CHAPLIN CHARLIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution du personnage et des scénarios

Dès qu'il dirige lui-même ses films, Chaplin donne à son personnage une dimension sentimentale qui le distingue des marionnettes, grotesques ou poétiques, mais dénuées d'épaisseur, de l'école sennettienne. Entre le Charlot de la Keystone (1914) et celui de la First National (1918-1923), l'évolution est continue. Sans jamais renoncer à l'anarchie exubérante de ses « petits gestes » et à une débauche d'énergie qui ne s'embarrasse d'aucune convenance, Charlot perd de son agressivité et de sa lubricité originelles au profit d'une galanterie aussi généreuse que mal récompensée. Après la sortie d'Une vie de chien (1918) et surtout du Gosse (1921), une partie de la critique, en France notamment (Soupault, Desnos), regrette sa dérive vers le « sentimentalisme » et le pathos des amours non partagées, qui atteignent leur paroxysme avec La Ruée vers l'or (1925).

L'évolution de Charlot n'est pas dissociable de la complexification des scénarios. Les courts-métrages de la Keystone pouvaient se contenter des trames élémentaires où puisaient les premiers burlesques : bagarres, poursuites et quiproquos. Mais quand le cinéaste veut accéder à la dramaturgie plus ample du moyen et du long-métrage, il se tourne vers le genre narratif dominant du cinéma muet, le mélodrame, d'abord par le biais de la parodie (Charlot peintre, 1914), puis par une association originale du comique et du pathétique, où se mêlent le rire et les larmes. Pivot de l'œuvre, Charlot musicien (1916) emprunte à David Wark Griffith le thème des enfants enlevés. Mais la veine parodique s'estompe au profit d'une imbrication de l'émotion et de la dérision. Sur des synopsis voisins, Une vie de chien, Le Gosse, Le Cirque et Les Lumières de la ville reprennent et développent cette conception de la comédie. Selon Adolphe Nysenholc, le comique chaplinien peut alors se définir comme un « tragique escamoté ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Le Dictateur, de Charlie Chaplin

Le Dictateur, de Charlie Chaplin
Crédits : United Artists Corporation/ Collection privée

photographie

Les Temps modernes, C. Chaplin

Les Temps modernes, C. Chaplin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Limelight, C. Chaplin

Limelight, C. Chaplin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur de civilisation américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CHAPLIN CHARLIE (1889-1977)  » est également traité dans :

CHAPLIN CHARLIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 795 mots

16 avril 1889 Naissance de Charles Spencer Chaplin à Londres.18 juin 1896 Leur mère Hannah étant sans ressources, Charles Chaplin et son demi-frère Sydney (né en 1885) sont placés à l'orphelinat de Hanwell (dans la banlieue de Londres).Janvier 1899 ? Il débute au music-hall dans un […] Lire la suite

CHARLIE CHAPLIN CRÉE "CHARLOT"

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 233 mots

Dans Pour gagner sa vie, son premier film pour la compagnie Keystone, où il vient d'être engagé en février 1914 afin de tourner sous la direction de Henry Lehrman, Charlie Chaplin (1889-1977), tel un lord anglais, s'est vu affubler d'une moustache tombante, d'une redingote, d'un huit-reflets, de guêtres et d'un monocle. Peu satisf […] Lire la suite

LES TEMPS MODERNES, film de Charlie Chaplin

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 916 mots
  •  • 1 média

Fort du triomphe, cinq ans plus tôt, d'un film encore muet, Les Lumières de la ville (City Lights, 1931), dans une Amérique déjà convertie au parlant, Charlie Chaplin (1889-1977) sort, avec Les Temps modernes (Modern Times), un film sans dialogues audibles. Plus exactemen […] Lire la suite

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 072 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le public burlesque »  : […] Car c'est devant le public que le personnage se forme et s'affirme. Aucun metteur en scène ne peut assumer cette fonction de miroir. Là encore, le cinéma avoue sa dette. Née en France, au début du siècle, la comédie burlesque se naturalise américaine dès la deuxième décennie. Les sergents de ville parisiens de chez Pathé font place aux « policemen de la Keystone » ( Keystone cops ) animés par le t […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La musique du sonore »  : […] C'est à partir de 1932 que la musique de fosse s'affirma de nouveau. Il est difficile d'en déterminer les causes. Il semblerait cependant que l'immense succès de City Lights ( Les Lumières de la ville ), de Charles Chaplin (1931), ait joué là un rôle. Ennemi des talkies , le créateur de Charlot avait, contre vents et marées, produit un film résolument muet avec, pour seule concession à la nouvell […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie, divertissement ou genre social ? »  : […] S'opposant aux genres épiques – western, film d'aventures ou film de guerre –, qui exaltent l'esprit de conquête américain, la comédie se meut plus volontiers sur le terrain du quotidien, proposant une critique parfois acerbe des mœurs et des valeurs américaines. À côté du burlesque se développe, dès la fin des années 1910, une comédie de mœurs, vite devenue comédie mondaine dont les principaux ar […] Lire la suite

ELLIPSE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 434 mots

Comme en littérature, l'ellipse est, au cinéma, une figure narrative consistant à supprimer du récit un certain nombre d'éléments, tels que plans, scènes, etc., faisant partie du déroulement logique de la fiction, mais jugés inessentiels à sa compréhension. L'ellipse est classiquement utilisée pour « alléger » le récit, en éliminant ce qui est considéré comme des temps morts. Ainsi, dans Vers sa […] Lire la suite

GODDARD PAULETTE (1911-1990)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 807 mots

Le cinéma – américain principalement – a toujours employé deux types, assez nettement distincts, d' acteurs et d'actrices, que l'on peut ainsi caractériser : d'une part, les stars, qui sont des mythes intouchables, se situant très haut au-dessus de la norme commune ; de l'autre, les comédiens, à échelle humaine, au talent mesurable, et s'impliquant avec plus ou moins d'efficacité dans la création […] Lire la suite

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 535 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une guerre omniprésente  »  : […] Dès l’été de 1914, la culture populaire s’empare des thèmes patriotiques. La liberté d’expression, une des grandes conquêtes du xix e  siècle, est restreinte et il est interdit de publier des informations stratégiques ou de manifester des doutes sur l’issue du conflit. En réaction au « bourrage de crâne » et à la censure, certains titres manifestent leur esprit critique, tel Le Canard enchaîné , f […] Lire la suite

LUBITSCH ERNST (1892-1947)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 2 656 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De Berlin à Chaplin »  : […] Ernst Lubitsch est né à Berlin le 29 janvier 1892. Il appartient à la génération des réalisateurs qui ont l'âge du cinématographe (1895). Charlie Chaplin est son aîné de trois ans, John Ford son cadet de trois ans. Cette génération, qui grandit avec le « muet » et découvre le « parlant » à sa maturité, va donner au cinéma ses classiques. La famille Lubitsch est israélite, probablement originaire d […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les apports du cinéma parlant »  : […] On a dit et redit ce que le parlant avait fait disparaître en ses débuts : la pureté du genre, la suggestion, le mystère, la magie liés à l'absence de son, l'ambiguïté des situations, la liberté dans l'enchaînement des plans, la stylisation de la réalité, la liberté de tournage en extérieur (le parlant imposait au début l'insonorisation, donc le studio), etc. Toutes choses qu'il a dû lentement rec […] Lire la suite

UNITED ARTISTS

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 974 mots

Un producteur important de l'époque, dirigeant de la M.G.M., salua la naissance de United Artists, en 1919, par ces mots : « Voici les fous qui prennent la direction de l'asile. » La nouvelle société tenait à la prétention de quelques grandes stars de l'époque de devenir leur propre producteur et de conquérir leur indépendance vis-à-vis des premières grandes compagnies hollywoodiennes qui, Paramo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis BORDAT, « CHAPLIN CHARLIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-chaplin/