Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CELTES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , et

Littératures celtiques

Tous les pays celtiques ont connu, dans la première période attestée, de petits royaumes indépendants, où des princes entretenaient chacun un poète professionnel. Ce type de société aristocratique demandait au lettré des poèmes héroïques, ou des sagas mettant en valeur la gloire de la famille princière. Ce matériau littéraire devait se transmettre oralement : c'est par contact ou échange avec la culture monastique écrite que sont apparus les premiers manuscrits consacrés aux littératures indigènes. Bien entendu, l'absence de toute unité nationale dans chacun des pays celtiques a privé ceux-ci de tout « âge classique » : la norme à laquelle se référaient les lettrés médiévaux était toujours le poète le plus ancien, situé à une époque préhistorique et mythique. Le respect de la tradition est donc le principe directeur de ce type de poésie ancienne.

Les empiétements successifs des Saxons sur les Bretons, puis des Anglo-Normands sur les Gallois, les Irlandais et les Écossais ont entraîné des modifications politiques importantes. Les élites indigènes sont tôt ou tard assimilées ou expulsées par la monarchie anglaise. À partir du xviie siècle, les langues celtiques n'expriment plus qu'une culture populaire : les poètes et les conteurs sont dès lors des gens du peuple, qui travaillent occasionnellement pour différents mécènes. Les formes littéraires s'assouplissent, le langage littéraire n'est plus différent du langage parlé. L'oral redevient prépondérant : contes et chansons populaires en sont les principales productions. Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle, avec la résurgence des mouvements nationalistes et culturels, que reparaissent de véritables lettrés, écrivains amateurs ou savants philologues qui redécouvrent les textes anciens.

Ce schéma d'évolution doit être corrigé dans le détail pour chacun des pays celtiques pris séparément, car des disparités importantes existent entre eux : ainsi, la période des poètes aristocratiques n'est pas attestée pour les littératures bretonne et cornique. (Pour la littérature irlandaise et la littérature bretonne, on se reportera aux articles irlande et bretagne).

La littérature galloise

Le pays de Galles offre, avec l'Irlande, la littérature celtique médiévale la mieux conservée. Il a d'autre part su garder ses traditions de composition poétique jusqu'à nos jours. D'ailleurs, l'histoire littéraire du pays de Galles suit les époques de sa poésie.

On distingue d'abord les cynfeirdd (« premiers bardes »), qui remontent (pour une partie de la production qu'on leur attribue) au vie siècle. Ces premiers monuments littéraires, tous poétiques, attestent une époque où les Bretons occupaient un territoire beaucoup plus vaste que le pays de Galles actuel. Ainsi l'épopée des Gododdin, par le poète Aneirin, chante les combats d'un peuple breton (les Gododdin) installé à la fin du vie siècle dans la région d'Édimbourg. Dans certains cas, ces cynfeirdd sont devenus eux-mêmes le sujet d'une légende : Taliesin, un poète historique de la même époque qu'Aneirin, est transfiguré en poète mythique et associé à de vieux thèmes de divination magique ou de métamorphoses. C'est le cas encore de Llywarch Hen, un personnage du vie siècle dont tous les fils sont morts au combat : de sa légende, qui doit remonter au ixe siècle, nous n'avons que les englyn (strophes de trois vers courts, forme lapidaire propre à exprimer une émotion contenue). À côté de ces poèmes héroïques ou élégiaques, la poésie prophétique de Myrddin (le prototype de Merlin l'Enchanteur, lui aussi poète mythique) permet de cristalliser des thèmes politiques, comme dans le poème Arymes Prydein Vawr (« L'Oppression de la Grande-Bretagne »), prophétie annonçant[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de celtique à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne
  • : agrégé de grammaire, docteur d'État, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)
  • : directeur des études pour l'Antiquité à l'École française de Rome

Classification

Pour citer cet article

Christian-Joseph GUYONVARC'H, Pierre-Yves LAMBERT et Stéphane VERGER. CELTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

-600 à -200. Philosophes et conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

-600 à -200. Philosophes et conquérants

Celtes, VIe-IIIe siècles avant J.-C. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Celtes, VIe-IIIe siècles avant J.-C.

Druide cueillant du gui - crédits : API/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Druide cueillant du gui

Autres références

  • AFFRONTEMENTS ENTRE ROMAINS ET GAULOIS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 330 mots

    vie-ve siècle avant notre ère Dernier Âge du fer celtique : la civilisation de La Tène supplante celle de Hallstatt.

    ve-ive siècle avant notre ère Infiltrations gauloises (Insubres, Cénomans, Lingons, Boïens, Sénons) dans la plaine du Pô.

    — 406-— 396 Dates traditionnelles du...

  • ALSACE

    • Écrit par , et
    • 6 482 mots
    • 2 médias
    ...balbutiements. Il faut attendre l'âge du bronze pour parler d'un peuplement de la région ; les trouvailles plus nombreuses témoignent d'un progrès sensible. Ce furent les dernières vagues celtiques, parties de la région danubienne, qui apportèrent les prémices d'une civilisation durable comme l'attestent la...
  • ANGLO-SAXON ART

    • Écrit par
    • 5 131 mots
    • 4 médias
    ...et l'évolution de l'art anglo-saxon du haut Moyen Âge (ve-ixe s.) sans un rapide survol de l'histoire de l'Angleterre romaine, puis barbare. Peuplée de Celtes, la Bretagne (dénomination de l'Angleterre par les Romains, alors qu'ils connaissaient la Bretagne actuelle sous le nom d'Armorique)...
  • ART CELTIQUE, en bref

    • Écrit par
    • 185 mots
    • 1 média

    Vers — 480, la civilisation de Hallstatt du Premier Âge du fer se transforme en une nouvelle civilisation, celle de La Tène (du nom d'un site des bords du lac de Neuchâtel), qui correspond, à l'échelle de toute l'Europe, à la période du Second Âge du fer (— 480-— 50). La civilisation de La Tène...

  • Afficher les 35 références