Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CELTES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par , et

Religion celtique

— Stéphane VERGER

L'étude de la religion celtique a été longtemps paralysée par deux difficultés majeures : d'une part, l'abus des commentaires fondés sur l'iconographie à l'exclusion des textes, ce qui a eu pour conséquence la méconnaissance ou le refus des sources insulaires, irlandaises et galloises ; d'autre part, l'absence de toute méthode cohérente, la plupart des exégètes se bornant à l'évaluation de la religion celtique suivant des critères et des normes soit « classiques », soit « primitivistes ». La matière oblige, au contraire, à comparer de façon continuelle les données insulaires et les données continentales et à constater que, la méthode historique pure étant inadéquate à cause de la nature des documents – tous mythiques –, il est beaucoup plus profitable d'étudier une idéologie religieuse et la structure sociale qui en est issue. Il est évident que, dans le cas des Celtes, cette idéologie et cette structure se définissent au niveau « indo-européen » par tous les critères classificatoires et fonctionnels de la « tripartition » dégagée par les travaux de Georges Dumézil.

Les témoignages continentaux sur la religion des anciens Celtes comprennent, d'une part, des sources contemporaines indirectes, grecques et romaines, d'autre part, l'épigraphie et l'iconographie gallo-romaines ; ils ne comportent aucune source littéraire indigène. En revanche, dans les îles Britanniques, on dispose du vaste répertoire des textes mythologiques et épiques rédigés dans les langues indigènes médiévales, l'irlandais et le gallois. Ces textes constituent des sources directes mais postérieures à la christianisation, et ne comportant pas d'iconographie.

Les sources continentales et les sources insulaires sont séparées chronologiquement par une bonne dizaine de siècles ; on en a souvent tiré argument pour contester les secondes. En réalité, l'archaïsme des textes insulaires est indubitable : l' Irlande n'a jamais été romanisée et elle s'est convertie directement de sa religion nationale au christianisme ; les moines et évêques de la chrétienté celtique ont transmis et transcrit les légendes et les vieilles annales à titre d'histoire nationale, s'efforçant de les concilier avec les écrits bibliques. C'est ainsi que le fonds mythologique irlandais a été paradoxalement sauvé par la christianisation de l'île.

Les dieux

Les dieux de la Gaule sont définis avec précision par César dans un court passage du De bello gallico (vi, 17). S'adressant à un public romain, César, en se servant de théonymes romains, indique les fonctions et les champs d'activité théologiques des divinités gauloises : « Ils honorent Mercure comme le plus grand dieu. Ce sont ses statues qui sont les plus nombreuses. Ils le considèrent comme l'inventeur de tous les arts, le guide sur les routes et dans les voyages. Ils pensent qu'il a le plus grand pouvoir pour tout ce qui concerne l'argent et le commerce. Après lui viennent Apollon, Mars, Jupiter et Minerve. Ils ont à leur sujet à peu près la même idée que les autres nations : Apollon chasse les maladies ; Minerve enseigne les rudiments des arts et des métiers ; Jupiter a l'empire du ciel, Mars régit les guerres... »

Dieux de Gaule et d'Irlande - crédits : Encyclopædia Universalis France

Dieux de Gaule et d'Irlande

Ce texte du ier siècle avant J.-C. est recoupé par la description des dieux de l'Irlande ou chefs des Túatha Dé Dánann (« tribus de la déesse Dána ») qui figure dans le récit archaïque du Cath Maighe Tuireadh ou « Bataille de Mag Tured ». On peut ainsi établir un tableau des correspondances avec les théonymes gaulois connus.

Tous ces dieux sont « souverains », c'est-à-dire qu'ils se répartissent entre les fonctions sacerdotale (Jupiter) et guerrière (Mars), la troisième fonction, artisanale et productrice,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de celtique à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne
  • : agrégé de grammaire, docteur d'État, maître de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)
  • : directeur des études pour l'Antiquité à l'École française de Rome

Classification

Pour citer cet article

Christian-Joseph GUYONVARC'H, Pierre-Yves LAMBERT et Stéphane VERGER. CELTES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

-600 à -200. Philosophes et conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

-600 à -200. Philosophes et conquérants

Celtes, VIe-IIIe siècles avant J.-C. - crédits : Encyclopædia Universalis France

Celtes, VIe-IIIe siècles avant J.-C.

Druide cueillant du gui - crédits : API/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Druide cueillant du gui

Autres références

  • AFFRONTEMENTS ENTRE ROMAINS ET GAULOIS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 330 mots

    vie-ve siècle avant notre ère Dernier Âge du fer celtique : la civilisation de La Tène supplante celle de Hallstatt.

    ve-ive siècle avant notre ère Infiltrations gauloises (Insubres, Cénomans, Lingons, Boïens, Sénons) dans la plaine du Pô.

    — 406-— 396 Dates traditionnelles du...

  • ALSACE

    • Écrit par , et
    • 6 482 mots
    • 2 médias
    ...balbutiements. Il faut attendre l'âge du bronze pour parler d'un peuplement de la région ; les trouvailles plus nombreuses témoignent d'un progrès sensible. Ce furent les dernières vagues celtiques, parties de la région danubienne, qui apportèrent les prémices d'une civilisation durable comme l'attestent la...
  • ANGLO-SAXON ART

    • Écrit par
    • 5 131 mots
    • 4 médias
    ...et l'évolution de l'art anglo-saxon du haut Moyen Âge (ve-ixe s.) sans un rapide survol de l'histoire de l'Angleterre romaine, puis barbare. Peuplée de Celtes, la Bretagne (dénomination de l'Angleterre par les Romains, alors qu'ils connaissaient la Bretagne actuelle sous le nom d'Armorique)...
  • ART CELTIQUE, en bref

    • Écrit par
    • 185 mots
    • 1 média

    Vers — 480, la civilisation de Hallstatt du Premier Âge du fer se transforme en une nouvelle civilisation, celle de La Tène (du nom d'un site des bords du lac de Neuchâtel), qui correspond, à l'échelle de toute l'Europe, à la période du Second Âge du fer (— 480-— 50). La civilisation de La Tène...

  • Afficher les 35 références