BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Laurel et Hardy

Laurel et Hardy
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Buster Keaton

Buster Keaton
Crédits : Hulton Getty

photographie

Harold Lloyd

Harold Lloyd
Crédits : Evening Standard/ Getty Images

photographie

Limelight, C. Chaplin

Limelight, C. Chaplin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tous les médias


« Burlesque : comique outré et souvent trivial », dit le Larousse. Définition péjorative que confirme le sentiment populaire. Les tartes à la crème jouissent d'un statut esthétique inférieur.

Aucun genre, pourtant, dans l'histoire du cinéma ne s'est assuré un tel pouvoir sur tous les esprits. De Charlot à Hulot, de Keaton à Jerry Lewis, les comédies burlesques satisfont les esprits les plus frustes comme les plus raffinés.

Entraînés par la seule et simple nécessité de faire rire, contraints à l'invention, les acteurs et réalisateurs burlesques jouent sur toutes les impossibilités, ou les refus, d'adaptation au monde social ; ils démentent toutes les logiques, ils attaquent toutes les morales, ils défient toutes les pesanteurs.

Le genre contient donc, en puissance, un trésor de virtualités lyriques. « Qu'on se donne seulement la peine de pratiquer la poésie », disait André Breton. C'est ce que font les grands burlesques.

Un comique spécifique

Un arroseur arrosé, un sergent de ville poursuivant un cul-de-jatte simulateur, ce sont les premiers gags connus, réalisés par Louis Lumière en 1895.

Le cinéma naissant s'émerveilla de ses pouvoirs au nombre desquels la désintégration comique du réel n'est pas le moindre. Dans Onésime horloger, d'André Deed, une subite accélération du temps autorise en l'espace de quarante secondes un mariage éclair, la naissance de l'enfant et sa croissance achevée. Dans un autre film, cité par Georges Sadoul : « Une nounou se hisse aux Buttes-Chaumont sur la voiture de bébé qui se met à dévaler la pente, roule dans les rues, passe les portes de Paris, file sur la route du Havre, entre dans la Manche, vogue sur l'océan, aborde dans une île inconnue, dont les sauvages la prennent pour reine. »

Au premier regard, le cinéma a donc créé un comique spécifique, inconcevable avant lui, visuel de nature et tiré de ses seules ressources techniques. Pourtant, très vite, il doit avouer sa dette envers l'art du spectacle, en ce qu'il [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BURLESQUE COMÉDIE, cinéma  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une floraison de genres »  : […] Sans être aussi marquée que dans le cinéma américain, la division du cinéma britannique en genres précis s'est vite imposée. Si les Anglais sont connus pour leur sens de l'humour « à froid », la comédie britannique offre une belle variété de sous-genres. Les artistes burlesques venus de la scène, au temps du muet, firent carrière outre-Atlantique (Charles Chaplin, Stan Laurel), mais l'arrivée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/#i_5055

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roscoe-arbuckle/#i_5055

CAPRA FRANK (1897-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cinéaste du New Deal »  : […] L'itinéraire de Frank Capra est celui d'un petit Sicilien né à Palerme le 18 mai 1897, fils d'un ramasseur d'oranges, arrivé aux États-Unis à l'âge de six ans et désireux d'avoir un jour, selon le titre original de son autobiographie, The Name above the Title ( Le Nom au-dessus du titre ). Après avoir travaillé pour pouvoir se payer des études de techno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-capra/#i_5055

CHAPLIN CHARLIE

  • Écrit par 
  • Francis BORDAT
  •  • 3 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'enfance londonienne »  : […] Charles Spencer Chaplin est né à Londres le 16 avril 1889, de parents artistes de music-hall. Sa mère Hannah l'élève seule avec son demi-frère aîné Sydney tandis que son père sombre dans l'alcoolisme, fléau du music-hall londonien. L'absence de succès professionnel de la jeune femme et la maladie mentale qui la ronge plongent la famille dans le dénuement. Quand elle est internée en 1896, Charles e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-chaplin/#i_5055

CHARLIE CHAPLIN CRÉE "CHARLOT"

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 233 mots

Dans Pour gagner sa vie , son premier film pour la compagnie Keystone, où il vient d'être engagé en février 1914 afin de tourner sous la direction de Henry Lehrman, Charlie Chaplin (1889-1977), tel un lord anglais, s'est vu affubler d'une moustache tombante, d'une redingote, d'un huit-reflets, de guêtres et d'un monocle. Peu satisfait, il décide, dans son deuxième film tourné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-chaplin-cree-charlot/#i_5055

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Sagas nordiques et démons germaniques »  : […] Au moment où les cinéastes américains captent la lumière crue du soleil californien, les réalisateurs suédois découvrent à leur tour la magie du paysage naturel. À propos du Trésor d'Arne (1919), où Mauritz Stiller montrait un cortège funèbre cheminant sur les glaces qui enserrent la coque d'un navire, Léon Moussinac écrivait : « Avec quelle puissance singulière le décor ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_5055

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un genre iconoclaste »  : […] La recette tend à se figer à partir de la fin des années 1930-1940, même si certains perpétuent le genre avec talent, tels Lubitsch [ Cluny Brown ( La Folle Ingénue , 1946)], Cukor [( Adam's Rib ( Madame porte la culotte , 1949)] ou Hawks [ I Was a Male War Bride ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_5055

EDWARDS BLAKE (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 952 mots

Son grand-père dirigeait des films muets, son père fut metteur en scène de théâtre et directeur de production. C'est donc tout naturellement que William Blake Crump (dit Blake Edwards), né à Tulsa (Oklahoma) le 26 juillet 1922, se tourne vers le spectacle. Il débute à Los Angeles avec des émissions de radio (pour Dick Powell) et des séries T.V., avant de jouer dès 1942 des petits rôles au cinéma. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blake-edwards/#i_5055

FIELDS WILLIAM CLAUDE dit W. C. (1879-1946)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

C'est l'avènement du cinéma parlant, fatal à d'autres comiques (Langdon, Semon, Chase, Cook, Pollard, Al Saint-John, Ben Turpin), qui assura la célébrité de Fields . Il avait débuté pourtant sous la direction de Griffith dans Sally, fille de cirque ( Sally of the Sawdust , 1925), mais c'est en 1932 qu'il s'impose avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-claude-fields/#i_5055

LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 920 mots

Dans le chapitre « Odyssée-guignol »  : […] En 1942, en pleine Occupation, un chef d'orchestre (de Funès) et un peintre en bâtiment (Bourvil) s'affairent entre Paris et la ligne de démarcation pour essayer de faire passer en zone libre trois aviateurs anglais dont l'appareil a été abattu au-dessus de la capitale, alors qu'ils étaient de retour de mission en Allemagne. Ces derniers atterrissent respectivement au zoo de Vincennes, à l'Opéra d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-vadrouille/#i_5055

HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël AUGROS, 
  • Francis BORDAT
  •  • 7 744 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un pôle d'attraction national et international »  : […] Au début des années folles, Hollywood est déjà un mythe que toute une littérature journalistique, supervisée par quelques reines du potin (Louella Parsons, plus tard Hedda Hopper), amplifie et colporte aux quatre coins du monde. Un rituel quasi religieux organise la sortie des films et le culte de leurs stars (Greta Garbo, Rudolph Valentino ) au rythme des « premières » organisées au Grauman’s Chi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hollywood/#i_5055

KEATON BUSTER

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 2 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un enfant de la balistique »  : […] Né le 4 octobre 1895 dans une petite ville du Kansas, Joseph Frank Keaton ne peut rien savoir évidemment de l'invention qui mûrit et se précise dans l'esprit d'un fabricant lyonnais de plaques photographiques nommé Louis Lumière. Aussi, Buster Keaton se produit-il d'abord dès l'âge de trois ans sur une scène de music-hall dans le numéro de ses parents, Joe et Myra Keaton. La publicité présente Myr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/buster-keaton/#i_5055

KEATON BUSTER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 941 mots

4 octobre 1895 Naissance de Joseph Frank Keaton à Piqua (ou Pickway, Kansas). Ses parents, Joe et Myra, sont des acteurs qui participent à des tournées ambulantes avec le prestidigitateur Harry Houdini qui donnera à l'enfant le surnom de « Buster ». Dès l'âge de trois ans, il se produit sur scène avec eux. 1899 Les Trois Keaton abandonnent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/keaton-reperes-chronologiques/#i_5055

LAUREL STAN (1890-1965) & HARDY OLIVER (1892-1957)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 311 mots
  •  • 1 média

De tous les grands burlesques, Laurel et Hardy demeurent peut-être les plus aimés. Keaton est trop froid, Lloyd trop impersonnel, Langdon trop trouble et les Marx trop bavards. En revanche, Laurel et Hardy font partie du décor de la vie quotidienne. Dans leurs films, le rire ne naît pas de l'ingéniosité du héros (Keaton) ou de son agressivité (Fields), mais de la maladresse des deux personnages et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurel-et-hardy/#i_5055

LES VACANCES DE MONSIEUR HULOT (J. Tati), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 238 mots

Jacques Tati (1908-1982) avait renouvelé le cinéma comique français en alliant, dans Jour de fête , le burlesque muet à la modernité d'un cinéma de l'observation. Après François le facteur, témoin d'une France rurale en voie de disparition, il invente Hulot, qui naît en même temps que cette civilisation des loisirs dont vont abondamment parler les sociologues. Hurluberlu sort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-vacances-de-monsieur-hulot/#i_5055

LEWIS JERRY (1926-2017)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 534 mots
  •  • 1 média

Né d'un couple d'artistes de music-hall, à Newark (New Jersey), le 16 mars 1926, Joseph Levitch exerce toutes sortes de métiers à partir de ses douze ans. En 1944, il met au point un numéro d'imitation de chanteurs et passe avec succès en attraction dans les cinémas de la chaîne Paramount. Contre la volonté de ses parents, il se marie et sera père de six enfants. En juillet 1946, il est « adopté » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerry-lewis/#i_5055

LINDER GABRIEL LEVIELLE dit MAX (1883-1925)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 448 mots

La renommée de Max Linder, première grande vedette comique de l'histoire du cinéma, fut telle que son nom d'acteur tomba et que c'est au seul prénom, à la seule syllabe de « Max » que la firme Pathé offrit le cachet annuel, fabuleux pour l'époque, de deux cent mille francs or. De son vrai nom Gabriel Levielle, Max Linder, né en Gironde, partit à la conquête de Paris en 1905, où il débuta aux Varié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linder-gabriel-levielle-dit-max/#i_5055

LLOYD HAROLD (1893-1971)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 284 mots
  •  • 1 média

Un des acteurs comiques les plus populaires du cinéma américain, Harold Lloyd fut à son apogée dans les années trente. Il imposa un personnage, l'optimiste, à qui tout réussit au milieu des pires catastrophes, et une silhouette, celle d'un jeune homme timide, portant lunettes d'écaille et canotier. Entre 1917 et 1921, Lloyd tourne plus de cent courts métrages dont certains sont excellents : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harold-lloyd/#i_5055

MARX BROTHERS LES

  • Écrit par 
  • Louis LACAS
  •  • 570 mots
  •  • 1 média

Leonard (1886-1961) dit Chico, Adolph (1888-1964) dit Harpo, Julius (1890-1977) dit Groucho, Milton (1893-1977) dit Gummo, Herbert (1901-1979) dit Zeppo . Une silhouette cassée, pliée, vêtue d'une queue-de-pie, trottant comme une autruche pressée, un cou maigre promenant deux yeux égrillards chaussés de lunettes d'acier, avec, sur une lippe gourmande, une moustache peinte de clown, Groucho est en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-marx-brothers/#i_5055

LE MÉCANO DE LA "GENERAL" (B. Keaton)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 228 mots

« J'étais plus fier de ce film que de tous ceux que j'ai jamais réalisés », déclare Buster Keaton à propos du Mécano de la « General » . Bien des années après sa réalisation, critiques et public confirmeront ce jugement sur une œuvre qui représente un sommet non seulement de l'art muet, mais du cinéma tout court. Le film révélait un auteur, dans un genre dit inférieur, le bur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mecano-de-la-general/#i_5055

TATI JACQUES (1908-1982)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 546 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà du mythe »  : […] Parade éclaire, peut-être mieux que tout autre film, l'originalité du comique de Tati. M. Hulot, après le facteur de Jour de fête , pouvait laisser croire que le cinéma de Tati allait se fonder sur un personnage mythique, héritier de Charlot, de Keaton et des grands burlesques. On comprend aujourd'hui que Mon Oncle ait pu décevoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-tati/#i_5055

Voir aussi

CINÉMA AMÉRICAIN    CINÉMA MUET    GAG    HARRY LANGDON    PUBLIC & ART    RÉALISATION cinéma    SPECTACLE

Pour citer l’article

Claude-Jean PHILIPPE, « BURLESQUE COMÉDIE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-burlesque-cinema/