LEPCHA ou RONG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population habitant le Népal oriental, le Bhoutan occidental, l'État indien du Sikkim et le district de Darjeeling (Inde). Leur nombre est évalué à environ 76 000. Il semble que les Lepcha, qui s'appellent eux-mêmes Rong (« ravins »), soient les plus anciens habitants du Sikkim, car ils ne possèdent aucune tradition de migration et situent la demeure de leurs ancêtres dans une des vallées du Kangchenjunga, au cœur du pays rlepcha. L'histoire des Rong est marquée par des invasions successives : au xviie siècle, les Bhutia, venus du Tibet, les imprègnent de leur culture et les convertissent au lamaïsme. Cependant, les Rong et les Bhutia ont gardé chacun leur langue propre. Au xviiie et au xixe siècle, les Bhoutanais et les Népalais accaparent les meilleures terres. L'occupation anglaise a lieu vers 1835. Dans le district de Darjeeling, la terre labourable a été transformée en plantations de thé sur lesquelles les Rong sont employés comme ouvriers. Seule une région du Sikkim, le Zongu, est réservée aux agriculteurs rong « purs ». La langue et la culture rong y sont donc conservées plus que dans les autres régions, où elles sont peu à peu abandonnées.

Les Rong, qui sont pacifiques (leur langue n'avait pas de mot pour « guerre »), pratiquent l'élevage du bétail et deux sortes d'agriculture : la culture permanente du riz irrigué en terrasses, de la cardamome en champs et des céréales en jardin ; la culture temporaire du riz sur terres sèches avec défrichage et jachère.

À l'intérieur des villages, les Rong se subdivisent en différents clans exogamiques patrilinéaires (ptso). Ils dissocient mariage et relations sexuelles ; ainsi un homme partage sa femme et ses champs avec un plus jeune frère célibataire. Le mariage est un contrat non seulement entre deux individus, mais aussi entre deux groupes : par le lévirat ou le sororat, l'union se poursuit après la mort d'un des partenaires. L'inceste est une calamité (nam-toak) qui entraîne une année de désastre pour la communauté et appelle sur le couple fautif un esprit maléfique. Toute relation sexuelle avec des consanguins sur neuf générations patrilinéaires et quatre générations matrilinéaires est considérée comme incestueuse à partir de la puberté.

Les Rong pratiquent simultanément trois religions : le lamaïsme ; la religion traditionnelle môn, caractérisée par la possession de certains individus par les esprits ; le culte du peuple de Mayel, dont le rituel est lié à la moisson et à la chasse.

—  Yvan BARBÉ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEPCHA ou RONG  » est également traité dans :

SIKKIM

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Chantal MASSONAUD
  • , Universalis
  •  • 3 232 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Peuplement et histoire »  : […] groupes occupant le même milieu. Les populations les plus anciennes du Sikkim sont des Lepchas, parlant des langues tibéto-birmanes et d'aspect plus ou moins mongoloïdes. Ils sont généralement pasteurs ou agriculteurs, et pratiquent un bouddhisme plus ou moins teinté d'animisme. Ils sont très minoritaires dans la population. En effet, le Sikkim a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sikkim/#i_35471

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « LEPCHA ou RONG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepcha-rong/