BAATH, BA'TH ou BAAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recrute des adhérents dans de nombreux pays du Moyen-Orient, et se trouve au pouvoir dans deux d'entre eux : l'Irak et la Syrie.

Des valeurs sur lesquelles repose l'idéologie du parti, unité, liberté et socialisme, la première est la plus importante ; il s'agit de réaliser la « grande nation arabe » qui supprimera les frontières artificielles. Pour les théoriciens du parti, le nationalisme arabe doit résoudre les problèmes économiques et sociaux par un renversement des valeurs jusqu'alors imposées par des classes sociales réactionnaires, la disparition des classes et de la division en pays devant mettre à la disposition de tous les Arabes des ressources parfois détenues par certains d'entre eux seulement. Ainsi le socialisme doit susciter une renaissance du peuple arabe grâce à un nouvel ordre économique et à de nouvelles valeurs. Ce socialisme arabe se veut pragmatique et reste entièrement étranger au communisme, considéré comme un phénomène extérieur à la nation arabe, privatif de liberté, porteur enfin d'un matérialisme et d'un internationalisme incompatibles avec les valeurs spirituelles et le nationalisme arabes. La lutte de classes est rejetée, par Aflak en particulier, car elle est censée ne prendre en considération qu'une seule classe, le prolétariat, alors que c'est le peuple entier qui doit bénéficier du changement et du progrès.

L'athéisme marxiste n'est pas davantage admis : dans une société arabe, il n'est pas possible d'ignorer l'islam ; le Baath le reconnaît comme une partie essentielle de l'héritage arabe, m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAATH, BA'TH ou BAAS  » est également traité dans :

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 510 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les théoriciens et les théories »  : […] Après les pionniers du proto-nationalisme anti-impérialiste, qui rêvaient d'un affranchissement et d'une rénovation dans le cadre de l'Empire ottoman et de la communauté musulmane, le nationalisme arabe fut long à trouver des théoriciens. Au sein des mouvements politiques qui revendiquaient l'indépendance, l'activité pratique, fondée sur les sentiments à peine conscients des masses, tendit spontan […] Lire la suite

AREF ABDEL RAHMAN (1916-2007)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 405 mots

Sorti de l'école militaire de Bagdad en 1937, Abdel Rahman Aref suit une carrière militaire normale, sans ambition politique. S'il se rallie au complot de 1958, qui instaure la république, c'est que son frère cadet, le colonel Abdel Salam Aref en est une des têtes. Il reste ensuite sous les ordres du général Kassem, même après la disgrâce de son frère. Il est cependant mis à la retraite en 1962. A […] Lire la suite

AREF ABDEL SALAM (1921-1966)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 508 mots
  •  • 1 média

Né d'une famille musulmane (son père, marchand de drap, était imam), Abdel Salam sera toute sa vie un fervent adepte de l'islam. Ce fait sous-tendra son action politique et guidera sa recherche de l'unité arabe et son socialisme modéré. Formé à l'école militaire de Bagdad, Aref se distingue lors de la guerre de Palestine de 1948. Membre d'un groupe d'officiers hostiles à la politique du Premier m […] Lire la suite

ASSAD BACHAR AL- (1965- )

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Universalis
  •  • 2 000 mots
  •  • 1 média

Président de la République arabe syrienne depuis 2000, Bachar al-Assad, né en septembre 1965, est resté longtemps à l'écart des cercles de pouvoir. Son père, le président Hafez al-Assad, traumatisé au début des années 1980 par les conflits de succession frisant la guerre civile au cœur même du régime à l'heure de son très grave accident de santé, prépare son fils aîné Bassel pour lui succéder. Le […] Lire la suite

ASSAD HAFEZ AL- (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Sakina BOUKHAÏMA-BONNE
  •  • 775 mots

Né en 1930 à Qardaha dans une famille alaouite, Hafez al-Assad, chef de l'État syrien de 1971 à 2000, adhère jeune au parti Ba'th, nationaliste arabe et socialiste, et effectue toute sa carrière au sein de l'armée. Passé par l'académie militaire de Homs et l'école de l'air d'Alep, il obtient le grade de lieutenant en 1955. Lors de l'union de la Syrie et de l'Égypte au sein de la République arabe […] Lire la suite

AZIZ TAREK (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 653 mots

Homme d’État irakien, Tarek Aziz fut vice-Premier ministre (1979-2003) et ministre des Affaires étrangères (1983-1991) dans le gouvernement baasiste de Saddam Hussein. Né le 28 avril 1936 dans le nord de l’Irak, près de Mossoul, au sein d’une famille de confession catholique chaldéenne, Tarek Aziz, de son vrai nom Tarek Hanna Mikhaïl Issa, étudie l’anglais au futur collège des beaux-arts de l’uni […] Lire la suite

BAGDACHE KHĀLED (1912-1995)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 475 mots
  •  • 1 média

Avocat kurde formé à Moscou, Khaled Bagdache (Khāled Bakdash) s'imposa rapidement comme le dirigeant incontesté du Parti communiste libano-syrien (fondé en 1930) et le porte-parole du mouvement communiste dans le Proche-Orient arabe. Brillant orateur, publiciste prolixe, bon tacticien, Khāled Bakdash devient en 1954 le premier député communiste du monde arabe. À l'intérieur de son parti, il instau […] Lire la suite

BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 1 164 mots

Aux discrètes obsèques d'Ahmed Hassan al- Bakr, le 5 octobre 1982 à Bagdad, trois personnalités mènent le deuil : Michel Aflak, un des fondateurs historiques du parti Baas auquel adhéra très tôt le jeune officier Bakr ; le roi Hussein de Jordanie, dont le cousin, Fayçal II d'Irak, avait été renversé, et tué, par le coup d'État du 14 juillet 1958 auquel participa le général Bakr ; le président Sadd […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 086 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un environnement instable »  : […] Tandis que se poursuit, dans la vallée du Nil, la construction socialiste, la crise bat son plein dans l'Orient arabe. La R.A.U. a envoyé, en juin 1961, un contingent de troupes pour protéger, avec la Grande-Bretagne, l'Arabie Saoudite et la Jordanie, l'indépendance toute nouvelle du Koweit, territoire revendiqué par l' Irak. L'admission de l'émirat à la Ligue arabe, le 20 juillet 1961, entraîne l […] Lire la suite

HUSSEIN SADDAM (1937-2006)

  • Écrit par 
  • Françoise SELLIER
  •  • 1 056 mots
  •  • 1 média

Douze ans après la fin de la guerre du Golfe (cessez-le-feu du 3 mars 1991) et l'instauration d'un régime international de sanctions sans précédent (résolution 687 du Conseil de sécurité des Nations unies, 3 avril 1991), le régime de Saddam Hussein est tombé par la force le 9 avril 2003, à la suite de l'opération militaire américano-britannique Iraqi Freedom (Liberté pour l'Irak) déclenchée le 2 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise MEUSY, « BAATH, BA'TH ou BAAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baath-ba-th-baas/