ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles

Sacré-Cœur de Montmartre, Paris, les coupoles
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp : représentation schématique

Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp : représentation schématique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Reconstruire autrement

Comment fallait-il en effet reconstruire les centaines de lieux de culte, partiellement ou entièrement détruits pendant la Première Guerre mondiale ? L'architecte Paul Noulin-Lespès exprimait en 1919, dans les colonnes de la revue Le Béton armé fondée par Hennebique, une opinion commune à la majorité de ses confrères : « [...] de nombreux problèmes peuvent se poser à cette occasion, et notamment ceux concernant le choix du style, le plan de l'édifice, le mode de construction et la nature des matériaux. Il nous a paru que, dans l'impossibilité de refaire les églises telles qu'elles étaient avant la guerre, on devait songer à s'inspirer à la fois des grandes leçons d'art du passé et à utiliser des procédés de construction modernes plus rapides, moins coûteux, plus souples que ceux de nos devanciers, et peut-être mieux adaptés à la destination actuelle de ces monuments religieux. » Ainsi l'emploi du béton armé s'imposerait comme une évidence – le recours exclusif au métal par Claude Robbe en 1939 pour l'église Sainte-Barbe de Crusnes-Cité (Meurthe-et-Moselle) doit, en dépit de son intérêt, être considéré comme un événement marginal.

Il restait cependant à définir les conditions de mise en œuvre d'un matériau jugé dépourvu de noblesse, et pour certains (Gaston Bardet, par exemple) fondamentalement antireligieux. Le parement de briques sera certes un excellent succédané à la pierre de taille ; son faible coût et les motifs décoratifs qu'il autorise – Dom Bellot, moine architecte, fut un maître en la matière – sont des atouts qui favoriseront son emploi quasi systématique.

Mais les églises reconstruites dans les régions dévastées ne témoignent pas toutes, loin s'en faut, de cette recherche d'une nouvelle alliance entre les matériaux : habitants et architectes demeurent profondément attachés à la pierre ; dans l'Aisne par exemple, Édouard Monestès à Ciry-Salsogne, Charles Halley à Nanteuil-la-Fosse, Georges Grange et Louis Bourquin à Mont-Notre-Dame lui redonnent sa primeur d'antan, ce qui n'empêche pas le premier, pour les clochers de Quessy et de Te [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France  » est également traité dans :

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Quelques grands moments de l'entre-deux-guerres »  : […] La montée de l'ère industrielle s'était accompagnée de bouleversements sociaux avec, pour corollaire, l'afflux de populations ouvrières vers les villes. Dès la fin du xix e  siècle, des prêtres avaient engagé auprès de ces populations une évangélisation dans la tradition du catholicisme social, une situation à laquelle avait répondu l'organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-sacre/#i_13712

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Les grandes années (1945-1954) »  : […] L'Art sacré refusa de paraître durant la guerre que le père Couturier passa aux États-Unis et au Canada. Il y bénéficia des collections d'art français, se lia avec nombre d'artistes et approfondit sa réflexion ( Art et catholicisme, Chroniques , 1945). Après sa démobilisation le père Régamey resta à Paris ; il se lia avec Rouault, Manessier (en 1944). À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-sacre-revue/#i_13712

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Abbayes baroques en Autriche et en Allemagne du Sud »  : […] Les abbayes baroques de l'Autriche et de l'Allemagne du Sud occupent une place à part dans l'architecture européenne. Sans doute sont-elles dues au grand élan constructeur provoqué par la Contre-Réforme, mais il ne faut pas les confondre avec les établissements des Jésuites, qui sont loin d'avoir laissé dans l'art une empreinte aussi considérable. Les plus impressionnantes sont situées au bord du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_13712

NOVARINA MAURICE (1907-2002)

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 825 mots

Né en 1907 à Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, Maurice Novarina a reçu d'abord une formation d'ingénieur à l'École spéciale des travaux publics de Paris (1930), puis d'architecte à l'École nationale supérieure des beaux-arts dont il sort diplômé en 1932. Cette double formation explique son intérêt pour les problèmes de construction comme en témoignent plusieurs de ses œuvres. Son nom reste attach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-novarina/#i_13712

VAGO PIERRE (1910-2002)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 894 mots

L'architecte Pierre Vago est mort le 27 janvier 2002, à Noisy-sur-École (Seine-et-Marne), à l'âge de quatre-vingt-douze ans. Pendant plus de cinquante ans, ce personnage hors du commun a été constamment présent sur la scène internationale de l'architecture. Pierre Vago est né le 30 août 1910 à Budapest. Fils du célèbre architecte hongrois József Vágó et de la cantatrice Ghita Lenart, il passe sa j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-vago/#i_13712

Voir aussi

Pour citer l’article

Simon TEXIER, « ARCHITECTURE RELIGIEUSE AU XXe SIÈCLE, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-religieuse-au-xxe-siecle-france/