ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp : représentation schématique

Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp : représentation schématique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Formes nouvelles

Dans leur commun désir de mettre fin à la production éclectique du xixe siècle, les architectes des années 1920-1930 avaient eu l'intime conviction d'être les artisans d'une rupture ; on serait plutôt tenté de voir dans cette période un moment de transition, une étape préparatoire. Les dommages provoqués par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale furent tels, qu'une politique nationale dut être mise en place pour la reconstruction des églises françaises – 4 000 étaient sinistrées. Coordonnée par l'architecte Paul Koch (architecte en chef de l'Union nationale des coopératives de reconstruction des églises sinistrées) et relayée par les commissions diocésaines d'art sacré, elle favorisa fréquemment le recours aux techniques les plus avancées. Certains lieux de culte des années 1950-1960 affectent en effet une liberté formelle inédite, qui doit essentiellement aux possibilités croissantes offertes par la construction en béton armé. Ainsi l'ingénieur Bernard Laffaille met-il ses recherches sur les paraboloïdes hyperboliques et les poteaux-coques en forme de V, au service des églises de Villeparisis (Maurice Novarina, 1954-1958), de Royan (Guillaume Gillet, 1954-1958) et de Bizerte en Tunisie (Paul Herbé et Jean Le Couteur, 1948-1953) ; ainsi Eugène Freyssinet, l'un des inventeurs du béton précontraint, sera-t-il associé à la création de la basilique souterraine Saint-Pie-X, à Lourdes (Pierre Vago, Pierre Pinsard et André Le Donné, 1955-1958). À des fins moins spectaculaires, Arthur Georges Héaume et Alexandre Persitz confient à René Sarger le soin de mettre en œuvre des voiles de béton brut « en accordéon », pour la chapelle Saint-Joseph-des-Épinettes à Paris (1964) – l'ingénieur avait cependant, quelques années plus tôt, utilisé le matériau aux limites de ses possibilités, sur le chantier de la basilique du Sacré-Cœur d'Alger (Herbé et Le Couteur, 1955-1961). Quant au vaste parapluie d'acier, de bois et d'aluminium qui couvre l'église de Mazamet (Tarn, 1960), il est le fruit de plusieurs années de[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Picardie Jules-Verne

Classification


Autres références

«  ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France  » est également traité dans :

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Quelques grands moments de l'entre-deux-guerres »  : […] du catholicisme social, une situation à laquelle avait répondu l'organisation de nouvelles paroisses. La loi de séparation de 1905 mettait en quelque sorte l'Église face à elle-même : elle devait assurer son œuvre édificatrice sans l'intermédiaire des services officiels de l'État. Pour le diocèse de Paris, une commission d'architecture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sacre/#i_13712

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Les grandes années (1945-1954) »  : […] scène artistique (figuration/abstraction ; socialité de l'art ; options de restauration). Mais on l'associa surtout aux édifices dont elle avait appelé la construction de ses vœux et dont l'achèvement presque simultané (bénédictions d'Assy en 1950, de Vence et d'Audincourt en 1951) provoqua un battage médiatique à l'origine d'une « querelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-sacre-revue/#i_13712

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 283 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Abbayes baroques en Autriche et en Allemagne du Sud »  : […] Depuis, y a-t-il eu une architecture monastique moderne ? À vrai dire non, car dans la plupart des cas les communautés monastiques rétablies se contentent des anciens cadres. Il y a cependant une brillante exception : le couvent de La Tourette, au sud de Lyon, réalisé en béton par Le Corbusier. Lors d'un voyage en Italie, en 1907, il avait été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_13712

NOVARINA MAURICE (1907-2002)

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 825 mots

Né en 1907 à Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, Maurice Novarina a reçu d'abord une formation d'ingénieur à l'École spéciale des travaux publics de Paris (1930), puis d'architecte à l'École nationale supérieure des beaux-arts dont il sort diplômé en 1932. Cette double formation explique son intérêt pour les problèmes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-novarina/#i_13712

VAGO PIERRE (1910-2002)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 894 mots

tout dogmatisme, plusieurs immeubles de logements et une église. Ce dernier programme est d'ailleurs fondamental dans son parcours. Après avoir douté, dans les années 1930, de la nécessité de nouveaux lieux de culte pour une société qu'il jugeait dépourvue de spiritualité, ce catholique très lié à l'Église depuis ses années romaines construira […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-vago/#i_13712

Voir aussi

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-religieuse-au-xxe-siecle-france/