ANTISÉMITISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'antisémitisme de 1914 à 1945

En France, la Grande Guerre dilue l'antisémitisme dans l'élan patriotique de l'« Union sacrée » prônée par Barrès, qui consent enfin à admettre les juifs parmi Les Diverses Familles spirituelles de la France, titre de son ouvrage paru en 1917. Le prix du sang versé à la patrie donnait la preuve la plus haute de la loyauté nationale des juifs : il fut oublié par bon nombre aussitôt la guerre finie.

Enraciné dans le terrain idéologique constitué à la fin du xixe siècle, l'antisémitisme réapparaît dans l'après-guerre plus fort que jamais ; les causes en sont multiples. La guerre avait occasionné une dépression économique importante. La société européenne avait subi un traumatisme de taille avec ses millions de morts. Le nationalisme forcené des nouveaux États européens indépendants, comme la Pologne, la Roumanie, la Lituanie et la Lettonie, la peur du bolchevisme, la résistance à la démocratie parlementaire à la suite des soulèvements révolutionnaires qui se produisirent à la fin de la guerre se combinent pour créer un climat très favorable au développement de l'antisémitisme.

Nationalisme et antisémitisme

À partir de 1919, la mise en circulation, à l'Ouest, des Protocoles des Sages de Sion, d'abord sous forme manuscrite, va devenir une arme clé de la propagande antisémite. La première édition allemande paraît en 1920. Le livre connaît un succès rapide. Il fut réédité deux fois au cours du mois qui suivit la publication, cinq fois avant la fin de 1920. 120 000 exemplaires en furent écoulés en moins d'un an. Le livre a certainement beaucoup contribué à la propagation de la folie nazie sous le régime démocratique et libéral de la République de Weimar. La première édition anglaise, anonyme, parut sous le titre de Péril juif, en janvier ou février 1920. Le 8 mai 1920, le Times de Londres lui consacrait un long article. Son exploitation à grande échelle ne venait que de commencer. Il s'agit en fait d'un faux fabriqué au début du xxe siècle par la police tsariste pour fournir la preuve parfaite du complot juif pour dominer le monde. Toute une littérature se développe autour de ce faux à partir des années 1930, qui sont aussi celles de la faillite de l'ordre international pacifique incarné par la S.D.N.

L'Allemagne, l'Autriche et la Hongrie, sorties vaincues de la guerre, connaissent les formes d'antisémitisme les plus virulentes. Humiliée par les conditions du traité de Versailles, la première reste abasourdie par la défaite de son armée, soi-disant « invaincue sur le champ de bataille ». L'idée d'une trahison des politiciens, d'un « coup de poignard dans le dos », d'une collusion contre l'Allemagne des juifs bolcheviques et des juifs capitalistes est colportée dès l'armistice. Crise politique (chute de l'empire, révolution spartakiste) et économique se conjuguent pour reconvertir nombre des six millions de soldats démobilisés dans une multitude de formations paramilitaires, et banaliser la violence de guerre dans la société civile. On dénombre en Allemagne plus de 300 assassinats d'hommes politiques entre 1919 et 1924. Les formations d'extrême droite s'en prennent aux juifs et aux hommes politiques de la république « enjuivée » de Weimar. L'une d'entre elles, le Parti national socialiste des travailleurs allemands (N.S.D.A.P.) est dirigée dès sa fondation, en 1920, par un obscur caporal, Adolf Hitler. En 1922, le ministre juif allemand des Affaires étrangères, Walter Rathenau, est assassiné par deux membres de l'organisation Consul, persuadés d'éliminer l'un des sages des Protocoles.

Dans l'Europe issue du démembrement des empires centraux, l'antisémitisme fait partie intégrante du discours nationaliste des nouveaux États. Sur le vieux fond d'hostilité chrétienne vient se greffer la dénonciation de la dernière version de l'internationalisme juif, le « judéobolchevisme », agent corrupteur de valeurs nationales si chèrement conquises.

Ainsi en Hongrie, traumatisée par l'épisode de la République des Conseils de Béla Kun et par la terreur blanche qui lui succède, puis par le traité de Trianon qui lui enlève 60 p. 100 de son territoir [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Moses Mendelssohn

Moses Mendelssohn
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Alfred Dreyfus

Alfred Dreyfus
Crédits : Aaron Gerschel/ A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Le Ku Klux Klan

Le Ku Klux Klan
Crédits : Harry Benson/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Victimes d'un pogrom antisémite, vers 1910

Victimes d'un pogrom antisémite, vers 1910
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : directrice de recherche à l'École pratique des hautes études (Sorbonne), titulaire de la chaire d'histoire du judaïsme moderne

Classification

Autres références

«  ANTISÉMITISME  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie de T. W. Adorno »  : […] La première est représentée par exemple par les travaux de T. W. Adorno et de ses collaborateurs sur la Personnalité autoritaire  : certaines attitudes sont enracinées au plus profond de la personnalité, elles en composent d'une certaine manière la structure ou sont les symptômes d'un certain syndrome caractériel. Ainsi, les stéréotypes raciaux, comme l' antisémitisme, apparaissent en général com […] Lire la suite

AFFAIRE DREYFUS

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 248 mots
  •  • 1 média

Passé en conseil de guerre en 1894 pour intelligence avec l'Allemagne, le capitaine Dreyfus est condamné grâce à de fausses preuves. Lorsque celles-ci sont découvertes, la défense d'Alfred Dreyfus s'organise. C'est « J'accuse », l'article du romancier Émile Zola, qui, le 13 janvier 1898, donne à l'affaire toute sa publicité. Les passions s'enflamment et ce plus encore à partir du suicide de l'offi […] Lire la suite

AFFAIRE DREYFUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 242 mots

15 octobre 1894 Arrestation du capitaine Alfred Dreyfus, convaincu d’avoir livré des documents confidentiels à l’Allemagne. 19-22 décembre 1894 Le conseil de guerre condamne Dreyfus à la déportation à vie. Mars 1896 Le commandant Picquart, chef du Bureau des renseignements de l’armée, découvre les fausses pièces du dossier d’accusation. 13 janvier 1898 Zola publie sa lettre ouverte « J’accuse  […] Lire la suite

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 338 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts du parlant et le cinéma du docteur Goebbels »  : […] Les premières années du parlant sont contemporaines de l'aggravation de la crise économique et politique. C'est ainsi que les innovations permises par la technique seront soit évacuées, soit captées par le régime hitlérien. Les recherches sur le son sont anciennes (Oskar Messter, dès 1903) et l'industrie dispose des brevets de la Tobis-Klangfilm, qui se partage le marché mondial avec les américain […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'inspiration nazie »  : […] À cette conception chrétienne et paternaliste de la séparation des races, appelée parfois « apartheid honorable » ( eerbare apartheid ), s'est surimposée, à partir des années 1930, une philosophie politique autoritaire, exclusive et agressive, directement inspirée du nazisme. La presse nationaliste (notamment Die Transvaler , dont le rédacteur en chef est en 1940 le futur Premier ministre Verwoerd […] Lire la suite

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Il importe d'être pleinement présent » »  : […] À partir de 1924, Hannah Arendt étudie la philosophie, la théologie et la philologie classique aux universités de Margbourg, Fribourg et Heidelberg. Elle est l'élève des plus grands maîtres de l'époque : Rudolf Bultmann, Edmund Husserl, Martin Heidegger – avec qui elle aura une liaison – et Karl Jaspers, sous la direction duquel elle soutient son doctorat sur Le Concept d'amour chez saint Augusti […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventuellement assurer certaine […] Lire la suite

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya ) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du III e  millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent sur le plateau iranien pour pénétrer dans le Pendjab entre les ~ xviii e et ~ xv e siècles. Une imposture de […] Lire la suite

ATTITUDE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 4 165 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Recherches sociologiques et psychologiques »  : […] Une raison du succès de la notion d'attitude, étrangère aux raisons déjà citées, est qu'elle est apparue comme indispensable dans l'analyse de phénomènes qui devaient retenir l'attention des sociologues et des psychologues pendant de longues années. La notion d'attitude est introduite par Thomas et Znaniecki parce que les individus qu'ils observent dans The Polish Peasant – à savoir les paysans p […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'affaire Waldheim  »  : […] L'arrivée au pouvoir du social-démocrate Bruno Kreisky n'a pas permis un débat sur le passé du pays. Il nomme des ministres qui ont été d'anciens nazis, comme Johann Öllinger au ministère de l'Agriculture en 1970, et accepte que le F.P.Ö., alors dirigé par Friedrich Peter, un ancien SS, soutienne son gouvernement minoritaire. En 1979, la diffusion de la série Holocaust par la télévision autrichi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 février - 3 mars 2021 Israël. Ouverture d'une enquête de la CPI sur la situation en Palestine.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou dénonce un « acharnement judiciaire » guidé par un « pur antisémitisme ». Le 3 mars, la procureure de la CPI Fatou Bensouda annonce qu’une enquête « sur la situation en Palestine » est ouverte depuis le 13 juin 2014, portant sur d’éventuels crimes commis par les forces israéliennes et les groupes armés palestiniens au cours de l’opération Bordure protectrice menée par Tsahal et, plus largement, sur la colonisation des territoires. […] Lire la suite

29 octobre - 17 novembre 2020 Royaume-Uni. Suspension de Jeremy Corbyn du Labour.

Cette décision fait suite à la tentative de ce dernier de minimiser les conclusions d’une enquête sur l’antisémitisme au sein du Labour, menée par la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme et publiée le même jour. Celle-ci mettait en cause les hésitations et la complaisance de Jeremy Corbyn à ce sujet lorsqu’il dirigeait le parti, entre 2015 et 2019. […] Lire la suite

2-14 juin 2020 France. Manifestations contre le racisme et les violences policières.

Il se rallie au « combat noble » contre le « racisme », « l’antisémitisme » et les « discriminations », mais déclare que celui-ci « est dévoyé lorsqu’il se transforme en communautarisme ».  […] Lire la suite

6-17 décembre 2019 Allemagne. Visite de la chancelière Angela Merkel au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Elle exprime sa « honte profonde pour la barbarie des crimes commis par les Allemands » et dénonce la montée d’un « antisémitisme qui menace la vie juive en Allemagne et en Europe ». Sa visite coïncide avec la fin de la conférence des ministres de l’Intérieur des Länder, réunie à Lübeck (Schleswig-Holstein) sous la présidence du ministre fédéral Horst Seehofer, au cours de laquelle ont été confirmées les mesures sécuritaires annoncées en octobre, après l’attaque de la synagogue de Halle (Saxe-Anhalt) par un militant d’extrême droite. […] Lire la suite

9 octobre 2019 Allemagne. Attentat antisémite en Saxe-Anhalt.

Les jours suivants, de nombreuses voix s’élèvent contre l’insuffisance des réactions du gouvernement face à la montée de l’antisémitisme et du terrorisme d’extrême droite dans le pays.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Esther BENBASSA, « ANTISÉMITISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/