AVOCAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon une enquête sur la qualité de la justice, réalisée en 2001 par le ministère français de la Justice, 83 p. 100 des personnes interrogées affirment que l'avocat est irremplaçable lorsqu'on a affaire à la justice. C'est un taux de satisfaction fort et pourtant l'image des avocats est souvent caricaturée. Les idées reçues à leur sujet foisonnent. La réalité de la profession est de fait mal connue.

Les avocats s'enracinent dans une tradition perpétuée au cours des siècles qui leur confère le privilège de porter la parole et de défendre autrui dans un procès. L'étymologie y concourt, la dénomination professionnelle venant en droite ligne de l'advocatus romain, du verbe advocare : appeler quelqu'un, comme conseil, devant un juge. Pourtant, la profession a connu en France, dans le cadre d'une évolution constatée dans tous les pays occidentaux, une véritable transformation dans les trente dernières années du xxe siècle. Elle concerne le statut de l'avocat, son champ d'activité, les structures et modalités d'exercice ou encore la démographie et les caractéristiques sociologiques et économiques de la profession.

Évolution de la profession

L'avocat ne peut être présenté indépendamment des ordres qui administrent les barreaux, c'est-à-dire les collèges d'avocats établis chacun dans le ressort d'un tribunal de grande instance, aujourd'hui au nombre de 181. Les barreaux tenaient jadis à la fois de la corporation et de la confrérie religieuse. C'est notamment l'origine du port de la « robe ». Bien que très tôt pratiquée par des laïcs, la profession a longtemps conservé cette dimension religieuse et les ordres ont toujours à leur tête un chef élu, le bâtonnier, qui portait autrefois le bâton de la bannière lors des processions solennelles.

Appelé « ordre des avocats » dès le Bas-Empire, le barreau, après une longue période d'effacement durant le haut Moyen Âge, est réorganisé en 1327 par une ordonnance de Philippe de Valois. Les avocats qui le composent doivent, depuis une ordonnance de Philippe III le Hardi du 12 octobre 1274, prêter serment avant d'exercer leur profession. Quant à l'exigence de la licence en droit pour l'exercice de la profession, elle remonte à François Ier. Les ordres affirment peu à peu leur autorité, en particulier sous le règne de Louis XIV.

L'Assemblée constituante, sous la Révolution, supprime l'ordre des avocats, dans le sillage de la loi Le Chapelier des 14 et 17 juin 1791 abolissant les corporations. Les avocats, pendant quelques années, cèdent la place, pour la plaidoirie, aux « défenseurs officieux ». Mais les ordres sont rétablis par le décret du 14 décembre 1810. L'ordonnance royale du 27 février 1822 vient conférer aux avocats le monopole de la plaidoirie, marquant ainsi, comme l'indique le bâtonnier André Damien, la naissance du barreau moderne. À partir de 1830 s'ouvre l'« âge d'or des avocats ». Il se poursuit tout au long du xixe siècle, notamment sous la IIIe République, parfois appelée « République des avocats » par référence au nombre considérable d'avocats devenus parlementaires ou ministres. Au xxe siècle, surtout après la Première Guerre mondiale, la professionnalisation croissante est jalonnée par quelques grands textes : le décret du 20 juin 1920 qui fait de l'inscription au tableau d'un barreau la condition, pour un licencié en droit, de pouvoir porter le titre d'avocat ; la loi du 28 juin 1941 qui crée le certificat d'aptitude à la profession d'avocat (C.A.P.A.) ; le décret du 10 avril 1954 qui autorise les avocats à s'associer et à manipuler des fonds ; la loi du 31 décembre 1957 qui les habilite à poursuivre en justice le recouvrement de leurs honoraires ; la loi du 31 décembre 1971 qui, notamment, fusionne les professions d'avocats, d'avoués de première instance (qui représentaient les parties devant le tribunal civil) et d'agréés près les tribunaux de commerce.

Cette trajectoire a connu une étape décisive avec la loi du 31 décembre 1990 et son décret d'application du 27 novembre 1991, décidant en particulier la fusion de la profession d'avocat avec celle de conseil juridique et ouvrant ainsi largement la nouvelle profession au droit des affaires. Une loi du 31 décembre 1990 a ouvert simultanément la possibilité de créer des sociétés de capitaux dans les professions libérales et particulièrement chez les avocats. Des textes de réforme se sont ensuite multipliés, dont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : avocat honoraire, ancien bâtonnier du barreau de la Seine-Saint-Denis

Classification

Autres références

«  AVOCAT  » est également traité dans :

BARREAU

  • Écrit par 
  • Joël GREGOGNA
  •  • 870 mots

La fonction de défenseur remonte à la plus haute antiquité. À Rome, il était d'usage pour les patriciens de défendre leurs clients en justice : les advocati conseillaient le plaideur, tandis que les oratores plaidaient devant le tribunal. Rapidement, la fonction devint lucrative et de nombreuses lois vinrent la réglementer, souvent, d'ailleurs, pour tenter vainement d'en limiter les honoraires. L […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les professions et la formation juridiques »  : […] Un gros effort a été fourni en matière de formation des personnels judiciaires comme des auxiliaires de justice. Parallèlement le statut de ces personnels s'est progressivement amélioré pour se rapprocher, du moins en partie, de celui dont jouissent leurs homologues occidentaux. Les quelque 3 548 juridictions du pays se sont peu à peu dotées d'un plus grand nombre de juges et de procureurs. Au no […] Lire la suite

EXAMINATION & CROSS-EXAMINATION

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 700 mots

Interrogatoire et contre-interrogatoire des témoins devant le juge anglais. L'institution remonte aux premiers temps de la justice royale, aux xii e et xiii e  siècles ; quand une personne se plaignait d'une autre auprès du roi, celui-ci ou un officier de sa cour chargeait un de ses agents d'aller entendre les parties au litige et les témoins et de lui rapporter si les faits allégués par le deman […] Lire la suite

UN ANTISÉMITISME ORDINAIRE. VICHY ET LES AVOCATS JUIFS (R. Badinter)

  • Écrit par 
  • Marc Olivier BARUCH
  •  • 1 194 mots

La photo – tristement célèbre – est reproduite dans deux journaux parisiens : on y voit côte à côte sept des avocats parisiens les plus réputés, l'air grave. Le commentaire, certes étroitement contrôlé par la censure allemande, évoque, à l'exemple de Paris-Soir , « ces Juifs millionnaires, ex-célébrités du barreau parisien, internés dans un camp proche de la capitale ». Ce camp s'appelle Drancy, n […] Lire la suite

UNION EUROPÉENNE - Justice communautaire

  • Écrit par 
  • Rostane MEHDI
  •  • 6 583 mots

Dans le chapitre « Composition et statut »  : […] La Cour (ainsi que le Tribunal) est formée de quinze juges, qui constituent la formation de jugement, et de neuf avocats généraux. Tous les membres de la juridiction communautaire sont nommés d'un commun accord par les gouvernements des États membres pour un mandat de six ans renouvelable. Ils sont choisis parmi des personnalités réunissant les conditions requises pour l'exercice, dans leurs pays […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-25 mars 2022 France. Meurtre du nationaliste corse Yvan Colonna en prison.

Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse et ancien avocat d’Yvan Colonna, exprime « un profond sentiment de colère et d’injustice » et rend l’État responsable de n’avoir pas procédé au « rapprochement » d’Yvan Colonna, c’est-à-dire à son incarcération dans une prison corse, comme le demandaient ses défenseurs. L’administration pénitentiaire s’y opposait en raison du statut de « détenu particulièrement signalé » (DPS) d’Yvan Colonna. […] Lire la suite

20 décembre 2021 Égypte. Condamnation du blogueur Alaa Abd el-Fattah.

Lors du même procès, son ancien avocat Mohamed al-Baqer est condamné à quatre ans de prison – pour la même accusation –, tout comme le blogueur Mohamed « Oxygen » Ibrahim, reconnu coupable d’avoir relayé des vidéos de manifestations antigouvernementales. Ce verdict suscite des réactions officielles en Allemagne et aux États-Unis.  […] Lire la suite

24 novembre 2021 France. Jugement dans l'affaire Tapie et démission du PDG d'Orange Stéphane Richard.

Elle condamne pour « escroquerie » l’ancien magistrat Pierre Estoup, l’un des juges-arbitres, à trois ans de prison et 300 000 euros d’amende, et Maurice Lantourne, avocat de Bernard Tapie, à trois ans de prison dont deux avec sursis et 300 000 euros d’amende, peine assortie d’une interdiction d’exercice professionnel pendant cinq ans. Elle condamne pour « complicité de détournement de fonds publics » le PDG de la société de télécommunications Orange Stéphane Richard, alors directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde, à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende, et Jean-François Rocchi, ancien président du Consortium de réalisation (CDR) chargé de gérer le passif du Crédit lyonnais, à deux ans de prison avec sursis et 25 000 euros d'amende. […] Lire la suite

21 novembre 2021 Chili. Premier tour de l'élection présidentielle et élections législatives.

Le candidat du Front social chrétien (FSC, extrême droite), l’avocat José Antonio Kast, arrive en tête au premier tour de l’élection présidentielle avec 27,9 % des suffrages. Le candidat d’Approbation dignité (gauche radicale), l’ancien leader étudiant Gabriel Boric, se qualifie pour le second tour avec 25,8 % des voix. Franco Parisi, candidat du Parti des gens (droite), obtient 12,8 % des suffrages, Sebastián Sichel, de la coalition En avant le Chili (centre droit), 12,8 %, Yasna Provoste, du Nouveau Pacte social (centre gauche), 11,6 % et Marco Enríquez-Ominami, du Parti progressiste (gauche), 7,6 %. […] Lire la suite

10 novembre 2021 Thaïlande. Mise en cause des détracteurs de la loi punissant le crime de lèse-majesté.

Cette décision vise particulièrement l’avocat Anon Nampa et les étudiants Panusaya Sithijirawattanakul et Panupong Jadnok. Des dizaines de personnes font l’objet de poursuites pour lèse-majesté. L’opposition à cette loi est menée par le parti Move Forward Party (social-démocrate). Fin octobre, alors qu’une manifestation contre la loi avait rassemblé des milliers de personnes dans la capitale, le parti Pheu Thai lié à l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, qui est majoritaire au Parlement, avait indiqué son intention de débattre de l’usage de la loi punissant le crime de lèse-majesté. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MICHEL, « AVOCAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/avocat/