BELMONT JOSEPH (1928-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte français. Formé à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, Joseph Belmont réalise avec Jean Démaret l'ambassade de France au Japon (1954-1956) et élabore des édifices construits à partir d'éléments industrialisés, tels que l'église de Bonnecousse (Tarn) avec Jean Prouvé (1958-1960). En 1956, il devient architecte en chef des Bâtiments civils et des palais nationaux. Dès 1958, il est nommé architecte en chef des résidences présidentielles et architecte de l'Élysée (une fonction qu'il occupera du général de Gaulle à François Mitterrand), puis, en 1970, architecte-conseil du ministère de l'Équipement. L'année suivante, il s'inscrit dans le groupe des « préréformateurs » qui lance le plan de construction des zones à urbaniser en priorité (Z.U.P.), qui sera à l'origine du programme architecture nouvelle (P.A.N.) et qui permettra un renouveau dans le domaine du logement social. De 1978 à 1981, il est sollicité pour animer la nouvelle direction de l'Architecture au sein du ministère de l'Environnement et du Cadre de vie, et contribue à la création de l'Institut français de l'architecture (I.F.A.). À partir des années 1980, il est nommé président de l'établissement public d'aménagement de la Défense (1982-1985), conservateur du domaine du parc de Saint-Cloud (1982-1992), président de la mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (1988-1994) et président de section au conseil général des Ponts et Chaussées (1988-1994). Joseph Belmont est considéré comme un des inspirateurs de la politique architecturale française des années 1970-1990.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« BELMONT JOSEPH - (1928-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-belmont/