BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux discrètes obsèques d'Ahmed Hassan al- Bakr, le 5 octobre 1982 à Bagdad, trois personnalités mènent le deuil : Michel Aflak, un des fondateurs historiques du parti Baas auquel adhéra très tôt le jeune officier Bakr ; le roi Hussein de Jordanie, dont le cousin, Fayçal II d'Irak, avait été renversé, et tué, par le coup d'État du 14 juillet 1958 auquel participa le général Bakr ; le président Saddam Hussein qui lui succéda, le 16 juillet 1979, à la tête de l'État et du parti. Aucune autre image n'aurait pu mieux symboliser ce que fut le destin de cet Irakien, militaire, révolutionnaire baassiste et homme d'État.

Ahmed Hassan al-Bakr est né en 1912 à Takrit, une petite localité située à quelques kilomètres au nord de Bagdad d'où sont venus beaucoup de responsables politiques baassistes. Il appartient à une modeste famille sunnite traditionaliste. Délaissant très vite l'enseignement, vers lequel il s'est d'abord orienté, il entre à l'Académie militaire en 1938. Dans tous les pays arabes, et en Irak particulièrement, une carrière d'officier offre alors prestige et promotion sociale. L'Irak, indépendant depuis 1932, appartient à cette branche de la dynastie hachémite que Londres a installée en août 1921. L'influence britannique demeure importante. Elle est aussi contestée. Le jeune Bakr adhère au Baas, le Parti de la résurgence arabe, fondé par trois Syriens : Zaki al-Arsouzi, un Alaouite, Michel Aflak, un chrétien, et Salah Bitar, un musulman, et qui catalyse les aspirations nationalistes arabes. Le Baas, dont la doctrine est résumée dans sa devise : « Unité-Socialisme-Liberté », se veut panarabe, anti-impérialiste, laïque et progressiste. C'est un parti d'encadrement de masses plus qu'un parti de masse. Le rôle des cadres y est déterminant. Ils sont surtout militaires car l'armée, par ses structures, ses matériels, son homogénéité, et à cause de son implantation dans [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en sociologie politique des relations internationales

Classification


Autres références

«  BAKR AHMED HASSAN AL- (1912-1982)  » est également traité dans :

HUSSEIN SADDAM (1937-2006)

  • Écrit par 
  • Françoise SELLIER
  •  • 1 056 mots
  •  • 1 média

Douze ans après la fin de la guerre du Golfe (cessez-le-feu du 3 mars 1991) et l'instauration d'un régime international de sanctions sans précédent (résolution 687 du Conseil de sécurité des Nations unies, 3 avril 1991), le régime de Saddam Hussein est tombé par la force le 9 avril 2003, à la suite de l'opération militaire américano-britannique I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saddam-hussein/#i_15057

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 305 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le régime des frères Aref (1963-1968) »  : […] Au début de 1963, le Baas est parvenu à étendre son réseau aussi bien chez les civils que chez les militaires. C'est parmi ces derniers qu’ Hassan al-Bakr, prenant de court la répression qu'annonce l'arrestation de certains baassistes civils, décide de passer à l'action le 8 février 1963. Aidé par l'aviation et les blindés, il obtient après 36 heur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/#i_15057

Pour citer l’article

Philippe RONDOT, « BAKR AHMED HASSAN AL- - (1912-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-hassan-al-bakr/