LIGUE ARABE ou LIGUE DES ÉTATS ARABES (L.E.A.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ligue arabe

Ligue arabe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Ligue arabe

La Ligue arabe
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Créée le 22 mars 1945 au Caire par l'Arabie Saoudite, l'Égypte, l'Irak, le Liban, la Syrie, le Yémen et la Transjordanie (l'actuelle Jordanie), la Ligue regroupe, depuis 1993, vingt-deux États arabes. Aux sept membres fondateurs se sont ajoutés la Libye en 1953, le Soudan en 1956, la Tunisie et le Maroc en 1958, le Koweït en 1961, l'Algérie en 1962, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Qatar et Oman en 1971, la Mauritanie en 1973, la Somalie en 1974, l'Organisation de libération de la Palestine (siège occupé maintenent par l'Autorité palestinienne) en 1976, Djibouti en 1977 et les Comores en 1993. Le lien essentiel entre les membres est un lien culturel, la langue arabe, et religieux, l'islam.

La Ligue a notamment pour objet le resserrement des rapports entre ses membres et le développement de la coopération dans différents domaines, la coordination de l'action politique et la défense des intérêts des pays arabes. Les conflits du Moyen-Orient ont toujours été au centre des travaux de la Ligue, la divisant à plusieurs reprises.

Le siège permanent se trouve au Caire. L'organisation comprend un Conseil, composé des représentants des membres, chaque membre disposant d'une voix ; des commissions ; un secrétariat général permanent.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  LIGUE ARABE ou LIGUE DES ÉTATS ARABES (L.E.A.)  » est également traité dans :

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les luttes pour l'indépendance (1920-1945) »  : […] Les Arabes ressentent cette situation comme une trahison des promesses qui, pour s'assurer de leur concours, leur avaient été faites. D'où un immense sentiment de frustration et de colère qui rend particulièrement acharnées les luttes pour l'indépendance et l'unité de 1920 à 1945. Après les grands mouvements de protestation au lendemain de la guerre (insurrection en Égypte, 1919 ; émeutes en Pales […] Lire la suite

BOYCOTTAGE

  • Écrit par 
  • Berthold GOLDMAN
  • , Universalis
  •  • 4 918 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un moyen de sanction étatique »  : […] Plus « individualisée » fut la pratique utilisée par plusieurs puissances alliées (notamment la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis), pendant la Seconde Guerre mondiale, consistant à inscrire sur des « listes noires » les entreprises neutres soupçonnées d'être en relations commerciales avec les États ennemis, et à assimiler juridiquement le commerce avec ces entreprises au commerce avec l […] Lire la suite

CHOUKEIRI AHMAD (1908-1980)

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ
  •  • 832 mots

Fils d'un notable de Saint-Jean-d'Acre (Akka), Ahmad Choukeiri fait ses études secondaires à Jérusalem, puis commence son droit à Beyrouth, d'où il est expulsé à l'âge de dix-neuf ans par la puissance mandataire française. Il mêle à son travail auprès d'avocats en Palestine sous mandat britannique des tâches de journaliste palestinien et un militantisme politique à l'unisson d'un grand mouvement […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1993 : une nouvelle année de purgatoire

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 6 737 mots

Dans le chapitre « Un continent « en perdition » »  : […] La situation économique de l'Afrique s'est, une fois de plus, dégradée au cours de l'année 1993. Sa croissance est demeurée très faible au regard de la poussée démographique. Elle a été évaluée par le F.M.I. à 1,6 p. 100, contre 0,4 p. 100 en 1992. Pour Michel Camdessus, directeur général du F.M.I., elle apparaissait comme « un continent en perdition ». Ayachi Yaker, secrétaire général adjoint de […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte coloniale

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 6 527 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Triomphe du nationalisme »  : […] La désaffection à l'égard du Wafd, le mécontentement général favorisent la naissance ou l'activité de nombreux partis de toutes tendances. Le plus important est le groupement des «   Frères musulmans », créé en 1929. Nationaliste et anglophobe, il réussit mieux que les autres partis à s'organiser et à encadrer ses membres dans les innombrables « cellules » qui quadrillent le royaume, à former les […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « En quête de reconnaissance internationale »  : […] L'homme, au moment de son accession au pouvoir, paraît à première vue sans identité, voire sans projet politique. D'aucuns le désignent comme un nouveau Nasser, d'autres le définissent plutôt comme un fidèle de Sadate. C'est bien là la caractéristique majeure du règne de Moubarak, celle d'une politique en mouvement pendulaire qui oscille entre deux héritages : le régime de Moubarak serait une synt […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Prémices »  : […] L'acceptation d'un cessez-le-feu par l'Iran, le 18 juillet 1988, consacre, du point de vue de l'Irak, sa victoire, c'est-à-dire le bien-fondé des options de son président même si, sur le terrain, la situation n'est guère différente de celle qui prévalait en 1980. Le conflit régional le plus meurtrier de l'histoire moderne depuis la Seconde Guerre mondiale aurait fait un million deux cent mille mor […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le mandat britannique (1922-1946) »  : […] L'émir Abdallah, deuxième fils du chérif Hussein, se trouve de facto souverain de Transjordanie, nom désormais porté par l'émirat de Karak. Le 16 septembre 1922, l'émirat est officiellement placé, par la Société des Nations, sous mandat britannique mais garde une administration propre. En mai 1923, le haut commissaire britannique à Jérusalem reconnaît d'ailleurs l'indépendance administrative de l […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'accord de Taëf et la IIe République »  : […] L'ébauche d'une solution mettant fin à la guerre est longtemps bloquée par le désaccord de fond sur les priorités à observer. La gauche et les chiites réclament l'abandon du communautarisme politique, ou au moins un rééquilibrage des pouvoirs. Les chrétiens refusent d'envisager l'avenir à l'ombre des troupes étrangères. Les affrontements pour le pouvoir à l'intérieur de chaque zone n'en sont que p […] Lire la suite

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 724 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La création de l'État d'Israël »  : […] Le génocide nazi des Juifs d'Europe a désormais fourni au programme sioniste en Palestine la valeur d'un droit humain international, imprescriptible et urgent. Le mouvement sioniste se rallie même à une option modérée : un État juif sur une portion seulement de la Palestine, l'autre portion pouvant devenir un État palestinien arabe souverain. Un plan de partage est en effet adopté par l'O.N.U. e […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-25 février 2020 Israël – Autorité palestinienne. Suites du plan de paix américain.

Le Soudan est membre de la Ligue arabe. Depuis la chute du président Omar el-Béchir en avril 2019, Khartoum a rompu ses relations avec le Hamas – et auparavant avec l’Iran – pour se rapprocher de l’Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis, de l’Égypte et des États-Unis. Le 11, Mahmoud Abbas rejette devant le Conseil de sécurité de l’ONU le plan de paix américain qui, selon lui, crée un État palestinien « fragmenté » et valide une situation d’« apartheid ». […] Lire la suite

6-21 décembre 2017 États-Unis – Israël. Reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Le 9, la Ligue arabe fait de même, sans toutefois adopter de mesures concrètes. Le 13, Tsahal frappe une position du Hamas dans la bande de Gaza après le tir d’une première roquette vers Israël. Le 18, au Conseil de sécurité, les États-Unis mettent leur veto à un projet de résolution égyptien, adopté par les quatorze autres membres, qui dénonce l’occupation illégale par Israël de la partie orientale de Jérusalem et rappelle que le statut de la Ville sainte doit faire l’objet de négociations entre Israéliens et Palestiniens. […] Lire la suite

20-29 mars 2015 Yémen. Intervention militaire conduite par Riyad contre la rébellion houthiste.

Le 29, les dirigeants des vingt et un États membres de la Ligue arabe – à l’exception de la Syrie, suspendue – réunis à Charm el-Cheikh, en Égypte, approuvent la création d’une force interarabe chargée de mener des « interventions militaires rapides ». L’Irak, dont le régime est soutenu par l’Iran contre lequel cette force semble dirigée,  émet toutefois des réserves. […] Lire la suite

3-29 février 2012 Syrie. Tentatives internationales de règlement de la crise et siège meurtrier des quartiers rebelles d'Homs

, au projet occidental de résolution soutenant le règlement de la crise syrienne proposé par la Ligue arabe. Les deux pays avaient agi de même en octobre 2011. Le 5, les États-Unis décident de fermer leur ambassade à Damas, et la Tunisie expulse l'ambassadeur syrien. Les jours suivants, plusieurs pays européens, dont la France, rappellent leur ambassadeur pour consultations, tout comme les six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar), qui expulsent en outre les ambassadeurs syriens. […] Lire la suite

17-29 mars 2007 Israël – Autorité palestinienne. Nouveau gouvernement palestinien et réactivation de l'initiative de paix de la Ligue arabe

Les 28 et 29 se tient à Riyad un sommet de la Ligue arabe consacré au conflit israélo-palestinien. Les participants réactivent l'initiative lancée en mars 2002 par le roi Abdallah d'Arabie Saoudite – alors prince héritier – qui propose à Israël une normalisation diplomatique de ses relations avec les États arabes en échange de l'évacuation des territoires occupés en 1967 – Cisjordanie, Jérusalem-Est et Golan – et du règlement du problème des réfugiés palestiniens. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LIGUE ARABE ou LIGUE DES ÉTATS ARABES (L.E.A.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ligue-arabe-ligue-des-etats-arabes/