : […] On ne peut entièrement le suivre lorsqu'il prétend s'intéresser aux « gens normaux ». Ils sont normaux, certes, par leurs réactions. Hawks prend le plus grand soin d'en affaiblir la portée morale ou dramatique à force d'humour et de retenue. C'est un principe chez lui : « Jouer toujours à fond en sens contraire de la scène. » Mais tous les hommes de métier, et tous les séducteurs connaissent le po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/howard-hawks/#i_10855

HEPBURN AUDREY (1929-1993)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 812 mots
  •  • 2 médias

De toutes les femmes-enfants, Audrey Hepburn a été une de celles qui a manifesté la plus forte personnalité. D'une beauté rare et d'un charme fou, il émanait d'elle un mélange exceptionnel de vulnérabilité et de force de caractère, d'effronterie et de distinction naturelle qu'elle a su préserver par son jeu sensible et frémissant, subtil et expressif à la fois. Née le 4 mai 1929 à Bruxelles, Edda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audrey-hepburn/#i_10855

HEPBURN KATHARINE (1907-2003)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 803 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps de la comédie »  : […] Alternant drame et comédie, domaine où elle sait trouver le juste tempo , Katharine Hepburn impose un personnage de jeune femme intelligente et volontaire, énergique et combative, qui ne s'en laisse pas conter par les hommes, ou qui joue savamment de son androgynie, comme dans Sylvia Scarlett (1935) de George Cukor. Certes, si, dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/katharine-hepburn/#i_10855

HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël AUGROS, 
  • Francis BORDAT
  •  • 7 744 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un pôle d'attraction national et international »  : […] Au début des années folles, Hollywood est déjà un mythe que toute une littérature journalistique, supervisée par quelques reines du potin (Louella Parsons, plus tard Hedda Hopper), amplifie et colporte aux quatre coins du monde. Un rituel quasi religieux organise la sortie des films et le culte de leurs stars (Greta Garbo, Rudolph Valentino ) au rythme des « premières » organisées au Grauman’s Chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hollywood/#i_10855

LUBITSCH ERNST (1892-1947)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 2 656 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Europe séduit l'Amérique »  : […] Sa silhouette à la Bonaparte devint vite célèbre à Hollywood. C'était un petit homme trapu, au sourire malicieux, un gros cigare aux lèvres, l'œil pétillant, une mèche noire tombant sur son front. Il faisait partie de ces innombrables réalisateurs européens qui avaient dû s'exiler aux États-Unis, et qui, célèbres ou obscurs, ont fécondé le cinéma américain : Murnau, Stroheim, Ford, Lang, Minnelli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-lubitsch/#i_10855

MAC CAREY LEO (1898-1969)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 958 mots

Réalisateur, écrivain et producteur américain, né le 3 octobre 1898 à Los Angeles, mort le 5 juillet 1969 à Santa Monica (Californie). Diplômé en droit de l'University of Southern California, Thomas Leo Mac Carey poursuit une carrière d'avocat pendant quelque temps, puis se lance dans le cinéma en 1918 comme assistant du réalisateur Tod Browning. En 1923, il est engagé comme réalisateur et scénar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-mac-carey/#i_10855

MANHATTAN, film de Woody Allen

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 932 mots

À la fin des années 1970, Woody Allen semble se décider à aborder de front les problèmes existentiels qu'avaient traités en leur temps les cinéastes auxquels il voue une admiration sans bornes, Renoir, Fellini et Bergman. Pour lui qui a débuté au cinéma comme parodiste – par exemple en écrivant Quoi de neuf, Pussy Cat ? (Clive Donner, 1965), ou encore en se livrant au détour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manhattan-woody-allen/#i_10855

MINNELLI VINCENTE (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 693 mots
  •  • 2 médias

Des maîtres de la comédie musicale hollywoodienne de l'après-guerre, Minnelli est le seul à avoir affronté avec bonheur, non pas à la suite, comme le fit Stanley Donen, mais de front, les registres de la comédie légère et du drame symbolique. Peut-être son importance dans l'histoire du film musical a-t-elle masqué en partie la véritable place de l'artiste, qui s'est interrogé lucidement sur la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincente-minnelli/#i_10855

NINOTCHKA, film de Ernst Lubitsch

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 751 mots
  •  • 1 média

Juif berlinois, Ernst Lubitsch (1892-1947) quitte l'Allemagne dès 1922 et poursuit à Hollywood une riche carrière. Il y devient le plus européen des cinéastes américains, promoteur d'une comédie à la fois psychologique et sentimentale que l'on résumera par l'expression «  Lubitsch touch », un style léger, allusif et narquois. Inspiré sans doute d'un voyage à Moscou, en 1937, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ninotchka/#i_10855

ROGERS GINGER (1911-1995)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 196 mots
  •  • 3 médias

Pour le public comme pour les historiens du cinéma, le nom de Ginger Rogers reste associé à la dizaine de films musicaux qu'elle tourna avec Fred Astaire, et qui firent d'elle une superstar des années 1930 et 1940. Mais elle fut par ailleurs l'une des reines de la comédie loufoque américaine, genre dans lequel sa blondeur piquante se doublait d'une merveilleuse aptitude au sarcasme et à la bouffo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ginger-rogers/#i_10855

SENNETT MICHAËL SINNOTT dit MACK (1880-1960)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 514 mots

Acteur, réalisateur et producteur américain, né le 17-janvier 1880 à Richmond, au Canada, mort le 5 novembre 1960 à Hollywood. Père de la comédie burlesque américaine, maître du montage et de l'utilisation du rythme dans l'effet comique, Mack Sennett fut l'un des plus grands noms de Hollywood à l'ère du cinéma muet. Mack Sennett, de son vrai nom Michaël Sinnott, s'essaie aux arts du cirque, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sennett-michael-sinnott-dit-mack/#i_10855

STEWART JAMES (1908-1997)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 999 mots
  •  • 2 médias

Maigre, extraverti, adolescent attardé, souvent bafouillant et gesticulant, James Stewart ne correspondait pas à l'idée préconçue du séducteur hollywoodien, ni même du bon comédien. Il fut pourtant adulé par la critique autant que par le public, et Kim Novak le désigna comme son partenaire « le plus sexy ». Père de famille tranquille, il fut l'une des rares superstars à ne donner naissance à aucun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-stewart/#i_10855

STURGES PRESTON (1898-1959)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 931 mots
  •  • 1 média

Longtemps méconnue, l'œuvre du cinéaste Preston Sturges connaît une étrange et capricieuse destinée qui ne rend guère justice à l'auteur des plus flamboyantes comédies américaines des années 1940. Sturges fut en effet le créateur d'un monde peuplé de catastrophiques candides et de roués peu nocifs, de milliardaires et d'inventeurs, d'amoureux et de fous furieux. Il n'est guère étonnant que la véri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preston-sturges/#i_10855

TEMPLE SHIRLEY (1928-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 506 mots
  •  • 1 média

L’ actrice américaine Shirley Temple accéda au rang de star internationale dès l’âge de sept ans : les comédies qu’elle tourna dans les années 1930 étaient alors les productions les plus rentables du cinéma hollywoodien . Shirley Jane Temple naît le 23 avril 1928 à Santa Monica, en Californie. À l’âge de trois ans, elle est sélectionnée parmi les élèves de son cours de danse pour un petit rôle da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shirley-temple/#i_10855

WALTERS CHARLES (1911-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 932 mots

Parmi tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (1949), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-walters/#i_10855

WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Adapté d'un spectacle de Broadway (1957), modernisant lui-même le Roméo et Juliette de Shakespeare, West Side Story appartient à la série des comédies musicales pour écran large (en Panavision) et son stéréophonique des années 1950-1960, et fut un immense succès : avec dix oscars, le film ne sera dépassé que par Ben Hur (1959) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-side-story/#i_10855

WILLIAMS ESTHER (1921-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 450 mots
  •  • 1 média

La nageuse et actrice américaine Esther Williams fut, dans les années 1940 et 1950, la star des comédies musicales dites aquatiques. Ces somptueuses productions en Technicolor remplaçaient les numéros de danse propres aux comédies musicales par des séquences de natation, de plongeon et de ski nautique à la chorégraphie élaborée et par des ballets aquatiques dans lesquels Esther Williams était acc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esther-williams/#i_10855

WYLER WILLIAM (1902-1981)

  • Écrit par 
  • Jacques SICLIER
  •  • 870 mots
  •  • 2 médias

En 1948 — on venait de découvrir, en France, les films tournés à Hollywood depuis 1940 par William Wyler —, André Bazin écrivit pour les numéros 10 et 11 de La Revue du cinéma de Jean George Auriol, une étude restée exemplaire : « William Wyler, ou le Jansénisme de la mise en scène ». Cette étude fut suivie d'un article retentissant de Roger Leenhardt dans l'hebdomadaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-wyler/#i_10855

Voir aussi

HARRY BEAUMONT    BJÖRK BJÖRK    BROADWAY    CHRIS COLOMBUS    CINÉMA DOCUMENTAIRE    CINÉMA FANTASTIQUE    ARTHUR FREED    GREGORY LA CAVA    RICHARD QUINE    SPECTACLE    FRANK TASHLIN    IRVING THALBERG

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/