Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHAPLIN CHARLIE (1889-1977)

Dès 1914, alors qu'il interprète et en majorité réalise ses trente-cinq premiers films pour la compagnie Keystone de Mack Sennett, Charles Chaplin conquiert une célébrité que peu d'hommes ont connue de leur vivant. Le personnage de Charlot, qui apparaît dans sa deuxième bande, Charlot est content de lui, prend en quelques mois stature de mythe. L'intelligentsia participe à cet engouement : Charlot est célébré par les plus grands artistes de son temps, de George Bernard Shaw à Pablo Picasso, de Claude Debussy à Serge Eisenstein. Louis Delluc lui consacre en 1921 la première monographie jamais publiée sur un cinéaste. Près d'un siècle plus tard, les centaines de livres et les milliers d'articles qui lui ont été consacrés dans toutes les langues n'ont toujours pas épuisé son sujet.

L'enfance londonienne

Charles Spencer Chaplin est né à Londres le 16 avril 1889, de parents artistes de music-hall. Sa mère Hannah l'élève seule avec son demi-frère aîné Sydney tandis que son père sombre dans l'alcoolisme, fléau du music-hall londonien. L'absence de succès professionnel de la jeune femme et la maladie mentale qui la ronge plongent la famille dans le dénuement. Quand elle est internée en 1896, Charles et Sydney sont confiés à l'orphelinat de Hanwell, dans la banlieue de Londres. Ils ne retrouveront leur mère que pour de brèves périodes et mèneront une vie d'errance et de pauvreté. Charles Chaplin sera durablement marqué par les difficultés matérielles et les angoisses affectives de cette petite enfance. Leur souvenir imprègne l'œuvre, où le coin de rue « en T » des taudis londoniens constitue, de Charlot policeman (1917) aux Feux de la rampe (1952), un décor récurrent, tout comme le thème quasi obsessionnel de la faim, d'Une vie de chien (1918) aux Temps modernes (1936), en passant par La Ruée vers l'or (1925).

Les bonheurs du jeune garçon sont ceux du music-hall où il se produit dès son plus jeune âge. Il accompagne sa mère sur scène, et il obtient son premier succès à cinq ans le jour où il la mime alors qu'elle est victime d'une extinction de voix. À neuf ans, il est engagé dans la troupe des « Huit Gars du Lancashire » où il danse en sabots et imite des animaux. En 1905, il joue le rôle d'un groom dans une adaptation très populaire de Sherlock Holmes, avant de s'illustrer, l'année suivante, dans deux sketchs burlesques, Repairs, une histoire d'apprentis maladroits, et Casey's Court Circus, une parodie de mélodrame criminel. C'est toutefois une autre troupe, la compagnie Fred Karno des « Comédiens muets », qui lui donne la chance de sa vie en 1906. Non seulement il y peaufine l'art de la pantomime, mais c'est là qu'il s'initie à la construction et au rythme des gags. C'est également avec la compagnie Karno qu'il effectue sa première visite aux États-Unis en 1910. Dans A Night in an English Music-Hall, il joue avec grand succès le rôle d'un gentleman éméché, qu'il reprendra dans plusieurs films. Quand, deux ans plus tard, il accompagne la troupe pour une seconde tournée américaine, il est remarqué par Mack Sennett, qui vient de fonder la compagnie Keystone, où brillent déjà les premières stars du burlesque américain : Ford Sterling, Mabel Normand, Roscoe « Fatty » Arbuckle, Mack Swain.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de civilisation américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Francis BORDAT. CHAPLIN CHARLIE (1889-1977) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 20/03/2024

Médias

<it>Le Dictateur</it>, de Charlie Chaplin - crédits : United Artists Corporation/ Collection privée

Le Dictateur, de Charlie Chaplin

<it>Monsieur Verdoux</it>, de C. Chaplin - crédits : John Springer Collection/ Getty Images

Monsieur Verdoux, de C. Chaplin

Les Temps modernes, C. Chaplin - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Les Temps modernes, C. Chaplin

Autres références

  • CHARLIE CHAPLIN CRÉE "CHARLOT"

    • Écrit par
    • 234 mots
    • 1 média

    Dans Pour gagner sa vie, son premier film pour la compagnie Keystone, où il vient d'être engagé en février 1914 afin de tourner sous la direction de Henry Lehrman, Charlie Chaplin (1889-1977), tel un lord anglais, s'est vu affubler d'une moustache tombante, d'une redingote, d'un huit-reflets,...

  • LES TEMPS MODERNES, film de Charlie Chaplin

    • Écrit par
    • 913 mots
    • 1 média

    Fort du triomphe, cinq ans plus tôt, d'un film encore muet, Les Lumières de la ville (City Lights, 1931), dans une Amérique déjà convertie au parlant, Charlie Chaplin (1889-1977) sort, avec Les Temps modernes (Modern Times), un film sans dialogues audibles. Plus exactement, ce qu'on appelait...

  • BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

    • Écrit par
    • 3 086 mots
    • 10 médias
    ...lied de Schubert, tantôt il crachait en l'air des miettes de biscuit sec, tantôt il arrosait son voisin avec des oranges pourries. » Cet acteur se nomme Charles Chaplin, à qui Hollywood vient de proposer son premier contrat et qui hésite à l'accepter. Le salaire élevé qu'on lui offre lui paraît disproportionné...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par , et
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    ...humaniste Franklin D. Roosevelt. C'est l'Amérique de La Chevauchée fantastique (Stagecoach, 1939) et des Raisins de la colère (The Grapes of Wrath, 1940), celle aussi des Lumières de la ville (City Lights, 1931) et des Temps modernes (1936) de Chaplin. De cette période, on retiendra surtout des visages :...
  • CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

    • Écrit par
    • 6 489 mots
    • 5 médias
    C'est à partir de 1932 que la musique de fosse s'affirma de nouveau. Il est difficile d'en déterminer les causes. Il semblerait cependant que l'immense succès de City Lights (Les Lumières de la ville), de Charles Chaplin (1931), ait joué là un rôle. Ennemi des talkies, le créateur de...
  • COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

    • Écrit par
    • 5 126 mots
    • 18 médias
    ...Crichton, 1919), Why Change Your Wife ? (L'Échange, 1920) ou The Affairs of Anatol (Le cœur nous trompe, 1921). La subtilité du mélodrame mondain de Chaplin, A Woman of Paris (L'Opinion publique, 1923), exerce également une grande influence sur les comédies de Monta Bell (The King on Main...
  • Afficher les 11 références