BHOUTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRoyaume du Bhoutan (BT)
Chef de l'Étatle roi Jigme Khesar Wangchuk (depuis le 14 décembre 2006)
Chef du gouvernementLotay Tshering (depuis le 7 novembre 2018)
CapitaleThimphou
Langue officielledzongkha
Unité monétairengultrum (BTN) 4
Note : La roupie indienne (INR) a également cours légal
Population756 100 (estim. 2021)
Superficie (km2)38 394

Le Bhoutan contemporain

À l’instar de son proche voisin népalais, le Bhoutan est parvenu à maintenir une relative indépendance vis-à-vis de l’empire britannique. Le traité de Sinchula de novembre 1865, qui a mis fin à la guerre de Duar entre le Royaume-Uni et le Bhoutan, a jeté les premières bases du protectorat de l’Inde britannique sur son voisin. Un nouveau traité (traité de Punakha) ratifié en janvier 1910 entre la nouvelle dynastie Wangchuck (arrivée sur le trône en 1907) et Calcutta assure à Thimphou la non-ingérence de son puissant voisin dans les affaires intérieures du royaume. En revanche, le royaume bhoutanais accepte « d’être guidé » en matière de politique extérieure, et plus particulièrement dans ses rapports avec la Chine.

Une forte influence indienne

L’indépendance de l’Inde en 1947 ne change pas la donne et le rôle que s’était assigné l’empire britannique est repris par le nouveau gouvernement indien. Les négociations au sujet d’un nouveau texte encadrant les relations indo-bhoutanaises sont amorcées durant l’été de 1949 et aboutissent à la signature d’un traité le 8 août 1949. Celui-ci précise une nouvelle fois l’autonomie de Thimphou en matière de politique intérieure et confirme la tutelle de New Delhi sur les relations extérieures du Bhoutan. Mais l’enclavement du pays et sa grande dépendance économique vis-à-vis de l’extérieur ont pour conséquence d’accroître le périmètre d’action de l’Inde au-delà de la seule politique extérieure. Lorsque la Chine commence à manifester son intérêt pour le Tibet, le Premier ministre indien Jawaharlal Nehru, qui ne souhaite pas voir l’influence de son puissant voisin s’accroître dans les pays qu’il estime faire partie de son pré-carré, rend une première (et unique) visite au roi (ou Druk Gyalpo) Jigme Dorji Wangchuck (1952-1972), à l’automne de 1958, dans le but de le convaincre d’accepter l’aide économique de New Delhi. Entre autres projets, Nehru l’encourage à accueillir favorablement la construction d’une route reliant l’Inde au centre du Bhoutan, tant dans un but économique que stratégique (jusqu’alors, aucune route carrossable ne reliait le Bhoutan à l’extérieur). À mesure que la menace chinoise se précise, le gouvernement indien se fait plus pressant. En 1961, la formation de l’armée du Bhoutan est confiée à l’armée indienne, tandis que Nehru annonce que toute agression contre le royaume bouddhique serait considérée comme une agression contre l’Inde, déclaration qui n’entraîne aucune réaction de la part d’un gouvernement bhoutanais en phase avec son voisin. Ainsi, l’année précédente, Thimphou avait décidé de son propre chef d’un embargo contre le Tibet, qui ne fut pas sans conséquence pour l’économie du royaume, dont l’exportation de riz se faisait essentiellement en direction de Lhassa.

À la même période, le gouvernement bhoutanais entreprend ses premières politiques économiques. En 1961, il lance un premier plan quinquennal (1961-1966) centré essentiellement sur le développement des infrastructures du pays : la majorité du budget de 10,7 millions de dollars (66 p. 100) est ainsi consacrée à la construction de routes. L’éducation fait également partie des priorités du pays qui poursuit dans cette direction au cours du deuxième plan quinquennal (1966-1971). De nombreuses écoles primaires et secondaires sont construites, tandis que des bourses sont offertes par le gouvernement aux élèves méritants afin qu’ils aillent étudier à l’étranger.

Jigme Dorji Wangchuck, « père du Bhoutan moderne », adapte aussi le royaume au nouveau contexte postcolonial sur le plan politique et sociétal. Il s’engage vers l’ouverture démocratique en créant l’Assemblée nationale en 1953, en rédigeant le cadre juridique du royaume (thrimshung chenmo) qui est ratifié par l’Assemblée nationale en 1957 ou en fondant le Conseil consultatif royal (lodey tshogdey) en 1965. Le monarque conserve néanmoins un droit de veto sur les décisions prises par l’Assemblée nationale. Parallèlement, le Druk Gyalpo abolit l’esclavage et le servage en 1958 et initie de grandes réformes agraires.

Vers une ouverture au monde

Si la guerre sino-indienne de 1962 ne met pas un terme aux querelles frontalières des deux protagonistes, elle stabilise néanmoins la frontière. Le Bhoutan, sentant le péril d’une invasion chinoise s’éloigner, reconsidère sa politique étrangère. Pour la première fois, d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Bhoutan : drapeau

Bhoutan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Bhoutan : carte physique

Bhoutan : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Jigme Khesar Namgyel Wangchuck

Jigme Khesar Namgyel Wangchuck
Crédits : Kasahara Katsumi/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Dzong Rinpung, Bhoutan

Dzong Rinpung, Bhoutan
Crédits : Paul Chesley/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BHOUTAN  » est également traité dans :

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud  »  : […] En tant qu'ensemble régional, l'Asie du Sud comprend sept États qui correspondent à ce qu'on appelait autrefois le sous-continent indien. L'Inde en occupe le cœur géographique, et s'impose tant par sa taille (3,2 millions de km 2 ) que par sa population (1,7 milliard d'habitants en 2009). Elle en est aussi, à maints égards, la matrice de la civilisation, le berceau de l'hindouisme et celui du bou […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud »  : […] On a tort de considérer comme marginaux dans le monde musulman les pays d'Asie du Sud, ou sous-continent indien, qui, avant la partition de 1947, constituaient l'Inde tout court. Colonisée par des marchands arabo-persans, puis conquise du xi e au xiii e  siècle par des dynasties turques, l'Inde faisait partie intégrante du monde musulman médiéval ; ses puissants souverains, comme les Moghols (152 […] Lire la suite

LEPCHA ou RONG

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 451 mots

Population habitant le Népal oriental, le Bhoutan occidental, l'État indien du Sikkim et le district de Darjeeling (Inde). Leur nombre est évalué à environ 76 000. Il semble que les Lepcha, qui s'appellent eux-mêmes Rong (« ravins »), soient les plus anciens habitants du Sikkim, car ils ne possèdent aucune tradition de migration et situent la demeure de leurs ancêtres dans une des vallées du Kangc […] Lire la suite

RICHESSE DÉFINITIONS ET MESURES DE LA

  • Écrit par 
  • Jean GADREY
  •  • 4 759 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les indicateurs subjectifs de bonheur »  : […] Il s’agit d’indicateurs de « satisfaction dans la vie » ( life satisfaction ), issus d’enquêtes directes auprès des personnes, s’apparentant à des sondages, où on demande aux personnes interrogées de noter globalement (par exemple de 0 à 10) le degré de satisfaction qu’elles éprouvent par rapport à la vie qu’elles mènent. On les utilise soit pour suivre dans le temps les variations de la satisfact […] Lire la suite

THIMPHOU ou THIMPHU

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots
  •  • 1 média

La ville de Thimphou est localisée dans l'ouest du Bhoutan, perchée à plus de 2 000 mètres d'altitude dans la vallée himalayenne du Raidak (appelé aussi Wang Chu). Choisie comme capitale en 1962 (auparavant le siège du gouvernement se trouvait là où résidait le roi), elle bénéficia dès lors d'un grand programme de construction entrepris avec des fonds indiens. Tashichhodzong (ou bKra-shis chos-rD […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Au sein de ce monde culturel et religieux de monastères et de sectes qui s'entredéchirent surgit soudain le grand maître Tsong-kha-pa (1357-1419). Il vint au Tibet central du Kukunor en Extrême-Orient et commença par étudier sous les maîtres les plus illustres du temps, appartenant à toutes les variétés d'ordres religieux. Il fut impressionné surtout par le couvent bKa-'gdams-pa de Re-ting, où il […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 octobre - 7 novembre 2018 Bhoutan. Élections législatives.

Le Parti vertueux du Bhoutan (centre droit) de Jigme Thinley obtient 45 p. 100 des voix et 17 élus. Ne peuvent se présenter au second tour que les candidats des deux partis arrivés en tête au premier tour. Le Parti démocratique du peuple (centre gauche) du Premier ministre sortant Tshering Tobgay était arrivé en troisième position au premier tour avec 27,4 p. […] Lire la suite

29 août 2017 Chine – Inde. Fin d'une période de tension à la frontière sino-indienne.

À l’issue de deux mois de tension, la Chine et l’Inde annoncent leur désengagement militaire du plateau de Doklam, à leur frontière commune avec le Bhoutan, où leurs armées se faisaient face depuis juin. Les autorités bhoutanaises avaient sollicité le soutien de leur allié indien à la suite de l’engagement par des troupes chinoises de travaux routiers sur une portion de territoire frontalier revendiquée par Pékin. […] Lire la suite

13-19 juillet 2013 Bhoutan. Première alternance démocratique aux élections législatives

Le 13, le Parti démocratique du peuple de Tshering Tobgay remporte les deuxièmes élections législatives organisées dans le pays depuis la fin de la monarchie absolue en 2008, en obtenant 32 sièges sur 47. Le Druk Phuensum Tshogpa (Parti de la paix et de la prospérité) du Premier ministre Lyonchen Jigme Thinley subit un grave revers, avec seulement 15 élus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît CAILMAIL, François DURAND-DASTÈS, Alain LAMBALLE, Chantal MASSONAUD, « BHOUTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bhoutan/