HÉNOCH LIVRES D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les auteurs juifs d'apocalypses étaient en quête de personnages illustres et homologués par la tradition qui fussent capables de servir de garants aux révélations que ces auteurs se donnaient la mission de transmettre. Le patriarche Hénoch, dont le livre de la Genèse dit qu'il « marcha avec Dieu » avant d'être enlevé aux cieux (v, 24), le même que l'auteur de l'Ecclésiastique présente comme « un prodige de science pour toutes les générations » (xliv, 16), était tout indiqué pour une fonction de cet ordre. Replacé dans l'horizon plus vaste des traditions anciennes, Hénoch était, de plus, dans la Bible, en sa qualité de septième patriarche antédiluvien, la réplique du septième roi antédiluvien de la tradition babylonienne, Enmedouranki, comme lui destinataire de la révélation des secrets divins et récipiendaire des tablettes des dieux. Il n'est donc pas étonnant qu'Hénoch, l'initié des mystères célestes, soit devenu le héros prête-nom de tout un corpus d'apocalypses. Les restes de l'immense littérature hénochienne nous sont parvenus principalement par le canal de deux livres : le Livre éthiopien d'Hénoch et le Livre slave d'Hénoch.

Le Livre éthiopien d'Hénoch (ou Premier Livre d'Hénoch) est l'une des plus grandes apocalypses juives. Compilation en cinq parties, il compte cent quatre chapitres d'exhortations et de prophéties sur la fin des temps, pièces éparses à l'origine et en partie orales. Son nom, « Hénoch éthiopien », lui vient de la seule version dans laquelle il nous est parvenu en entier. Dès le Nouveau Testament, les auteurs chrétiens citent cette œuvre. Elle est certainement palestinienne, d'un milieu proche du pharisaïsme. Sa langue originale est l'hébreu, ou l'araméen (des fragments dans ces deux langues ont été retrouvés à Qumrān). Les parties les plus anciennes, les trente-deux premiers chapitres par exemple, peuvent remonter à la première partie du ~ iie siècle ; le restant s'échelonnerait jusque vers la prise de Jérusalem par Pompée, en ~ 63. L'édition de la collectio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HÉNOCH LIVRES D'  » est également traité dans :

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-apocalyptique-et-apocryphe/#i_10418

HEYHALOT ou HEYKHALOT LES

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 394 mots

Le mot hébreu Heyhalot , qui signifie « palais », désigne les textes fondamentaux que nous ont légués les mystiques juifs de la Merkaba. Les plus importants de ces textes sont, dans l'ordre chronologique, les Heyhalot Zutrati , rapportées à Rabbi Aquiba, les Heyhalot Rabbati , dont le porte-parole principal est Rabbi Ismaël et enfin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heyhalot-heykhalot/#i_10418

HOMME FILS DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 847 mots

Expression à laquelle, dans les Évangiles, Jésus a souvent recours pour se désigner lui-même. Elle intervient en trois contextes différents, selon qu'il s'agit : de l'annonce de la parousie du Fils de l'homme ; de la prédication de sa passion et de sa résurrection ; de la description de certaines situations de sa vie terrestre. Le volume sémantique d'une telle formule (évangélique) est donc immens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fils-de-l-homme/#i_10418

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La mystique du Trône »  : […] Née en Palestine, la mystique juive évolua parallèlement à la religion exotérique ; les premiers écrits sont anonymes ou pseudépigraphes. Bien qu'aucun auteur n'ait été identifié avec certitude, on attribue un rôle actif à certains docteurs de la Mishna ( ii e - iii e s.), c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_10418

Pour citer l’article

André PAUL, « HÉNOCH LIVRES D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/livres-d-henoch/