VAN DYCK ANTOINE (1599-1641)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Enfant prodige et prince charmant de la peinture, Van Dyck surprend, et tout à la fois ravit et agace par l'aisance de sa démarche, par la souplesse de ses facultés d'adaptation, par l'agréable variété de ses successives manières de peindre. Élégant, raffiné, tour à tour aimable et émouvant, n'est-il que le brillant « second » de Rubens ? Tant de périodes stylistiques plus facilement tranchées et par là même plus décelables que chez les autres artistes, tant d'influences supérieurement assimilées et ressenties (Rubens, Titien et Véronèse), tant d'agilité et de facilité à se concilier les clientèles de milieux sociaux très divers rendent malaisé un jugement équitable : est-il un grand artiste un peu superficiel ou un tempérament nerveux sinon maladif dont son art – apparemment inquiet – se ressentirait ? Il est vrai que la période anglaise, incroyablement productive, pose de façon critique la question des collaborations d'atelier. Alors que Rubens apparaît face à Van Dyck comme un authentique maître d'œuvre, un véritable grand patron, apte au travail collectif et n'en souffrant point, tout au contraire Van Dyck reste un individualiste qui fut peut-être gêné par ses succès et auquel aura d'ailleurs manqué la consécration de grandes entreprises décoratives ; mais c'est une malchance singulière pour lui que de mourir à peu près au moment où la place laissée par Rubens le mettait à même de s'y essayer.

Une réflexion sur la notion d'influence s'impose à propos de Van Dyck : ainsi la fameuse et si féconde collaboration avec Rubens devrait-elle être examinée avec soin ; la chronologie des italianismes vandyckiens, revue de près. En fin de compte, l'image traditionnelle, quasi « proustienne » d'un Van Dyck maladif, instable et nerveux, auquel ferait écho la morbidezza de son style, n'est-elle pas surtout complaisante et littéraire ? Van Dyck n'est pas Fromentin... L'œuvre pris dans son ensemble forme un édifice plus solide et plus original qu'il n'y semble d'abord paraître. Le dessinateur commence seulement à percer, qui révèle maintes surprises comme celles de ses paysages à l'aquarelle d'une étonnante spontanéité. Il convient enfin d'insister sur l'extraordinaire rayonnement du portraitiste qui, dans la peinture occidentale, fixe pour plus d'un siècle l'évolution du grand portrait d'apparat, notamment dans l'école anglaise qui fut sans conteste la plus « portraitiste » de toutes.

Éléments biographiques

Né à Anvers, septième enfant d'une riche et pieuse famille de marchands, Antoon van Dyck frappe par sa précocité ; à l'âge de dix ans, en 1609, il est inscrit comme apprenti chez le peintre anversois Hendrick van Balen, cet habile et infatigable « maniérisant » spécialisé dans les petites figures mythologiques, et vers 1613-1614 se situe déjà le magistral Autoportrait de l'Académie de Vienne. Dès 1616, Van Dyck, sorti de la maison paternelle, cohabite avec Jan Breughel le Jeune, Juste d'Egmont et Herman Servaes, leur servant d'aides ; en 1618, il apparaît sur les registres de la guilde de Saint-Luc d'Anvers comme maître, tandis que Rubens, dans ses négociations artistiques avec Dudley Carlton, est amené à le citer comme son meilleur disciple. De ces années-là date une étroite et fructueuse collaboration avec Rubens (en 1620, Van Dyck, rapporte l'ambassadeur anglais Arundel, habite même chez Rubens), notamment à propos de l'immense commande des plafonds de l'église des Jésuites d'Anvers où Van Dyck, en tant qu'exécutant, prend une part considérable. Sa renommée croît rapidement ; en novembre 1620, il est en Angleterre et Jacques Ier lui alloue une rente annuelle de 100 livres. Il habite alors chez le portraitiste Georg Geldorp. En 1621, il reçoit un congé de huit mois et se rend en Italie, séjourne vers novembre chez le peintre flamand Cornelis de Wael à Gênes puis se rendant à Rome au milieu de 1622, de là à Venise, Mantoue, Milan (en novembre) et Turin, redescend enfin en 1623 à Florence et Rome. En 1624, on le trouve en Sicile, à Palerme où il peint son fameux tableau de Sainte Rosalie puis revient à Gênes (fin 1624-1625). En juillet 1625, il visite l'érudit et grand correspondant de Rubens, Peiresc, à Aix et regagne Gênes dont il peindra si souvent l'aristocratie. Ce n'est que vers l'automne 1627 qu'il est de retour à Anvers où il poursuit sa carrière de portraitiste et de peintre d'église, exécutant entre aut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Samson et Dalila, A. Van Dyck

Samson et Dalila, A. Van Dyck
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Déposition de Croix, A. Van Dyck

La Déposition de Croix, A. Van Dyck
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait d'une noble génoise, A. Van Dyck

Portrait d'une noble génoise, A. Van Dyck
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Lord John et lord Bernard Stuart, A. Van Dyck

Lord John et lord Bernard Stuart, A. Van Dyck
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification

Autres références

«  VAN DYCK ANTOINE (1599-1641)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le siècle des Stuarts et l'art de cour »  : […] Le règne de Charles I er (1625-1649) marqua un tournant dans l'histoire du goût et de la peinture en Angleterre. Le souverain et quelques-uns de ses courtisans comme Buckingham et Arundel se passionnèrent pour la peinture vénitienne et flamande. Le roi avait découvert les œuvres de Titien lors d'un voyage en Espagne et commencé à constituer une remarquable collection de tableaux qui fut dispersé […] Lire la suite

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 126 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rubens et la peinture »  : […] La peinture flamande de la première moitié du xvii e siècle est entièrement dominée par la figure de Pierre-Paul Rubens, qui a su réaliser magistralement la synthèse de la tradition autochtone et de l'art italien. Après un temps d'apprentissage à Anvers, il effectue un séjour de huit ans en Italie, et revient en Flandre en 1608. Cette date marque un tournant décisif dans la peinture flamande. En […] Lire la suite

LIGURIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX, 
  • Giovanna TERMINIELLO ROTONDI
  •  • 2 788 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'école de peinture des XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Au début du xvii e  siècle, les peintres génois sont encore tributaires de l'expérience nettement maniériste du siècle précédent ; cela est si vrai que Domenico Fiasella, l'un des plus notoires artistes du xvii e  siècle, ne sut enrichir sa manière que de traits d'ornementation superficiels, à la suite de son voyage romain, pendant lequel il eut moins de regards pour les œuvres des Carrache et du […] Lire la suite

MORIN JEAN (1610 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 521 mots

Parmi les artistes qui illustrèrent la gravure française au xvii e siècle, il en est peu qui soient autant appréciés des amateurs d'estampes que Jean Morin et dont l'existence soit aussi obscure. On ne connaît avec certitude que la date de son décès, à Paris, au mois de juin 1650. On suppose qu'il serait né dans les années 1610, puisqu'on nous dit qu'il mourut « fort jeune » et que son œuvre, rel […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 174 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'époque des successeurs brillants (XVIIe s.) »  : […] Quand s'ouvre le xvii e  siècle, le travail de pionnier de l'art néerlandais est accompli. Le paysage et la peinture de genre s'étaient déjà émancipés. Le portrait, gloire du xvi e  siècle européen, avait aussi atteint sa spécificité et avait engendré le genre typiquement hollandais du tableau de groupe (portrait en groupe de membres de corps constitués). La nature morte avait commencé sa vie in […] Lire la suite

RUBENS PIERRE PAUL (1577-1640)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 6 874 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Épanouissement du style « idéaliste » (1614-1621) »  : […] La loi même du succès, l'afflux de commandes très diverses, depuis le tableau de nudités mythologiques jusqu'à la triomphale pala d'autel, du modello en grisaille pour les gravures aux cartons de tapisserie, vont contraindre Rubens à adopter un style tout à fait clair, accessible au public comme aux élèves, fonctionnel en quelque sorte : c'est qu'il lui faut réunir et concilier tout à la fois les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « VAN DYCK ANTOINE - (1599-1641) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-van-dyck/