LIGURIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Ligurie est la région de l'Italie qui s'étend le long du golfe de Gênes et sur le versant méridional des Alpes et de l'Apennin ligure.

Italie : carte administrative

Carte : Italie : carte administrative

Carte administrative de l'Italie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

C'est un adret littoral aux hivers doux qui s'est précocement spécialisé à la fois dans les cultures délicates et de haute productivité (fleurs, vignes, oliviers) et dans le tourisme, d'abord aristocratique au xixe siècle, puis de masse (à Bordighera, San Remo, Alassio, Santa Margherita, Rapallo). La région est également animée par ses activités portuaires. Bien qu'amputée de la région niçoise, rattachée à la France en 1860, la Ligurie constitue une région administrative de 5 418 kilomètres carrés, peuplée de 1 572 000 habitants selon le recensement de 2001 (densité de plus de 300 hab./km2). Sa situation démographique a connu une tendance à la baisse, caractérisée non seulement par une « croissance zéro », mais également par des flux d'émigration liés au manque de terres cultivables et à la régression de l'emploi industriel depuis les années 1970. Le développement du secteur tertiaire et des hautes technologies, ainsi que la reconversion des industries lourdes à la fin des années 1990 ont cependant permis à la Ligurie de retrouver une forte croissance économique et de rester au-dessus de la moyenne italienne en termes de richesse. Gênes, la capitale de la région et premier port italien, qui s'était développée au sein du « triangle industriel » et représentait le débouché maritime des industries lombardes et piémontaises, comptait 640 000 habitants en 2005, et a retrouvé un nouveau souffle grâce, notamment, au réaménagement de son front de mer et à son passage réussi d'une image de « ville portuaire » à celle de « ville d'art ».

Il est difficile de composer un discours unitaire et synthétique sur les événements artistiques de l'histoire ligure. Cette difficulté tient d'abord à ce que la majeure partie des œuvres de plusieurs périodes ont été perdues ; en outre, la configuration géographique de cette province et ses contacts avec d'autres civilisations avec lesquelles elle entretenait des rapports commerciaux n'ont pas peu contribué à diversifier les événements de son histoire artistique.

Ligurie : Cinque Terre

Photographie : Ligurie : Cinque Terre

Paysage de montagnes escarpées, avec des cultures en terrasses, surplombant la mer, dans le parc national de Cinque Terre, à Corniglia (village perché au second plan). Cette région côtière de la Ligurie orientale a été inscrite au Patrimoine mondial de l'humanité par l'U.N.E.S.C.O. en 1997. 

Crédits : M.Santini/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Gênes

Photographie : Gênes

La ville et le site portuaire de Gênes. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Ligurie antique et médiévale

La présence humaine est attestée en Ligurie depuis les temps préhistoriques : grottes paléolithiques des Balzi Rossi à Vintimille, refuges néolithiques des Arene Candide, dans le Finalese, et statues-stèles de pierre provenant de la Lunigiana ; ces vestiges, conservés au musée archéologique de La Spezia, appartiennent tant à l'âge du bronze qu'à celui du fer ; à beaucoup d'égards, on peut les comparer aux productions du Haut-Adige, et à celles des Pyrénées françaises et espagnoles.

La nécropole du ve siècle avant J.-C., découverte en plein centre de Gênes, rend compte de l'activité des Ligures avant la conquête romaine. Les céramiques grecques et apuléennes qu'on y a retrouvées, dont les pièces sont conservées au musée archéologique de Pegli, attestent les rapports que les Ligures avaient noués avec d'autres peuplades du bassin méditerranéen.

La civilisation romaine a laissé maintes traces dans la province ; le théâtre de Vintimille, le Ponte Lungo d'Albenga et la cité de Luni, fondée en 177 avant J.-C., comptent parmi les plus notables vestiges.

Le baptistère d'Albenga, édifié au ve siècle de notre ère, est le témoin le plus intéressant de l'art paléochrétien ; son plan polygonal, que compliquent des niches disposées sur le pourtour interne, le rattache aux baptistères lombards dont le modèle diffusé en Ligurie ainsi qu'en France dérive d'un prototype romain. La décoration contemporaine de mosaïques, dont il ne reste malheureusement que des fragments, témoigne de l'influence de la culture byzantine, qui a contribué à fixer la continuité de la tradition antique en Ligurie, principalement active dans le domaine architectural.

De fait, les églises romanes (par exemple, celle de San Paragorio à Noli, celles de Saint-Donat et des Saints-Côme-et-Damien à Gênes, les abbatiales de Tiglieto, de Brugnato et de San Fruttuoso à Camogli) aussi bien que les églises gothiques (San Augustino et Santa Maria del Carmine à Gênes, l'église de Valle Christi à Rapallo, la basilique des Fieschi aux Piani d'Ivrea) conservent dans leurs proportions un cachet classique. Des éléments lombards dus à l'apport des Bénédictins et des maîtres antélamiques, actifs à Gênes depuis la moitié du xiie siècle, coexistent dans l'architecture romane de Ligurie avec les motifs pisans et orientaux dont témoignent les parements polychromes.

On rencontre également dans les domaines figuratifs le concours de diverses influences. Deux ouvrages importants l'attestent : le Crucifix, peint en 1138 par Guglielmo, conservé au dôme de Sarzana, que l'on peut rattacher à l'école lucquoise, et le marbre d'une Madone à l'Enfant de Santa Margherita Ligure, qui est en étroit rapport avec la culture provençale.

Les travaux accomplis dans le cours du xiiie siècle par des ateliers normands pour l'édification de la façade du dôme de Gênes furent décisifs dans le développement de l'architecture gothique. La statuaire se ressentit, durant tout le siècle, de cette influence, qui cependant fut modifiée, au commencement du siècle suivant, par la présence à Gênes d'une œuvre de Giovanni Pisano : le monument funèbre de Marguerite de Brabant, sculpté en 1313, dont les fragments sont actuellement conservés au palais Bianco et au palais Spinola.

En peinture, les artistes originaires d'Italie centrale dominèrent, qu'il s'agisse de Manfredino de Pistoia, qui répand en 1293 la manière de Cimabue dans les fresques de San Michele à Gênes (aujourd'hui détachées et conservées au palais Bianco), qu'il s'agisse de l'anonyme byzantinisant qui travaille à la cathédrale de Gênes, ou encore du maître de Santa Maria di Castello, de Barnaba da Modena, ou de Taddeo di Bartolo. Au contact de ces peintres se sont formés plusieurs artistes comme Bartolomeo da Camogli, Francesco d'Oberto, Nicolò da Voltri et le maître dei Calafati. Par leur langage gothique et leur délicat esprit narratif, ils appartiennent au grand domaine pictural des „ primitifs méditerranéens“.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Médias de l’article

Italie : carte administrative

Italie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ligurie : Cinque Terre

Ligurie : Cinque Terre
Crédits : M.Santini/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Gênes

Gênes
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LIGURIE  » est également traité dans :

IVRÉE

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 523 mots

Le duché lombard d'Ivrée, contrôlant les cols alpestres vers la Savoie, est érigé en marquisat au ix e  siècle par les Carolingiens ; il englobe l'essentiel du Piémont et la Ligurie. Après la déposition de Charles le Gros en 887 et surtout après l'invasion hongroise en 899, il n'y a plus en Italie de pouvoir royal fort. Adalbert d'Ivrée, tout comme les autres grands feudataires, mène sa propre pol […] Lire la suite

GÊNES

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Michel ROUX
  • , Universalis
  •  • 4 718 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La ville actuelle »  : […] L'arrière-pays de Gênes comprend la partie la plus industrialisée de l'Italie (Lombardie et Piémont) et, au-delà, la Suisse et l'Allemagne du Sud. La chute continuelle de la démographie depuis les années 1980 témoigne de difficultés économiques persistantes, liées principalement au manque d'espace, à l'engorgement du port et, plus largement, au marasme économique ligure. L'activité portuaire rest […] Lire la suite

SPEZIA LA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 274 mots
  •  • 1 média

La ville de La Spezia est le chef-lieu de la province du même nom, en Ligurie (Italie du Nord). Cette base navale importante est située au fond du golfe de La Spezia, au sud-est de Gênes. Le site était déjà occupé à l'époque romaine, mais on ne sait pas grand-chose de son histoire avant 1276, année où la ville fut vendue à Gênes par la famille Fieschi. Elle fut successivement une préfecture marit […] Lire la suite

LIGURIE SÉISME DE (1887)

  • Écrit par 
  • Christophe LARROQUE
  •  • 926 mots
  •  • 2 médias

Le matin du 23 février 1887, à 5 heures, un tremblement de terre détruisit le village de Bussana, en Italie, et des dégâts importants se produisirent sur plus de 100 kilomètres de côte, en particulier à Imperia, Menton et Nice. Plus de trois cents villages furent sérieusement affectés par les secousses . On recensa plus de six cents morts et de très nombreux blessés, principalement dus à l'écrou […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 octobre 2020 France. Tempête meurtrière dans le sud-est.

En Italie, la Ligurie et le Piémont, de l’autre côté de la frontière, sont également touchés. […] Lire la suite

14-18 août 2018 Italie. Effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes.

Le 14, le viaduc autoroutier Morandi, haut de quarante-cinq mètres, qui traverse le fleuve Polcevera à Gênes (Ligurie), s’effondre sur une longueur de plus de deux cents mètres. La catastrophe fait quarante-trois morts. Le gouvernement décrète l’état d’urgence dans la ville pour un an. Les défauts de structure de ce pont construit à la fin des années 1960 étaient connus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel ROUX, Giovanna TERMINIELLO ROTONDI, « LIGURIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ligurie/