ARABISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la Ligue arabe à la République arabe unie (1945-1958)

La Ligue arabe est loin de satisfaire les aspirations idéologiques des peuples arabes. Elle a certes une activité utile dans les domaines culturel, économique, administratif. Mais elle n'arrive pas à formuler une politique commune. Même lorsque les orientations politiques sont identiques, la coordination se fait plus sur le plan de la propagande que sur celui de l'action concrète. Des tendances opposées s'affrontent au sein de la Ligue sur les questions les plus cruciales et vont jusqu'à l'hostilité déclarée.

Les peuples arabes sont déçus par l'aristocratie foncière qui a dirigé jusque-là le mouvement et qui est soupçonnée d'égoïsme conservateur ainsi que de collusion avec les puissances impérialistes. Ils demandent une politique plus énergique contre la France (pour l'indépendance du Maghreb arabe), la Grande-Bretagne (qui garde des protectorats en Arabie et au Soudan, de fortes positions en Égypte et en Irak), le nouvel État d'Israël, qui fait subir en 1948 aux forces arabes, désunies et desservies par des directions corrompues, une cuisante défaite qui aggrave les frustrations et traumatismes antérieurs.

L'hostilité envers les puissances occidentales (et envers les couches supérieures de la société qui semblent liguées avec elles) s'accroît du fait des efforts de ces puissances pour embrigader les pays arabes dans la guerre froide, constituer une chaîne d'alliances avec pactes militaires, au sud de l'U.R.S.S. Le sentiment national arabe, qui ne perçoit aucun danger du côté soviétique, regarde ces efforts avec la plus grande méfiance. Il est tourné vers la décolonisation et la reconquête des terres irrédentes (Arabie du Sud, Maghreb, Israël...), le dégagement des dernières entraves apportées à l'indépendance totale des pays déjà autonomes (bases militaires, accords prévoyant le retour des troupes a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Faysal à la conférence de paix de Paris, 1919

Faysal à la conférence de paix de Paris, 1919
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Ligue arabe

La Ligue arabe
Crédits : Hulton Getty

photographie

Conférence de Bagdad, 1955

Conférence de Bagdad, 1955
Crédits : Hulton Getty

photographie

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  ARABISME  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'évolution des musulmans et la politique indigène »  : […] Les musulmans algériens, vaincus mal résignés, furent l'objet de politiques bien différentes. L'une voulait entreprendre, après la conquête militaire, la « conquête morale », le rapprochement ou la transformation de ces Orientaux qui gardaient les yeux obstinément tournés vers l'Orient arabe ; et certains parlaient de les assimiler, de les franciser. L'autre politique entendait surtout faire plie […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 450 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  La politique extérieure »  : […] Le royaume s'est progressivement intégré dans le réseau de solidarités, de rivalités et de conflits qui traversent la région. Il s'agissait dans un premier temps de s'affirmer et de survivre. Tel était l'objectif du fondateur, qui, ayant reconquis les territoires qui avaient appartenu, même pour une brève période, à ses ancêtres, s'est cantonné dans une politique de préservation de l'acquis. C'est […] Lire la suite

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recru […] Lire la suite

BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 1 164 mots

Aux discrètes obsèques d'Ahmed Hassan al- Bakr, le 5 octobre 1982 à Bagdad, trois personnalités mènent le deuil : Michel Aflak, un des fondateurs historiques du parti Baas auquel adhéra très tôt le jeune officier Bakr ; le roi Hussein de Jordanie, dont le cousin, Fayçal II d'Irak, avait été renversé, et tué, par le coup d'État du 14 juillet 1958 auquel participa le général Bakr ; le président Sadd […] Lire la suite

CAIRE LE

  • Écrit par 
  • Éric DENIS, 
  • Gaston WIET
  •  • 5 838 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une métropole débordée »  : […] Après 1952, la jeune république socialiste planifie deux quartiers mixtes (affaires, administration et résidence) : Mohandesin (les ingénieurs), sur la rive ouest, et Medinet Nasr à l'est. Elle promeut aussi de nombreux programmes de logements sociaux, surtout à proximité des sites industriels qui sont alors au cœur de la stratégie de non-alignement et d'indépendance de l'Égypte. Les conglomérats […] Lire la suite

DJAMĀL AL-DĪN AL-AFGHĀNĪ (1838-1897)

  • Écrit par 
  • Gilbert DELANQUE
  •  • 312 mots

Iranien, formé en milieu shī‘ite duodécimain, et non sunnite comme il l'a laissé croire, al-Sayyid Muḥammad b. Ṣafdar Djamāl al-dīn al-Afghānī se prétend afghān (d'où le nom ethnique d'al-Afghānī). Il fait des études à Qazwin, à Téhéran et à Najaf. À partir de 1856, il mène la vie errante d'un propagandiste ; si ses idées et ses attitudes ont pu varier, il semble avoir conservé constamment le même […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 086 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'affirmation de l'Égypte à l'extérieur »  : […] Menant à l'intérieur une politique faite à la fois de persuasion et de répression, il met en œuvre à l'extérieur, dans les années suivantes, une ligne de conduite conforme à sa vision de la place de son pays dans le monde et du rôle que lui-même était appelé à jouer. Ses vues étaient définies dès 1954 dans son petit ouvrage Philosophie de la révolution . Abdel Nasser situait l'Égypte au centre de […] Lire la suite

FAYṢĀL Ier (1885-1933) roi d'Irak (1921-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 602 mots

Homme d'État arabe, leader nationaliste et roi d'Irak (1921-1933), né le 20 mai 1885 à La Mecque, mort le 8 septembre 1933 à Berne. Faysal est le fils de Husayn ibn 'Ali, émir et grand chérif de La Mecque qui dirige le Hedjaz de 1916 à 1924. La Première Guerre mondiale fournit une occasion de rébellion pour de nombreux dirigeants arabes qui en sont venus à haïr la domination ottomane. Parmi ceu […] Lire la suite

ḤUSAYN IBN ‘ALĪ (1856-1931)

  • Écrit par 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 794 mots

Né au Hedjaz, Ḥusayn ibn ‘Alī appartient aux ‘Abadila, l'un des clans de descendants du Prophète, qui, depuis 961, fournit les responsables locaux de la ville sainte, nommés par les califes de l'Islam. Il reçoit d'abord une éducation dans le milieu tribal avant de séjourner, de 1881 à 1908, dans la capitale ottomane. Il accède à cette dernière date aux fonctions de chérif de La Mecque. Ayant une t […] Lire la suite

HUSSEIN (1935-1999) roi de Jordanie (1953-1999)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 863 mots
  •  • 3 médias

Les funérailles du roi Hussein de Jordanie , en février 1999, ont donné lieu à un impressionnant défilé de chefs d'État arabes et occidentaux venus saluer la mémoire d'un souverain au destin exceptionnel. Singulier parcours en effet que celui du « petit roi » : du jeune prince inexpérimenté porté à la tête d'un royaume sans véritable légitimité historique au vieux sage régnant sur un pays stabili […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 305 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La révolution des 17 et 30 juillet 1968 »  : […] Depuis le 16 avril 1968, date à laquelle quelques officiers baassistes font circuler une pétition réclamant l'élection d'une Assemblée nationale, la conjuration s'étend. Cette fois, elle est d'inspiration uniquement baassiste, les alliés du Baas ayant fait défaut au dernier moment. Le 17 juillet, au petit matin, les troupes des commandants Abdel Razzak Nayef et Ibrahim Abdel Rahman Daoud se joigne […] Lire la suite

IRAK-IRAN (GUERRE)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 3 777 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des causes multiples »  : […] Dès l'ouverture des hostilités, les Irakiens évoquent la victoire de Qadissiya. Illustre dans l'histoire musulmane, cette bataille, livrée en 637, a permis aux armées arabes, rangées sous la bannière de l'islam, de rejeter les Sassanides hors de Mésopotamie et de détruire l'Empire qu'ils avaient fondé en Perse : plus encore que l'introduction de l'islam dans la région, ce nom de Qadissiya évoque l […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Nation(s) et nationalisme(s) »  : […] Le mouvement national est un fait récent et caractéristique du modernisme de l'islam arabe, même si l'idéologie nationaliste arabe la plus élaborée (le Baas) fait remonter, évidemment, la nation arabe aux origines de l'histoire du Moyen-Orient tout entier : Sumer et les antiques empires égyptiens. Cette mythologie nationaliste copie les mythologies nationalistes allemande et italienne, les fondat […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Islam et État »  : […] Contrairement à une idée souvent reçue, la question des relations entre les États des pays musulmans (c'est-à-dire où la majorité de la population est musulmane) et l'islam ne se pose de manière aiguë que depuis la fin des années 1970. Auparavant, la configuration dominante était celle d'un pouvoir de fait (sultan, roi, émir), légitimé par le corps des oulémas (docteurs de la loi) et régnant sur u […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 640 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De crises en complots »  : […] Aussitôt installé sur le trône, le roi Hussein s'efforce d'imposer, bon gré mal gré, son autorité sur ses propres sujets et surtout sur ceux, Palestiniens, qui ont trouvé refuge de l'autre côté du Jourdain. Cette autorité va devenir incontestable sinon incontestée. Seule la complexité des liens de toutes sortes, affectifs ou intéressés, qui se sont tissés entre le Palais et l'extérieur, peut expli […] Lire la suite

KĀDHĀFI MU‘AMMĀR AL- (1942-2011)

  • Écrit par 
  • Nora LAFI
  •  • 1 145 mots
  •  • 1 média

Mu’ammar al-Kādhāfi, homme politique libyen, a dirigé son pays d'une main de fer de 1969 à 2011. Né le 19 juin 1942, dans une famille semi-nomade des environs de Syrte qui appartient à la tribu des Kadhafa, Mu’ammar Mohammad ’Abd al-Salām Abū Minyār al-Kādhāfi est envoyé en 1956 dans une école préparatoire à Sebha, dans la province méridionale du Fezzan, avant d'entrer à vingt et un ans à l'Académ […] Lire la suite

KAWĀKIBI ‘ABD AL-RAḤMĀN AL- (1849-1903)

  • Écrit par 
  • Yves THORAVAL
  •  • 280 mots

Né à Alep, d'une célèbre famille musulmane syrienne, ‘Abd al-Raḥmān al-Kawākibi devient juriste et journaliste. Il dénonce la tyrannie ottomane, ce qui lui vaut la prison jusqu'en 1898. À cette date, il s'exile en Égypte puis entreprend un voyage auprès des Arabes habitant la Somalie, le Zanzibar et le Yémen. Après un long séjour à La Mecque, il revient s'installer au Caire, où il restera jusqu'à […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 458 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La crise de 1958 »  : […] La frustration devant les élections manipulées de juin 1957 et l'enthousiasme pour la nouvelle République arabe unie (février 1958), qui place la Syrie sous la houlette de Nasser , se conjuguent pour faire monter la tension. Bombes et assassinats précèdent de vastes manifestations de rue et, à partir de mai 1958, l'insurrection des masses urbaines pronassériennes et la guérilla dans la montagne en […] Lire la suite

LIGUE ARABE ou LIGUE DES ÉTATS ARABES (L.E.A.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 226 mots
  •  • 2 médias

Créée le 22 mars 1945 au Caire par l'Arabie Saoudite, l'Égypte, l'Irak, le Liban, la Syrie, le Yémen et la Transjordanie (l'actuelle Jordanie), la Ligue regroupe, depuis 1993, vingt-deux États arabes. Aux sept membres fondateurs se sont ajoutés la Libye en 1953, le Soudan en 1956, la Tunisie et le Maroc en 1958, le Koweït en 1961, l'Algérie en 1962, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Qatar et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maxime RODINSON, « ARABISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabisme/