BIBLEAncien et Nouveau Testament

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« Intertestament » : l'espace social du Livre

Le groupe et le Livre

La traduction biblique dite des Septante rend les termes « origine » et « généalogie » (en hébreu, toledot) par la formule « Livre de l'origine » (en grec, biblos génésèôs). Et cela dès le Livre de la Genèse, à propos de la création du monde (ii, 4) et de l'apparition des races humaines (v, 1).

Le Nouveau Testament débute par les mots Biblos génésèôs, incipit ambigu de la généalogie de Jésus, de l'Évangile selon Matthieu et du corpus entier qui porte le nom de Nouvelle Alliance. Cette imputation du concept de livre tant aux représentations de l'origine et de l'organisation du cosmos, du peuplement et de la première histoire sociale du monde qu'à des productions littéraires diverses et spécifiques, comme aussi à la présentation systématisée d'événements qui s'organisent en une vie de Jésus-Christ, frappe vivement l'attention. Bien plus, un tel fait vient s'articuler avec le processus de communication et de traduction qui, à partir du iiie siècle avant J.-C. et durant plusieurs décennies successives, a vu tout un corpus, le livre de la Torah, déjà quasi canonisé par un groupe doctrinalement défini, Israël, se manifester non plus dans sa langue originale, l'hébreu, mais en grec, la langue de la gentilité. C'est d'abord au sein de la puissante entité judaïque (le politeuma) d'Alexandrie que l'ensemble des livres sacrés s'est appelé « le Livre » (hè Biblos). Un brillant ouvrage alexandrin, la Lettre d'Aristée, long plaidoyer à teneur autant politique que dogmatique et défenseur vigoureux de la traduction grecque des Septante, est, semble-t-il, le premier document à employer l'expression « les textes de la Bible » (littéralement « du Livre »). La Règle de la communauté de Qumrān, ouvrage palestinien en langue hébraïque, de son côté et presque à la même époque, désignait aussi la Torah (écrite) comme « le Livre » (vi, 7). Il appert donc que le politeuma, profondément hellénisé mais non moins doctrinalement juif, d'Alexandrie, la fraternité aux tendances sectaires et conservatrices de Qumrān, sans oublier les unités originelles du christianisme – soit autant de groupes qu'investissait un système dogmatique fortement régulateur –, ont, chacun en son lieu et dans sa langue propres, défendu et assuré leur existence dans un rapport de réciprocité avec une collection unitaire d'œuvres littéraires qu'ils reconnaissaient et présentaient comme « la Bible », c'est-à-dire comme leur livre.

Ce processus d'écriture et de reconnaissance d'une Bible par un groupe juif, judéo-chrétien ou chrétien paraît historiquement et socialement s'exprimer sur un champ d'une assez ample latitude. Ainsi, durant toute la période que l'on dit « intertestamentaire », entre le iie siècle avant et le ier siècle après J.-C. environ, bien des textes juifs, aujourd'hui groupés sous l'appellation technique d'apocalypses (révélations), manifestèrent une tendance très accusée à s'organiser à la manière d'une mini-Torah ou d'une mini-Bible, autrement dit à doublement s'achever : à la fois comme produits littéraires et comme réalités créatrices de groupes « biblistes » déterminés. On pense aux grands textes palestiniens tels que le Livre d'Hénoch et le Livre des jubilés, etc., mais aussi à des ouvrages insolites comme le IIIe Oracle sibyllin. Ce dernier, né sur le sol alexandrin vers le milieu du ier siècle avant J.-C., est un pur pastiche homérique qui reflète de nombreuses traditions, croyances et idées grecques (par exemple, le mythe des races d'Hésiode) ou orientales (telle l'antique doctrine babylonienne de l'année cosmique) ; il n'en demeure pas moins, dans le judaïsme hellénisé, le modèle de ce que son dernier commentateur appelle « une sorte de Bible en réduction » (V. Nikiprowetzky, La Troisième Sibylle, Paris, 1970). Dès lors, on saisit combien, avec la Bible grecque des Septante, avec les nombreuses et diverses apocalypses, le rapport socio-littéraire qui articule bible(s) et groupe(s) judaïque(s) s'est affirmé et renforcé sous les plus nettes apparences de pluralisme. Le passage de la Bible judaïque à la Bible chrétienne, ou mieux l'achèvement de la première, ou encore, si l'on préfère, l'enchaînement des deux Testaments [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BIBLE  » est également traité dans :

BIBLE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 698 mots

En amont et en aval du moment décisif de sa constitution dernière, par le versant de sa genèse et par celui de son destin, la Bible a marqué non seulement de son empreinte mais aussi en quelque sorte de son être la nature même d'une importante partie de la civilisation et de la culture.Sans la Bible […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 684 mots
  •  • 4 médias

La Bible a été longtemps le seul recueil littéraire connu de la culture ancienne du Proche-Orient et elle en reste un des témoins majeurs, même si les découvertes du xixe siècle ont permis de la replacer dans un contexte plus large. À ce seul titre, elle mérite l'intérêt de l'homme cultivé. Mais cet intérêt est en […] Lire la suite

BIBLE - Les traductions

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 150 mots

Dès l'Antiquité préchrétienne, la Bible a été traduite – il faudrait dire, plus adéquatement, produite – dans une multitude de langues. Dans ce processus, on doit, en fait, distinguer deux moments : d'une part, celui des versions « anciennes », qui se prolonge jusqu'au Moyen Âge avec la traduction en slavon de Cyrille […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

La seconde moitié du xxe siècle a connu une véritable révolution et pour la diffusion et pour l'étude de la Bible. On a parlé à juste raison du « renouveau biblique ». L'Église catholique, surtout dans les dispositions du concile Vatica […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Le mot « inspiration » est fondamental dans le vocabulaire chrétien. Par le canal de la Vulgate, il vient directement de l'adjectif latin inspiratus. En II Timothée (iii, 16), saint Paul affirme en effet que « toute l'Écriture » est « inspirée de Dieu » (en grec : théopneusto […] Lire la suite

BIBLE - Bible et archéologie

  • Écrit par 
  • Pierre BORDREUIL, 
  • Arnaud SÉRANDOUR
  •  • 7 877 mots
  •  • 1 média

Les pionniers de l'archéologie proche-orientale, au xixe siècle, entendaient surtout confirmer sur le terrain les informations tirées de la Bible. À cette époque, en effet, la Bible était considérée pratiquement comme un document historique. Cependant, les théologiens protestants allemands avaient commencé à lui a […] Lire la suite

LA BIBLE (trad. 2001)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 011 mots

L'événement de la première rentrée littéraire française du xxie siècle a accompli la prédiction d'André Malraux : il a été d'ordre spirituel. Après six ans de travail, l'équipe de vingt écrivains et vingt-sept exégètes réunie par les éditions Bayard autour des Français Frédéric Boyer (écrivain) et Marc Sevin (exégète) et du Canadien Jean-Pierre Prévos […] Lire la suite

LA BIBLE DÉVOILÉE (I. Finkelstein et N. A. Silberman)

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 979 mots

Ce livre, traduit de l'anglais The Bible Unearthed par Patrice Ghirardi (La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l'archéologie, Bayard, Paris, 2002), présente un essai à la fois audacieux et tonique des apports de l'archéologie des cinquante dernières années à la compréhensio […] Lire la suite

AARON

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 385 mots
  •  • 1 média

On ne sait guère d'où vient le nom d'Aaron, peut-être d'Égypte comme celui de Moïse, dont, selon la Bible, Aaron aurait été le frère. Les traditions le concernant doivent être soumises à la critique et bien discernées l'une par rapport à l'autre. La figure postexilique d'Aaron est plus complexe et plus élaborée que celle d'avant l'Exil. Dans les divers récits du Pentateuque, le nom d'Aaron est sou […] Lire la suite

ABRAHAM

  • Écrit par 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 880 mots

La Bible nous présente Abram (Père puissant), surnommé par la suite Abraham (Père d'une multitude de nations, ou selon l'akkadien : Aimant le Père), comme l'ancêtre commun des Ismaélites et des Israélites. L'histoire d'Abraham – le premier monothéiste – et celle de ses pérégrinations occupent une place importante dans le livre de la Genèse ( xii-xxv ). […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul BEAUCHAMP, Xavier LÉON-DUFOUR, André PAUL, « BIBLE - Ancien et Nouveau Testament », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-ancien-et-nouveau-testament/