ADAPTATIONAdaptation sociale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept d'adaptation sociale va de pair avec celui d'intégration sociale. L'adaptation décrit les mécanismes par lesquels un individu se rend apte à appartenir à un groupe. L'intégration, ceux par lesquels le groupe admet un nouveau membre. L'adaptation insiste sur les changements chez l'individu, qui sont la condition de l'intégration.

De nombreuses études de psychologie sociale ont porté sur ce phénomène de l'adaptation. Il semble s'en dégager la théorie suivante : pour être accepté, l'individu doit partager jusqu'à un certain point les valeurs, opinions et attitudes du groupe. Quant à la probabilité que l'individu accepte ces valeurs, elle dépend de plusieurs conditions. Il faut d'abord que les opinions et attitudes du groupe ne viennent pas contredire des opinions et attitudes auxquelles l'individu tient parce qu'elles lui permettent de confirmer son appartenance à d'autres groupes. En second lieu, il est nécessaire que les opinions et attitudes du groupe ne viennent pas contredire les attitudes profondes de l'individu, remettant ainsi en cause un système de valeurs lié à la personnalité ou au personnage de l'individu.

Réalité objective et réalité sociale

De nombreuses expériences montrent que les opinions et attitudes d'un individu dépendent de celles de son entourage. Il ne s'agit pas, à proprement parler, d'influence sociale, mais plutôt d'un mécanisme complexe par lequel le sujet choisit entre la réalité objective et la réalité sociale que constituent les opinions de l'entourage. Ce conformisme tient au fait que le désaccord avec le groupe représente un certain coût psychologique et, dans les cas extrêmes, un certain risque de rejet.

La réalité sociale substituée à une réalité objective absente

Une célèbre expérience due à Muzafer Sherif montre cette dépendance des jugements individuels par rapport aux jugements collectifs. L'expérience consistait à mettre un sujet dans l'obscurité devant un point lumineux fixe et à lui demander d'évaluer les déplacements de ce point. Il est connu qu'un point lumineux fixe en milieu obscur donne l'impression de se déplacer. L'évaluation des distances de déplacement est donc subjective ; la réalité ne fournit pas de base solide à l'opinion. Sherif a montré que, dans un cas comme celui-là, l'opinion individuelle était largement déterminée par l'opinion collective. En effet, lorsqu'il avait entendu l'appréciation de la distance donnée par le sujet, l'expérimentateur lui communiquait l'évaluation prétendument effectuée par un groupe de compères. On assistait alors dans la plupart des cas, de la part du sujet, à une correction de son jugement. D'où la conclusion que, lorsque la réalité objective n'impose pas une opinion déterminée, la réalité sociale, représentée par la tendance de l'opinion collective, tend à se substituer à elle.

Des expériences comparables montrent que la « réalité sociale » peut même déterminer l'image que le sujet a de lui-même. De curieuses expériences, dues à Preston et Bayton et à McIntosh, démontrent ce phénomène. Voici, grossièrement, l'idée générale de ces expériences : les expérimentateurs disposaient d'un certain nombre de groupes d'étudiants noirs et d'étudiants blancs. Ils proposaient une tâche à un groupe d'étudiants noirs et demandaient aux membres de ce groupe de prédire leurs résultats. La même tâche était proposée à un autre groupe d'étudiants noirs ; on leur demandait également de prédire leurs résultats, mais en leur annonçant les performances fictives réalisées par un groupe d'étudiants blancs. L'expérience a été répétée plusieurs fois. Dans tous les cas, l'appréciation que les Noirs donnèrent de leurs propres résultats dépendit des prétendus résultats des Blancs : ils avaient tendance à évaluer leurs performances comme inférieures à celles des Blancs. Inversement, lorsqu'on demandait aux Blancs d'apprécier leurs propres performances, ils avaient tendance à les faire dépendre des résultats fictifs obtenus par les Noirs et à évaluer ces performances comme supérieures à celles de l'autre race.

Toutes ces expériences prouvent que les attitudes et opinions des individus, dans les cas où la réalité objective n'impose pas un jugement dépourvu d'équivoques, dépend des groupes auxquels le sujet se juge rattaché ou dont au contraire il se se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ADAPTATION  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

En biologie comme en technologie, le concept d'adaptation sert généralement à comprendre la relation qui existe entre les structures et les fonctions qu'elles remplissent. Dire d'un organe ou d'un outil qu'il est bien adapté signifie qu'il est efficace, autrement dit que les caractères de l'objet sont bien appropriés au rôle qu'il peut jouer.Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-21 novembre 1997 Union européenne. Sommet social à Luxembourg

Le 20, près de quarante mille manifestants se rassemblent dans la capitale du grand-duché à l'appel de la Confédération européenne des syndicats pour défendre l'emploi et l'Europe sociale. Le 21, les Quinze adoptent une « stratégie coordonnée pour l'emploi » dont les lignes directrices, définies chaque année, doivent servir de référence aux plans nationaux en faveur de l'emploi. […] Lire la suite

21-29 avril 1997 France. Dissolution de l'Assemblée nationale

Adhésion à la poursuite des réformes – baisse des dépenses publiques, lutte contre le chômage, adaptation du système éducatif et de la protection sociale, réforme de la justice ; adhésion aux décisions à prendre à l'échelle européenne – passage à la monnaie unique, réforme des institutions, élargissement de l'Union, réforme de l'Alliance atlantique, construction d'une Union « au service des hommes » ; adhésion enfin aux « valeurs qui fondent notre communauté nationale et donnent à la France son destin singulier [. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, « ADAPTATION - Adaptation sociale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-sociale/