ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp : représentation schématique

Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp : représentation schématique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Foyers régionaux

La reconstruction des églises dans les régions dévastées est assurément la plus vaste entreprise d'architecture religieuse en France avant 1945. Toutefois, l'entre-deux-guerres est aussi le moment où émergent, dans d'autres régions, quelques foyers d'art sacré, plus ou moins structurés.

S'inspirant des expériences parisiennes des Artisans de l'autel (fondés en 1904) ou de l'Arche (fondée en 1916), l'architecte James Bouillé crée, en 1927, l'Atelier breton d'art chrétien, regroupant des architectes et des artistes de toutes spécialités, capables « tant d'élever des églises, sanctuaires, monuments religieux divers, que de les agencer jusque dans les moindres détails ». Bouillé est notamment l'auteur, en 1936, de la chapelle de l'Institution Saint-Joseph à Lannion (Finistère), où il allie arc parabolique en béton armé et parement de granit local. Autre réalisation bretonne marquante, le grand séminaire de Cesson à Saint-Brieuc (Côte-d'Armor), construit par Georges-Robert Lefort entre 1924 et 1928, qui est la synthèse complexe d'influences multiples ; le décor de la chapelle (fresque et pâte de verre), d'une grande richesse, est particulièrement révélateur de cette recherche. À Nice, l'église Notre-Dame-Auxiliatrice (Jules Febvre, 1924-1933) témoigne d'une semblable frénésie décorative ; dans la même ville, Sainte-Jeanne-d'Arc (Jacques Droz, 1913-1933) est mieux connue en raison de l'effet procuré par ses voûtes ellipsoïdales : le mariage d'esprit gothique et de formes d'influence africaine fait de cet édifice l'une des réponses structurelles les plus originales apportées au problème de l'espace sacré, et ce malgré les dimensions très modestes de l'édifice. À Rouen (reconstruction, avec Émile Gaillard, de l'église Saint-Nicaise, incendiée en 1934) et à Mont-Cauvaire (chapelle de l'ancien collège de Normandie), Pierre Chirol joue habilement des particularismes régionaux et parvient à créer un authentique style moderne, d'inspiration gothique. Quant à l'église du Sacré-Cœur de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France  » est également traité dans :

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Quelques grands moments de l'entre-deux-guerres »  : […] La montée de l'ère industrielle s'était accompagnée de bouleversements sociaux avec, pour corollaire, l'afflux de populations ouvrières vers les villes. Dès la fin du xix e  siècle, des prêtres avaient engagé auprès de ces populations une évangélisation dans la tradition du catholicisme social, une situation à laquelle avait répondu l'organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sacre/#i_13712

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Les grandes années (1945-1954) »  : […] L'Art sacré refusa de paraître durant la guerre que le père Couturier passa aux États-Unis et au Canada. Il y bénéficia des collections d'art français, se lia avec nombre d'artistes et approfondit sa réflexion ( Art et catholicisme, Chroniques , 1945). Après sa démobilisation le père Régamey resta à Paris ; il se lia avec Rouault, Manessier (en 1944). À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-sacre-revue/#i_13712

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Abbayes baroques en Autriche et en Allemagne du Sud »  : […] Les abbayes baroques de l'Autriche et de l'Allemagne du Sud occupent une place à part dans l'architecture européenne. Sans doute sont-elles dues au grand élan constructeur provoqué par la Contre-Réforme, mais il ne faut pas les confondre avec les établissements des Jésuites, qui sont loin d'avoir laissé dans l'art une empreinte aussi considérable. Les plus impressionnantes sont situées au bord du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_13712

NOVARINA MAURICE (1907-2002)

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 825 mots

Né en 1907 à Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, Maurice Novarina a reçu d'abord une formation d'ingénieur à l'École spéciale des travaux publics de Paris (1930), puis d'architecte à l'École nationale supérieure des beaux-arts dont il sort diplômé en 1932. Cette double formation explique son intérêt pour les problèmes de construction comme en témoignent plusieurs de ses œuvres. Son nom reste attach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-novarina/#i_13712

VAGO PIERRE (1910-2002)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 894 mots

L'architecte Pierre Vago est mort le 27 janvier 2002, à Noisy-sur-École (Seine-et-Marne), à l'âge de quatre-vingt-douze ans. Pendant plus de cinquante ans, ce personnage hors du commun a été constamment présent sur la scène internationale de l'architecture. Pierre Vago est né le 30 août 1910 à Budapest. Fils du célèbre architecte hongrois József Vágó et de la cantatrice Ghita Lenart, il passe sa j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-vago/#i_13712

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-religieuse-au-xxe-siecle-france/