BAATH, BA'TH ou BAAS

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recrute des adhérents dans de nombreux pays du Moyen-Orient, et se trouve au pouvoir dans deux d'entre eux : l'Irak et la Syrie.

Des valeurs sur lesquelles repose l'idéologie du parti, unité, liberté et socialisme, la première est la plus importante ; il s'agit de réaliser la « grande nation arabe » qui supprimera les frontières artificielles. Pour les théoriciens du parti, le nationalisme arabe doit résoudre les problèmes économiques et sociaux par un renversement des valeurs jusqu'alors imposées par des classes sociales réactionnaires, la disparition des classes et de la division en pays devant mettre à la disposition de tous les Arabes des ressources parfois détenues par certains d'entre eux seulement. Ainsi le socialisme doit susciter une renaissance du peuple arabe grâce à un nouvel ordre économique et à de nouvelles valeurs. Ce socialisme arabe se veut pragmatique et reste entièrement étranger au communisme, considéré comme un phénomène extérieur à la nation arabe, privatif de liberté, porteur enfin d'un matérialisme et d'un internationalisme incompatibles avec les valeurs spirituelles et le nationalisme arabes. La lutte de classes est rejetée, par Aflak en particulier, car elle est censée ne prendre en considération qu'une seule classe, le prolétariat, alors que c'est le peuple entier qui doit bénéficier du changement et du progrès.

L'athéisme marxiste n'est pas davantage admis : dans une société arabe, il n'est pas possible d'ignorer l'islam ; le Baath le reconnaît comme une partie essentielle de l'héritage arabe, mais veut le cantonner à la vie privée. Accusé d'athéisme, en particulier par les Frères musulmans, il déclare s'inspirer des valeurs positives de l'islam, tout en prônant la laïcité. Le Baath a été [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  BAATH, BA'TH ou BAAS  » est également traité dans :

ARABISME

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 5 512 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les théoriciens et les théories »  : […] arabe et l'idéal d'une société juste. Les communistes arabes avaient déjà tenté des efforts dans ce sens. Le Ba‘th s'est essayé après la Seconde Guerre mondiale à constituer la théorie d'un socialisme arabe. L'accent était d'abord plutôt sur l'élément nationaliste, mais une gauche bathiste tenta d'insister davantage sur l'idéal socialiste. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabisme/#i_30735

AREF ABDEL RAHMAN (1916-2007)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 405 mots

Sorti de l'école militaire de Bagdad en 1937, Abdel Rahman Aref suit une carrière militaire normale, sans ambition politique. S'il se rallie au complot de 1958, qui instaure la république, c'est que son frère cadet, le colonel Abdel Salam Aref en est une des têtes. Il reste ensuite sous les ordres du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdel-rahman-aref/#i_30735

AREF ABDEL SALAM (1921-1966)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 508 mots
  •  • 1 média

Né d'une famille musulmane (son père, marchand de drap, était imam), Abdel Salam sera toute sa vie un fervent adepte de l'islam. Ce fait sous-tendra son action politique et guidera sa recherche de l'unité arabe et son socialisme modéré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abdel-salam-aref/#i_30735

ASSAD BACHAR AL- (1965-    )

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Universalis
  •  • 2 001 mots
  •  • 1 média

au grade de général et commandant en chef de l'armée ; il est élu secrétaire général du Baas en juin et président de la République le 10 juillet. Beaucoup d'observateurs doutent des capacités de ce jeune homme, fraîchement arrivé dans les cercles de pouvoir par une « succession dynastique » qui a fait grincer des dents, à diriger la Syrie. Bachar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bachar-al-assad/#i_30735

ASSAD HAFEZ AL- (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Sakina BOUKHAÏMA-BONNE
  •  • 775 mots

alaouite, Hafez al-Assad, chef de l'État syrien de 1971 à 2000, adhère jeune au parti Ba'th, nationaliste arabe et socialiste, et effectue toute sa carrière au sein de l'armée. Passé par l'académie militaire de Homs et l'école de l'air d'Alep, il obtient le grade de lieutenant en 1955. Lors de l'union de la Syrie et de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hafez-al-assad/#i_30735

AZIZ TAREK (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 653 mots

Bagdad. Attiré par le nationalisme arabe, il est touché par les écrits de Michel Aflak, le théoricien du parti Baas qu’il rejoint en 1957, et entame une carrière de journaliste l’année suivante. C’est pour plaire aux membres du parti, en majorité musulmans, qu’il adopte le nom de Tarek Aziz (terme arabe signifiant « passé glorieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarek-aziz/#i_30735

BAGDACHE KHĀLED (1912-1995)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 475 mots
  •  • 1 média

Avocat kurde formé à Moscou, Khaled Bagdache (Khāled Bakdash) s'imposa rapidement comme le dirigeant incontesté du Parti communiste libano-syrien (fondé en 1930) et le porte-parole du mouvement communiste dans le Proche-Orient arabe. Brillant orateur, publiciste prolixe, bon tacticien, Khāled Bakdash devient en 1954 le premier député communiste du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khaled-bagdache/#i_30735

BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 1 164 mots

en août 1921. L'influence britannique demeure importante. Elle est aussi contestée. Le jeune Bakr adhère au Baas, le Parti de la résurgence arabe, fondé par trois Syriens : Zaki al-Arsouzi, un Alaouite, Michel Aflak, un chrétien, et Salah Bitar, un musulman, et qui catalyse les aspirations nationalistes arabes. Le Baas, dont la doctrine est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-hassan-al-bakr/#i_30735

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 092 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un environnement instable »  : […] avec deux renversements de régime, en Irak (8 févr.) et en Syrie (8 mars), auxquels les ba'thistes prennent une part importante. À peine maîtres du pouvoir, les conjurés, tous nationalistes arabes, se tournent vers l'Égypte pour tenter de constituer avec elle une fédération arabe qui tiendrait compte de l'expérience récente de la R.A.U. Des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-l-egypte-republicaine/#i_30735

HUSSEIN SADDAM (1937-2006)

  • Écrit par 
  • Françoise SELLIER
  •  • 1 056 mots
  •  • 1 média

l'Irak moderne depuis sa création. Il illustre tout particulièrement le rôle joué à partir des années 1950 par le parti Baas dans l'ascension sociale et politique des couches provinciales modestes de la société civile irakienne. Il aura aussi consacré l'accaparement de l'État par un clan (celui des Albou Nasser) issu de la minorité arabe sunnite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saddam-hussein/#i_30735

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 314 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La révolution des 17 et 30 juillet 1968 »  : […] Le Baas a trouvé son origine en Syrie lorsque, en 1932, est fondée la Ligue d'action nationaliste par les représentants d'une petite bourgeoisie de commerçants, d'enseignants et de fonctionnaires marqués par l'action d'anciennes sociétés secrètes comme al-Fatat, al-Qahtaniya et al-Ahd. Certains, même, ont appartenu à l'Istiklal, parti nationaliste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/#i_30735

IRAK, DE L'INDÉPENDANCE À NOS JOURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 582 mots

17 juillet 1968 Le parti Baas, acquis au panarabisme, s'empare du pouvoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak-de-l-independance-a-nos-jours-reperes-chronologiques/#i_30735

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 433 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Nation(s) et nationalisme(s) »  : […] de l'histoire du Moyen-Orient tout entier : Sumer et les antiques empires égyptiens. Cette mythologie nationaliste copie les mythologies nationalistes allemande et italienne, les fondateurs du Baas – Aflaq, Biṭār, Arsoūzi – le reconnaissent expressément, ainsi que le proto-baasiste Sāti’ al-Husri, qui assurait que la contagion nationaliste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_30735

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 403 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rupture de l'accord d'Alger »  : […] que les pressions turques (appuyées par les États-Unis), les refus des ultras du parti Baas et des Kurdes ralliés en 1974 entraînèrent cette rupture. L'U.P.K. retourna alors progressivement dans le giron de Téhéran, dont l'entremise aboutit, en décembre 1986, à la normalisation des relations entre toute l'opposition kurde irakienne, y compris les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurdes/#i_30735

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 460 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Déséquilibres économiques »  : […] mise en place d'une législation sociale et encouragent l'extension du contrôle de l'État. Mais les Ba'th prosyrien et pro-iraquien et les nassériens de Saïda et de Beyrouth se joignent aux radicaux du P.C.L. et de l'O.A.C.L. dans le Mouvement national progressiste (1974) fédéré par Kamal Joumblatt pour dénoncer les inégalités, combattre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liban/#i_30735

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 722 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Habache »  : […] et y développe des sections de son parti, qui est alors pronassérien, avec enthousiasme. Le Ba'ath syrien, dès son accession au pouvoir à Damas, le juge indésirable en 1963. Habache se replie à Beyrouth où il se consacre à un commandement régional du M.N.A. pour la Palestine en 1964, qui devient, en décembre 1967, le Front populaire de libération […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autorite-palestinienne/#i_30735

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 333 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre «  L'ébranlement iranien »  : […] rivales sur le Golfe. Mais c'est peut-être dans l'affrontement entre le modèle iranien d'État islamique et l'arabisme laïcisé du Baas que réside le véritable enjeu des combats. En dénonçant l'accord d'Alger de 1975 qui réglait le contentieux territorial entre les deux pays, Saddam Hussein entendait mener une guerre éclair qui déstabiliserait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_30735

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 145 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Entre Jordanie, Irak et Iran »  : […] et Bagdad est lourd. Il ne tient pas seulement à la répartition des eaux de l'Euphrate. Il est surtout d'ordre idéologique depuis que le parti Baas se partage entre les deux capitales. Arrivé au pouvoir en même temps, en 1963, d'abord à Bagdad (8 févr.), puis un mois plus tard à Damas (8 mars), le Baas subit en Irak une éclipse de novembre 1963 à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_30735

Pour citer l’article

Françoise MEUSY, « BAATH, BA'TH ou BAAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/baath-ba-th-baas/