Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CELTES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , et

Langues celtiques

Les langues celtiques constituent l'un des dialectes indo-européens. Elles ne nous sont connues, dans l'Antiquité, que d'une façon partielle et fragmentaire, mais certains rameaux ont survécu jusqu'à nos jours et nous ont transmis une littérature assez importante.

Celtique ancien ou celtique continental

Dans la zone très vaste qui a été peuplée par les Celtes dans l'Antiquité, seules quelques régions ont connu une épigraphie indigène en langue celtique. Ce sont la Gaule cisalpine et transalpine (gaulois), la Castille ( celtibère), et la région des Lacs en Italie du Nord (lépontique). En dehors de ces inscriptions proprement celtiques, on peut rencontrer des éléments onomastiques celtiques dans les inscriptions latines ou grecques : c'est ce dont nous disposons, par exemple, pour les Galates d'Asie Mineure. Les inscriptions celtiques ont utilisé un alphabet d'emprunt, plus ou moins adapté : l'alphabet ibère en Celtibérie (à partir de 300 av. J.-C. env.), l'alphabet étrusque pour le lépontique (au même moment) et les alphabets grec et latin pour le gaulois (du iiie s. av. J.-C. au iiie s. apr. J.-C.).

Ces inscriptions indigènes sont très limitées en nombre et en étendue. Aussi est-il fort difficile de connaître les langues celtiques continentales. On perçoit cependant des archaïsmes dans le celtibère, qui conserve la diphtongue indo-européenne ei, et la labio-vélaire kW. Mais les limites de nos connaissances font que nous ne pouvons interpréter de façon sûre les documents exceptionnellement longs, comme le Bronze celtibère de Botorrita (trouvé en 1971), la Tablette gauloise de Chamalières ou celle de L'Hospitalet du Larzac. L'interprétation de ces documents repose largement sur des hypothèses comparatives, appuyées soit sur les autres dialectes indo-européens, soit sur les langues celtiques insulaires qui, elles, sont beaucoup mieux connues.

Celtique insulaire

Le celtique insulaire comprend d'une part les dialectes goïdéliques ou gaéliques ( irlandais, écossais, mannois) et d'autre part les dialectes brittoniques (gallois, breton, cornique). Les deux groupes s'opposent notamment par le traitement de la labio-vélaire indo-européenne kW, comme dans le nombre « cinq », irlandais cóic (moderne cúig), gallois pump, de *kWenkWe. Dialectes brittoniques et goïdéliques se sont partagés les îles Britanniques avant le début de l'ère historique. Deux émigrations importantes ont modifié leur géographie vers le ive siècle : celle des Irlandais qui ont colonisé une partie de l'Écosse au détriment des Pictes (peuple dont la langue, fort mal connue, a parfois été considérée comme celtique) et celle des Bretons vers l'Armorique, qui devait être déjà largement romanisée.

Les langues celtiques insulaires représentent des états de langue très évolués : les syllabes finales sont déjà tombées (sauf dans l'irlandais archaïque des inscriptions oghamiques) ; les consonnes ont subi des altérations ou mutations dans des environnements déterminés (ainsi la lénition des consonnes intervocaliques). Ces altérations consonantiques sont à l'origine des mutations initiales, qui caractérisent la grammaire de tous les dialectes celtiques modernes : le mot modifie sa consonne initiale selon l'environnement syntaxique. Ainsi, en irlandais moderne, bean, « femme », devient après l'article : an bhean, « la femme » (*sindāgWenā, où gW devenu b est lénifié entre voyelles, c'est-à-dire spirantisé en v, écrit aujourd'hui bh).

Ring of Kerry - crédits : Borisb17/ Shutterstock

Ring of Kerry

Différents états de langue peuvent être distingués dans chaque dialecte. Pour l'irlandais ancien et moderne, on se reportera à l'article irlande ; l'irlandais moderne est encore parlé dans des zones situées à l'ouest de l'île, en Donegal, en Kerry et surtout en Connemara. L'enseignement[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de celtique à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne
  • : agrégé de grammaire, docteur d'État, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)
  • : directeur des études pour l'Antiquité à l'École française de Rome

Classification

Pour citer cet article

Christian-Joseph GUYONVARC'H, Pierre-Yves LAMBERT et Stéphane VERGER. CELTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

-600 à -200. Philosophes et conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

-600 à -200. Philosophes et conquérants

Celtes, VIe-IIIe siècles avant J.-C. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Celtes, VIe-IIIe siècles avant J.-C.

Druide cueillant du gui - crédits : API/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Druide cueillant du gui

Autres références

  • AFFRONTEMENTS ENTRE ROMAINS ET GAULOIS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 330 mots

    vie-ve siècle avant notre ère Dernier Âge du fer celtique : la civilisation de La Tène supplante celle de Hallstatt.

    ve-ive siècle avant notre ère Infiltrations gauloises (Insubres, Cénomans, Lingons, Boïens, Sénons) dans la plaine du Pô.

    — 406-— 396 Dates traditionnelles du...

  • ALSACE

    • Écrit par , et
    • 6 482 mots
    • 2 médias
    ...balbutiements. Il faut attendre l'âge du bronze pour parler d'un peuplement de la région ; les trouvailles plus nombreuses témoignent d'un progrès sensible. Ce furent les dernières vagues celtiques, parties de la région danubienne, qui apportèrent les prémices d'une civilisation durable comme l'attestent la...
  • ANGLO-SAXON ART

    • Écrit par
    • 5 131 mots
    • 4 médias
    ...et l'évolution de l'art anglo-saxon du haut Moyen Âge (ve-ixe s.) sans un rapide survol de l'histoire de l'Angleterre romaine, puis barbare. Peuplée de Celtes, la Bretagne (dénomination de l'Angleterre par les Romains, alors qu'ils connaissaient la Bretagne actuelle sous le nom d'Armorique)...
  • ART CELTIQUE, en bref

    • Écrit par
    • 185 mots
    • 1 média

    Vers — 480, la civilisation de Hallstatt du Premier Âge du fer se transforme en une nouvelle civilisation, celle de La Tène (du nom d'un site des bords du lac de Neuchâtel), qui correspond, à l'échelle de toute l'Europe, à la période du Second Âge du fer (— 480-— 50). La civilisation de La Tène...

  • Afficher les 35 références