BHOUTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRoyaume du Bhoutan (BT)
Chef de l'Étatle roi Jigme Khesar Wangchuk (depuis le 14 décembre 2006)
Chef du gouvernementLotay Tshering (depuis le 7 novembre 2018)
CapitaleThimphou
Langue officielledzongkha
Unité monétairengultrum (BTN) 4
Note : La roupie indienne (INR) a également cours légal
Population756 100 (estim. 2021)
Superficie (km2)38 394

L'architecture

Au cours du règne du roi tibétain Srong-bTsan sGam-po, deux temples furent construits au Bhoutan : le sKyer-chu lhakhang, dans la vallée de sPa-gro, et le Byams-pa‘i lha-khang, à l'ouest de l'actuel rDzong (monastère-forteresse) de Bya-dkar dans la plaine de Bumthang. Il semblerait, d'après le Mani bKa' 'bum, que ces temples étaient les éléments nord et ouest d'un diagramme destiné à juguler la religion pratiquée jusqu'à cette date. Le roi construisit douze édifices bouddhiques qui figuraient douze pieux destinés à fixer au sol et à anéantir la démone de l'hérésie.

Ces deux temples construits aux environs de 640-660 marquent la naissance de l'art du Bhoutan, art dont le style évoluera mais dont les thèmes seront toujours liés à la tradition bouddhique.

Les rDzong

L'architecture s'illustre par les édifices religieux : forteresses, monastères fortifiés (rDzong), temples (lhakhang), mchod-rten et par des constructions civiles. Forteresses, sièges du pouvoir civil, les rDzong étaient situés aux points stratégiques, à l'origine destinés à défendre le pays contre l'envahisseur. Ils se dressent, majestueux dans un décor grandiose. Zhabs-drung en fut l'instigateur. Ces bâtiments revêtent souvent la forme de parallélogrammes et reposent sur des fondations de pierres. Leurs façades de terre séchée sont blanchies à la chaux, une bande décorative de couleur rouge court sous les deux toits en bardeaux : le premier, soutenu par des consoles, est en saillie ; le second, légèrement en retrait, est couronné d'un lanternon, lui-même coiffé d'un troisième toit orné de motifs de bronze. Les fenêtres étroites ouvertes aux étages supérieurs, entourées de chambranles de bois, sont parfois en encorbellement. Une seule porte, étroite elle aussi, permet de pénétrer à l'intérieur de l'édifice, au centre duquel se déploient une ou plusieurs cours. Les étages qui les bordent se frangent de galeries pourtournantes. D'autres édifices occupent dans certains cas, sur plusieurs niveaux, les cours intérieures. Une partie de l'édifice est réservée à l'administration civile, l'autre au domaine religieux, et comprend un monastère avec dortoirs, salles de prière, d'enseignement, appartements privés, réfectoires, de nombreuses chapelles, des bibliothèques. Les plafonds des salles les plus vastes sont soutenus par des colonnes et des piliers surmontés de chapiteaux ouvragés et consoles, en bois peint. Les murs sont décorés de scènes religieuses. Les Bhoutanais sont fiers de leur architecture qui ignore les clous.

Dzong Rinpung, Bhoutan

Photographie : Dzong Rinpung, Bhoutan

Le petit Bhoutan subit de longue date l'influence de ses voisins. Les dzongs (monastères-forteresses) ont été construits pour la plupart aux XVIe et XVIIe siècles pour protéger le territoire contre les envahisseurs tibétains (ici le dzong Rinpung, district de Paro, dans l'ouest du... 

Crédits : Paul Chesley/ Getty Images

Afficher

La plupart des rDzong, endommagés par des incendies ou des tremblements de terre, furent remaniés au cours des siècles. Le plus ancien, Sems-rTogs-kha construit en 1627, présente l'intérêt de demeurer dans son état initial tant pour l'architecture que pour la décoration. Il est constitué d'une importante construction centrale et de locaux annexes disposés le long d'un rempart. sPu-na-kha fut construit par Zhabs-drung entre 1636 et 1637 au confluent du Paro-chu et du Mo-chu ; long d'environ cent quatre-vingts mètres, large de soixante-douze, sa cour centrale comporte au sud une tour rectangulaire de six étages qui abrite les chapelles mortuaires des premiers rGyal-chab. Le rDzong de sPa-gro, appelé aussi Rin-spungs, construit par Drung-Drung au xve siècle, transformé par Zhabs-drung en 1645, détruit par un incendie au début du xxe siècle, fut reconstruit selon le même modèle. Un ensemble de bâtiments, haut de cinq étages, bâti à flanc de colline enclot un espace rectangulaire sur deux niveaux. Au centre de la partie supérieure se dresse un bâtiment de sept étages qui ne comporte que des chapelles ; l'une d'elles est réservée au culte des divinités protectrices. Une redoute arrondie, rTag rDzong, devait protéger la forteresse ; transformée aujourd'hui en musée, elle s'élève sur cinq étages disposés selon un plan hélicoïdal.

L'unique chemin qui reliait autrefois l'est à l'ouest du pays traversait le rDzong de Krong-sar bâti en 1648 par Zhabs-drung, restauré par Ugyen Wangchuk, le premier roi du Bhoutan, dont il est le berceau. Il est précédé comme sPa-gro d'un rTag rDzong (redoute) utilisé jadis comme arsenal. Le bâtiment principal se caractérise par une grande irrégularité du niveau des toits, correspondant aux niveaux des trois cours intérieures. dBang-'dus pho brang, construit entre 1638 et 1639, reçut par la suite l'adjonction d'un toit d'or. Situé entre deux fleuves, il était relié à l'une des rives par l'un des plus beaux ponts du Bhou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Bhoutan : drapeau

Bhoutan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Bhoutan : carte physique

Bhoutan : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Jigme Khesar Namgyel Wangchuck

Jigme Khesar Namgyel Wangchuck
Crédits : Kasahara Katsumi/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Dzong Rinpung, Bhoutan

Dzong Rinpung, Bhoutan
Crédits : Paul Chesley/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BHOUTAN  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud  »  : […] En tant qu'ensemble régional, l'Asie du Sud comprend sept États qui correspondent à ce qu'on appelait autrefois le sous-continent indien. L'Inde en occupe le cœur géographique, et s'impose tant par sa taille (3,2 millions de km 2 ) que par sa population (1,7 milliard d'habitants en 2009). Elle en est aussi, à maints égards, la matrice de la civilisation, le berceau de l'hindouisme et celui du bou […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud »  : […] On a tort de considérer comme marginaux dans le monde musulman les pays d'Asie du Sud, ou sous-continent indien, qui, avant la partition de 1947, constituaient l'Inde tout court. Colonisée par des marchands arabo-persans, puis conquise du xi e au xiii e  siècle par des dynasties turques, l'Inde faisait partie intégrante du monde musulman médiéval ; ses puissants souverains, comme les Moghols (152 […] Lire la suite

LEPCHA ou RONG

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 451 mots

Population habitant le Népal oriental, le Bhoutan occidental, l'État indien du Sikkim et le district de Darjeeling (Inde). Leur nombre est évalué à environ 76 000. Il semble que les Lepcha, qui s'appellent eux-mêmes Rong (« ravins »), soient les plus anciens habitants du Sikkim, car ils ne possèdent aucune tradition de migration et situent la demeure de leurs ancêtres dans une des vallées du Kangc […] Lire la suite

RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean GADREY
  •  • 4 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les indicateurs subjectifs de bonheur »  : […] Il s’agit d’indicateurs de « satisfaction dans la vie » ( life satisfaction ), issus d’enquêtes directes auprès des personnes, s’apparentant à des sondages, où on demande aux personnes interrogées de noter globalement (par exemple de 0 à 10) le degré de satisfaction qu’elles éprouvent par rapport à la vie qu’elles mènent. On les utilise soit pour suivre dans le temps les variations de la satisfact […] Lire la suite

THIMPHOU ou THIMPHU

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

La ville de Thimphou est localisée dans l'ouest du Bhoutan, perchée à plus de 2 000 mètres d'altitude dans la vallée himalayenne du Raidak (appelé aussi Wang Chu). Choisie comme capitale en 1962 (auparavant le siège du gouvernement se trouvait là où résidait le roi), elle bénéficia dès lors d'un grand programme de construction entrepris avec des fonds indiens. Tashichhodzong (ou bKra-shis chos-rD […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Au sein de ce monde culturel et religieux de monastères et de sectes qui s'entredéchirent surgit soudain le grand maître Tsong-kha-pa (1357-1419). Il vint au Tibet central du Kukunor en Extrême-Orient et commença par étudier sous les maîtres les plus illustres du temps, appartenant à toutes les variétés d'ordres religieux. Il fut impressionné surtout par le couvent bKa-'gdams-pa de Re-ting, où il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 octobre - 7 novembre 2018 Bhoutan. Élections législatives.

Le Parti vertueux du Bhoutan (centre droit) de Jigme Thinley obtient 45 p. 100 des voix et 17 élus. Ne peuvent se présenter au second tour que les candidats des deux partis arrivés en tête au premier tour. Le Parti démocratique du peuple (centre gauche) du Premier ministre sortant Tshering Tobgay était arrivé en troisième position au premier tour avec 27,4 p. […] Lire la suite

29 août 2017 Chine – Inde. Fin d'une période de tension à la frontière sino-indienne.

À l’issue de deux mois de tension, la Chine et l’Inde annoncent leur désengagement militaire du plateau de Doklam, à leur frontière commune avec le Bhoutan, où leurs armées se faisaient face depuis juin. Les autorités bhoutanaises avaient sollicité le soutien de leur allié indien à la suite de l’engagement par des troupes chinoises de travaux routiers sur une portion de territoire frontalier revendiquée par Pékin. […] Lire la suite

13-19 juillet 2013 Bhoutan. Première alternance démocratique aux élections législatives

Le 13, le Parti démocratique du peuple de Tshering Tobgay remporte les deuxièmes élections législatives organisées dans le pays depuis la fin de la monarchie absolue en 2008, en obtenant 32 sièges sur 47. Le Druk Phuensum Tshogpa (Parti de la paix et de la prospérité) du Premier ministre Lyonchen Jigme Thinley subit un grave revers, avec seulement 15 élus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît CAILMAIL, François DURAND-DASTÈS, Alain LAMBALLE, Chantal MASSONAUD, « BHOUTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bhoutan/