MOÏSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moïse doit sa célébrité aux textes de l'Ancien Testament. Il y est présenté comme le chef qui a conduit les Israélites hors d'Égypte et leur a donné leur loi, la Tōrah. Ce sont, en effet, les livres de la Tōrah (Pentateuque) qui, de l'Exode au Deutéronome, parlent le plus de Moïse. Le livre des Juges le mentionne rarement, mais il nous apprend que la famille de Moïse exerça le sacerdoce dans la tribu de Dan jusqu'au viiie siècle. Les rares mentions des livres prophétiques aident aussi à situer les traditions mosaïques. Pour Osée (milieu du viiie s. ; Nord), Moïse, sans être nommé, est le prophète qui a fait sortir Israël d'Égypte et l'a « gardé » (xii, 14). Pour Michée (fin du viie s. ; Juda), Moïse a été envoyé par Dieu au même titre que Myriam et Aaron pour sortir le peuple d'Égypte (vi, 4). Pour Jérémie (xv, 1 ; fin du viie s. ; Jérusalem), Moïse est, comme Samuel, un intercesseur pour le peuple devant le Dieu national. Ni le prophète Isaïe, ni le livre d'Ézéchiel, tous deux de Jérusalem, ne font référence à lui. C'est donc dans les tribus du Nord que la tradition mosaïque a été la plus vivace.

Moïse n'est connu ni des textes hiéroglyphiques, ni des textes cunéiformes, ni des inscriptions ouest-sémitiques actuellement découvertes. Hérodote, chez les Grecs (ve s. av. J.-C.), ne s'intéresse ni aux Juifs ni à Moïse. Diodore de Sicile (ier s. apr. J.-C.) reconnaît Moïse comme un grand législateur. L'historien égyptien Manéthon, qui, au iiie siècle avant J.-C., écrit pour les Grecs, paraît au contraire avoir une tradition indépendante défavorable aux Juifs expulsés d'Égypte comme impurs, tels les envahisseurs hyksos de la première moitié du IIe millénaire. Les maigres données d'Hécatée d'Abdère et de Chérémon seraient de la même veine.

Enquête historique

Les historiens se sont trouvés dans l'obligation d'analyser les textes du Pentateuque. Il fut établi au xixe siècle que, quoique ce livre pût contenir quelques textes de Moïse, celui-ci n'en était pas l'auteur. Le Deutéronome est, au plus tôt, de la fin du viiie siècle et la masse des textes législatifs dit « textes sacerdotaux » (P, Priesterkodex, tel le Lévitique) lui sont postérieurs. Restaient les textes prédeutéronomiques qui présentent deux séquences d'épisodes depuis les patriarches jusqu'à la conquête : la tradition jahwiste (J) d'allure plus familiale et dynastique, la tradition élohiste (E) plus prophétique, la première série ayant été rédigée dans le Sud et la seconde dans le Nord (Graf, Wellhausen).

Après cette analyse dite de « critique littéraire », la recherche s'est tournée vers les petites unités littéraires et leur préhistoire. Hugo Gressmann a considéré les traditions mosaïques comme des sagas dont le personnage central fut prêtre à Cadès, au sud du Néguev palestinien.

Parallèlement, les travaux de l'archéologie et de l'égyptologie permettaient de mieux situer les débuts d'Israël par rapport à l'histoire d'Égypte et aux mouvements des peuples voisins. Ainsi, sur la stèle de Merneptah (vers 1225 av. J.-C.), Israël est en Canaan. Les travaux d'E. Meyer, de Kittel, plus tard d'Albright et de S. Herrmann permettaient de préciser sinon la figure de Moïse, du moins son époque.

Il n'en restait pas moins de grosses divergences d'appréciation entre les spécialistes qui ont fréquemment éprouvé le besoin de faire le point : H. Cazelles, R. Smend, E. Osswald, H. Schmid, R. J. Thompson.

Après G. von Rad et M. Noth, une nouvelle école s'efforce de déterminer l'évolution non plus des unités littéraires, mais des traditions israélites. Pour Noth, les traditions du Pentateuque sont groupées en fonction de cinq thèmes indépendants : exode, conduite dans le désert, révélation au Sinaï, pénétration en région de culture, promesses aux patriarches ; mais, pour lui, la figure de Moïse n'a été introduite que « secondairement » dans chacun de ces groupes ; il n'y aurait comme point de départ historique que la tombe de Moïse au Nébo.

Ce résultat paradoxal a suscité nombre d'études qui contestent les conclusions de Noth et cherchent les connexions entre les « thèmes ». Simpson (1948), dépassant les thèmes, a cherché les connexions des différentes traditions avec les différents groupes qui ont constitué Israël. R. Smend a rétabli la connexion entre l'Exode et les tribus « joséphites » du Nord. Beyerlin et Gese ont rétabli les connexions entre l'Exode, le Sinaï et Moïse. Coats (1968) a mis à part le thème de la « rébellion dans le désert » qui serait « secondaire » par rapport aux traditions locales. Gunneweg a dégagé l'existence d'un groupe de traditions qui ont leur centre en Madian, mais Moïse n'y aurait pas primitivement sa place, ce qu'admettraient H. Schmid et V. Fritz (1970). Ces travaux, comme ceux d'Eissfeldt, Seebass et d'autres, n'aboutissent pas à des conclusions très fermes et on serait tenté avec G. Fohrer de revenir à plus de fidélité à la critique littéraire et à la cohérence des traditions.

Transmission des traditions mosaïques

Sur un point toutefois, on paraît avoir avancé : l'existence d'une « source » aux limites incertaines, appelée madianite, qénite, laïque, du Sud, nomade ou J1, moins document littéraire qu'étape dans la transmission des traditions. Les travaux géographiques de J. Koenig (Madian) et archéologiques de Rothenberg et Giveon au temple égyptien de Timna à l'est de la péninsule dite du Sinaï (env. 1300-1200 av. J.-C.) valorisent cette tradition « orientale » de la vie de Moïse. Du Nébo en Ruben cette tradition passa à Dan, en même temps que du Nébo elle passa à la « forêt d'Éphraïm » en Transjordanie (II Sam., xviii, 6), d'où les Éphraïmites de Josué l'introduisent à Gilgal, Sichem et Silo. On sait, en Éphraïm, que Moïse monta du pays d'Égypte avant de se marier en Madian et de mourir près de Moab, et cette tradition rejoint celle de l'Horeb des tribus joséphites (Éphraïm, Manassé, Benjamin). De Silo, la famille du prêtre Abiathar la porte à Nob près de Jérusalem et à Bethléem Éphrata où David est né. Abiathar et David à Siceleg et Hébron la joignent à ce qu'ils savent de Cadès et du Sinaï. Il est possible que Sadoc, l'autre prêtre de David, descende d'Aaronides (ainsi le supposent les textes P) venus du Sud à Jérusalem comme les Qénites étaient venus à Hébron. En tout cas, le culte établi par David à Jérusalem autour de l'arche est un culte de type mosaïque sans image.

La figure de Moïse

La tradition cultuelle mosaïque parut ainsi à David convenir à sa grande politique d'unification des tribus. Dans la vaste fresque nationale que dressent les textes J utilisant les traditions des tribus et des sanctuaires, c'est Moïse qui, par son intercession auprès de Dieu, garantit les promesses faites au descendant d'Abraham roi en Juda (Gen., xlix, 10). Il peut guérir (Nombres, xii, 13) et sauver (Ex., ii, 19).

Si, pour J, Moïse est en quelque sorte super-roi, E dégage surtout en lui le super-prophète, qui voit Dieu, en transmet les dix paroles et rédige les « paroles et coutumes » (Ex., xxi-xxiii) qui règlent la vie de la communauté. Il est médiateur d'alliance entre Dieu et son peuple. Dépositaire de ce qu'il y avait de meilleur dans la tradition morale de l'Ancien Orient, il fait du respect de Dieu et du prochain la base de la vie sociale.

Pour le Deutéronome, Moïse est celui dont les discours touchent le cœur et ouvrent les esprits à la vraie vie ; il est celui auquel on doit les institutions d'État que conservent les scribes.

Enfin, pour les textes P, rédigés à la chute de l'État monarchique, Moïse est le législateur par excellence qui a organisé le sanctuaire et son culte, où les Juifs viennent de toutes les parties du monde. C'est lui qui a mis en place le sacerdoce des grands prêtres chargés d'assurer le rituel traditionnel avec tout son symbolisme. Tel sera le Moïse de la tradition juive. Pour la tradition chrétienne, il sera, de plus, celui dont la Loi, comme « pédagogue » (Paul, Épître aux Galates, iii, 24), prépare l'Évangile.

—  Henri CAZELLES

Bibliographie

H. Cazelles, « Moïse », in L. Pirot, Supplément au dictionnaire de la Bible, vol. V, Letouzey et Ané, Paris, 1957 ; À la recherche de Moïse, Cerf, Paris, 1979

G. Fohrer, Überlieferung und Geschichte des Exodus, Berlin, 1964

H. Gressmann, Mose und seine Zeit, Göttingen, 1913

R. Michaud, Moïse : histoire et théologie, Cerf, 1979

M. Noth, Überlieferungsgeschichte des Pentateuchs, Berlin, 1948

E. Osswald, Das Bild des Moses, Berlin, 1959

R. Smend, Das Mosebild von Ewald bis M. Noth, Tübingen, 1959

R. J. Thompson, Moses and the Law in a Century of Criticism since Graf, Leyde, 1970

G. von Rad, Das formgeschichtliche Problem des Hextateuchs, Munich, 1948.

Écrit par :

  • : ecclésiastique, ancien directeur à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  MOÏSE  » est également traité dans :

AARON

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 384 mots
  •  • 1 média

On ne sait guère d'où vient le nom d'Aaron, peut-être d'Égypte comme celui de Moïse, dont, selon la Bible, Aaron aurait été le frère. Les traditions le concernant doivent être soumises à la critique et bien discernées l'une par rapport à l'autre. La figure postexilique d'Aaron est plus complexe et plus élaborée que celle d'avant l'Exil. Dans les divers récits du Pentateuque, le nom d'Aaron est sou […] Lire la suite

ALLIANCE, histoire biblique

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 950 mots

Nom donné, dans la Bible, à des contrats, à des promesses ou accords passés en forme rituelle et solennelle entre Dieu et des individus, entre Dieu et Israël, entre plusieurs individus ; ces alliances sont sanctionnées par un serment. Elles étaient, à l'origine, des instruments politiques servant à maintenir un ordre politique ou social, et on trouve leurs traces dès la préhistoire. C'est à l'âge […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

BIBLE - Ancien et Nouveau Testament

  • Écrit par 
  • Paul BEAUCHAMP, 
  • Xavier LÉON-DUFOUR, 
  • André PAUL
  •  • 10 302 mots
  •  • 1 média

La notion biblique de testament, que le christianisme a valorisée en la mettant au pluriel (Ancien Testament et Nouveau Testament), pluriel dont le concept de bible (livre) fut et demeure l'agent unificateur, est la confluence, repérable comme processus à travers l'histoire littéraire d'Israël, dans ses éléments canoniques et non canoniques, de la notion d' alliance (le latin testamentum traduisa […] Lire la suite

DEUTÉRONOME LIVRE DU

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 697 mots

Cinquième et dernier livre du Pentateuque. La Bible juive l'appelle, de ses premiers mots, Elleh haddebarim (« Voici les paroles ») ou simplement Debarim (« Paroles »). La Bible grecque, et à sa suite la Vulgate, l'intitulent « Deutéronome » ( deuteros nomos , « seconde loi ») — selon l'interprétation donnée à xvii , 18 — , parce que, venant après les autres livres législatifs (Exode, Lévitique e […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le nom de Dieu »  : […] On rencontre dans la Bible deux expériences du divin qui correspondent aux deux noms : celui d' El (autre forme : Elohim ) et celui de Yahvé , par lesquels Dieu se trouve désigné. El (pluriel Elohim) désigne la divinité dans presque tout le monde sémitique et suggère donc la continuité entre le « Dieu des nations » et le Dieu d'Israël. Mais quand Dieu révèle son nom à Moïse, ce nom de Yahvé n'a […] Lire la suite

EXODE, histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Marie GUILLET
  •  • 541 mots
  •  • 1 média

L'exode des fils d'Israël de l'Égypte, où ils étaient tenus en esclavage, jusqu'au pays de Canaan, en passant par le désert du Sinaï, a une telle portée dans les théologies juive et chrétienne que l'événement historique lui-même retient habituellement moins l'attention que son interprétation. À partir de sources extra-bibliques et de certaines données ethnologiques, il est possible de mettre en r […] Lire la suite

EXODE LIVRE DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 680 mots
  •  • 1 média

Deuxième livre du Pentateuque. Les juifs le désignent par ses premiers mots, Weelleh Shemot (« voici les noms »). Bien que la sortie d'Égypte ne couvre que quinze des quarante chapitres du livre, les Septante l'ont appelé Exodos (« sortie ») : terme dont la fortune sera grande dans le christianisme. Parmi les livres bibliques, l'Exode est celui dont la variété des genres est le plus grande : réc […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « Alliance et fidélité dans la Bible »  : […] Nous avons pris l'habitude de parler globalement de « la foi biblique », de « la foi chrétienne », de « la foi juive »..., en supposant que le mot « foi » résume la totalité du rapport de l'homme à Dieu. Il n'existe pas de mot en hébreu qui corresponde à cette acception. Les seuls termes capables d'évoquer dans sa totalité le message biblique sont ceux qui se rapportent non pas aux attitudes de l […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire et l'homme »  : […] Bien qu'instruit par cette erreur en quelque sorte magistrale, Freud recourut encore à la méthode « historique » dans son auto-analyse, à un moment où, allant à l'aventure dans le dédale de ses propres rêves, il pouvait à peine croire que sa reconstruction fût vraie. En l'occurrence, elle l'était pourtant, il put s'en assurer lorsque sa mère lui confirma un point précis de sa biographie infantile, […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La doctrine de l'islam à La Mekke (612-622) »  : […] Durant ces dix premières années, le visage de l'islam se dessina peu à peu. Religion de l'abandon à Dieu, il dut apparaître à plus d'un contemporain comme une nouvelle secte monothéiste à côté de toutes celles qu'avait déjà connues le Proche-Orient. Bien que marqué nettement par un prophétisme et une eschatologie d'origine biblique ou parabiblique, il avait avant tout ce cachet arabe indéniable q […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le voyage nocturne du Prophète »  : […] C'est vers 621 de l'ère chrétienne, au plus fort des persécutions que lui infligeaient les Mecquois, que Mahomet révéla à ses fidèles sa visite nocturne ( isrā’ ) à Jérusalem, monté sur le Burāq, et son ascension au ciel à partir du Rocher ( ̣sakhra ), sur lequel a été élevée la mosquée de ‘Umar. La tradition rapporte plusieurs événements qui se seraient produits lors de cette visite, notamment le […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 640 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le poids du passé »  : […] Le passé est partout présent sur les deux rives du Jourdain. C'est dans le désert de Ram, où l'on a retrouvé des sites de villages néolithiques (VI e et VII e  millénaires), que l'homme s'est d'abord fixé, menant une vie sédentaire. Au II e  millénaire, autour des points d'eau, au sud-ouest de Maan, il pratique une agriculture déjà élaborée. C'est l'époque d'Abraham, établi avec ses compagnons da […] Lire la suite

JOSUÉ

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 283 mots

Josué est, selon la Bible, le successeur de Moïse à la tête du peuple d'Israël et le conquérant de Canaan, mort vers 1200 av. J.-C. Son nom – en hébreu Yeho-Shua – signifie « Yahvé est salut ». Dans le livre biblique éponyme qui relate sa vie, Josué, chef militaire charismatique, est désigné par Moïse, à sa mort, pour conduire les fils d'Israël en Canaan après l'exode hors d'Égypte (Deut., xx […] Lire la suite

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Israël et les origines de la foi juive »  : […] La naissance du judaïsme a suivi un processus profondément original, caractérisé, à ses débuts, par une longue série d'expériences spirituelles – ou de « révélations » pour le croyant –, dont les bénéficiaires furent les Hébreux (ou Israélites). Ces derniers étaient un groupement de tribus sémites, dont certaines avaient séjourné en Égypte et dans la péninsule sinaïtique, et qui se fixèrent sur l […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sortie d'Égypte et la traversée du désert »  : […] « Alors se leva sur l'Égypte un nouveau roi qui n'avait pas connu Joseph » (Exode, i, 8). La Bible relate par ce verset la révolution politique qui entraîna l'asservissement des pasteurs hébreux de Gessen. Les Hébreux sont astreints aux travaux épuisants de construction de villes de dépôts ; on cherche par des règlements à diminuer leur importance démographique : les sages-femmes sont chargées d' […] Lire la suite

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 855 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sanctuaire du désert »  : […] Après un séjour prolongé en Égypte – à la suite d'une famine –, les Hébreux regagnèrent leur liberté sous la conduite d'un chef charismatique, Moïse, pour retourner à la terre qui leur était promise, Canaan. Selon les repères chronologiques, la sortie d'Égypte eut lieu au milieu du règne de Ramsès II, vers les années 1260-1250. Le retour vers Canaan s'effectua en plusieurs étapes, s'étendant sur […] Lire la suite

L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Brigitte LEMÉRER
  •  • 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Élaboration »  : […] Le 30 septembre 1934 Freud annonce à Arnold Zweig qu'il a écrit quelque chose qui l'a tellement occupé que tout le reste est passé au second plan : «  En face des nouvelles persécutions, on se demande de nouveau comment le Juif est devenu ce qu'il est et pourquoi il s'est attiré cette haine éternelle. Je trouvais bientôt la formule. Moïse a créé le Juif... » Mais ce texte est destiné à rester secr […] Lire la suite

MONOTHÉISME

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 3 567 mots

Dans le chapitre « L'époque des patriarches »  : […] Si l'on définit le monothéisme comme la croyance en un seul Dieu, comportant la négation explicite de tout autre dieu, on ne trouve aucune mention nette d'un tel monothéisme à l'époque des patriarches. On peut tout au plus parler de « monolâtrie ». La question de l'existence ou de la non-existence des dieux des autres peuples ne se pose même pas. Les ancêtres immédiats d' Abraham étaient polythéis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-14 février 2019 • Haïti • Mouvement de contestation.

Le 7, des milliers de personnes manifestent à Port-au-Prince contre l’inflation et demandent la démission du président Jovenel Moïse, à la suite de la publication en janvier d’un rapport de la Cour des comptes dénonçant la mauvaise gestion des dépenses publiques et le détournement d’aides [...] Lire la suite

6 juillet - 5 août 2018 • Haïti • Démission du Premier ministre sur fond de violences.

Le 6, les autorités annoncent de fortes augmentations du prix des carburants, en application de l’accord conclu en février avec le FMI. Les troubles qui éclatent aussitôt causent la mort d’au moins quatre personnes. Les manifestants réclament le départ du président Jovenel Moïse et du Premier [...] Lire la suite

20 novembre 2016 • Haïti • Élection de Jovenel Moïse à la présidence de la République.

Avec 55,7 p. 100 des suffrages, Jovenel Moïse, candidat du Parti haïtien Tèt Kale (PHTK) – « Tête chauve » – de l’ancien président Michel Martelly, remporte dès le premier tour l’élection présidentielle organisée un mois et demi après le passage de l’ouragan Matthew. Son principal adversaire, Jude [...] Lire la suite

25 octobre 2015 • Haïti • Premier tour de l’élection présidentielle et second tour des législatives.

Jovenel Moïse, candidat du Parti haïtien Tèt Kale – « Tête chauve » en créole – et dauphin du président sortant Michel Martelly, arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 32,8 p. 100 des suffrages. Il sera opposé, au second tour en décembre, à Jude Célestin, candidat [...] Lire la suite

20-26 mars 2000 • Vatican - Jordanie - Israël - Autorité palestinienne • Visite du pape Jean-Paul II en Terre sainte.

Le 20, Jean-Paul II entame le premier voyage d'un pape en Terre sainte depuis celui de Paul VI en 1964. Arrivé à Amman, il se rend au mont Nébo – où Moïse est mort, selon la Bible – et aux sanctuaires de Madaba. « Sans paix, déclare-t-il au roi Abdallah II de Jordanie, il ne peut y [...] Lire la suite

3-8 janvier 1985 • Israël - Éthiopie • Interruption dans le rapatriement des falachas en Israël

éthiopiens, ont gagné l'État hébreu en passant par le Soudan. Au cours de la seule année 1984, 7 354 falachas sont arrivés en Israël, dont plus de 4 000 au cours des quatre derniers mois de l'année. Le porte-parole du gouvernement se félicite de « l'opération Moïse », qui a permis à Israël d'être [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri CAZELLES, « MOÏSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise/