Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NOMINALISME

Articles

  • NOMINALISME

    • Écrit par Paul VIGNAUX
    • 3 593 mots

    Lorsqu'on envisage une « enquête sur le nominalisme » à travers l'histoire de la philosophie (comme le propose la thèse de Jean Largeault), on se trouve devant une diversité de doctrines entre lesquelles l'assimilation semble purement nominale. Pour faire face à cette difficulté dans...

  • ABÉLARD PIERRE (1079-1142)

    • Écrit par Jean JOLIVET
    • 1 335 mots
    • 1 média
    ...dans les sujets singuliers, ou en lesquelles « se rencontreraient » ces sujets : une chose est, par essence, individuelle, distincte de toute autre. L'universalité est le fait d'être prédicat de plusieurs sujets : elle ne peut appartenir qu'aux mots (voces ; dans ses dernières gloses,...
  • ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

    • Écrit par Michel-Marie DUFEIL
    • 2 168 mots
    ...la vision qu'on en prend, magnifique définition anselmienne de l'atteinte du vrai, adequatio rei et intellectus, ne se termine pas seulement, contre le nominalisme, en une égalité du mot et du sens de la chose, uocis et sensus, mais dans une proportion de l'action à sa fin. Maître et praticien de la...
  • CONCEPT

    • Écrit par Jean LADRIÈRE
    • 3 826 mots
    Le nominalisme adopte une position diamétralement opposée : il ne reconnaît d'existence à aucune entité abstraite. Sous sa forme la plus extrême, il réduit les « universaux » au statut de simples noms et en fait donc des entités purement linguistiques. De façon positive, le nominalisme est un ...
  • DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

    • Écrit par Universalis, Maurice de GANDILLAC
    • 6 224 mots
    ...Ockham écrira que, pour nous, les choses prescrites ne sont bonnes que parce qu'elles sont commandées ; la formule de Scot est exactement inverse. Les nominalistes déclareront que, dans une autre économie, également bonne puisque voulue par Dieu, il n'eût pas été impossible que l'homme fût tenu d'adorer...
  • ÉTAT (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 054 mots
    ...L’Unique et sa propriété, 1844). C’est d’abord l’abstraction dont font preuve les philosophes politiques qu’il pourfend. S’inspirant du nominalisme médiéval, cette philosophie antiplatonicienne qui affirmait que seules les individualités possédaient une existence indiscutable, contrairement...
  • FORME

    • Écrit par Jean PETITOT
    • 27 344 mots
    ...exemple est celui des qualités sensibles (couleurs, intensité, timbre, etc.), c'est-à-dire les qualités « secondes » de la tradition aristotélicienne. En général, on adopte à propos de ces moments une perspective nominaliste qui en fait des abstracta de nature psychologique. On refuse de les considérer...
  • HOBBES THOMAS (1588-1679)

    • Écrit par Raymond POLIN
    • 2 669 mots
    • 1 média
    ...mot par lequel on désigne les corps en général, considérés dans leur extension ou leur grandeur et dans leur capacité à recevoir une forme. Ce matérialisme est donc plutôt une théorie du ϕάιυεσθαι, de l'apparaître, des apparences, un phénoménisme doublé d'un nominalisme.
  • IDÉALISME

    • Écrit par Jean LARGEAULT
    • 9 534 mots
    ...remettre à Dieu pour le soin d'assurer la communication des substances est sans doute la seule solution possible dans le cadre d'une ontologie occamienne. L'isolement cartésien des substances et le rejet des formes ou qualités substantielles dérivent du nominalisme occamien (Omne quod est est singulare...
  • MATIÈRE

    • Écrit par Jacques GUILLERME, Hélène VÉRIN
    • 10 696 mots
    • 1 média
    ...concilier l'occamisme avec l'École. La « matière première » – principe métaphysique de ce qui existe – en fut la première victime, afin de satisfaire les nominalistes. La nouvelle doctrine qui promouvait des « modes substantiels » respectait, tout ensemble, l'économie de pensée, chère aux occamistes, et...
  • MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

    • Écrit par Alain de LIBERA
    • 22 212 mots
    ...De signis, paragr. 162-169), enfin, les espèces des choses et les choses mêmes qu'elles présentent ou représentent (De signis, paragr. 103). Dans l'ontologie nominaliste d'Ockham, où les seules « choses » au sens absolu du terme (res absolutae) sont les substances premières et...
  • OBJET

    • Écrit par Gilles Gaston GRANGER
    • 8 211 mots
    Selon l'orientation nominaliste, en revanche, on considère ces objets comme des constructions de langage, renvoyant en dernier ressort à des sensations. Pour Locke, ils consistent en relations d' idées, non de fait dont l'exacte manipulation a surtout pour effet de procurer une habitude de « raisonner...
  • OCKHAM GUILLAUME D' (1287 env.-1347)

    • Écrit par Maurice de GANDILLAC, Jeannine QUILLET
    • 6 678 mots
    • 1 média
    ...pour ce qui concerne Duns Scot, le maintien d'un réalisme de l'être, tandis qu'Ockham, par sa critique du réalisme de la relation, a ouvert la voie au nominalisme, dont la fortune fut immense dès le xive siècle. Pour ce qui concerne l'ockhamisme politique, il s'est développé concurremment avec le nominalisme...
  • RÉALISME, philosophie

    • Écrit par Jean LARGEAULT
    • 6 999 mots

    Le mot « réalisme » a plusieurs acceptions. Le réalisme logique s'oppose au nominalisme, théorie des termes généraux : ceux-ci sont des noms d'entités pour le premier, des abréviations qui désignent collectivement des particuliers pour le second. Le réalisme métaphysique a...

  • ROSCELIN DE COMPIÈGNE (1050 env.-apr. 1120)

    • Écrit par André CANTIN
    • 417 mots

    Philosophe, maître en Écriture sainte de la fin du xie siècle et du début du xiie, auteur d'une doctrine nominaliste qui le fit accuser de nier l'unité divine. Roscelin commence par enseigner la dialectique, avec grand succès, à Compiègne où il a dû naître. Ses rapports avec ...

  • SAGESSE

    • Écrit par Manuel de DIÉGUEZ
    • 10 392 mots
    ...densité, de son élévation, pour lui substituer une réalité d'autant plus creuse qu'elle sera plus générale ? C'est ainsi qu'avec Abélard, puis avec les nominalistes du xive siècle, il est apparu que la connaissance du monde par le relais des idées est nécessairement pauvre et toute partielle, au lieu...
  • SARTRE JEAN-PAUL (1905-1980)

    • Écrit par Jacques LECARME, Juliette SIMONT
    • 8 894 mots
    • 2 médias
    ...consistance, un mode d'imposition. La texture de l'Histoire, Sartre se propose de l'approcher par le biais d'une méthode originale, qu'il nomme «  nominalisme réaliste » : « La dialectique, si elle existe, ne peut être que la totalisation des totalisations concrètes opérées par une multiplicité...
  • SIGNE ET SENS

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 7 783 mots
    • 1 média
    ...dérivent-ils du sensible ou ont-ils un mode d'être propre qui ne soit ni réel ni mental, mais « objectif » ? De toutes les écoles de pensée médiévales, c'est le nominalisme seul qui, avant le xviiie siècle, établit un lien intime entre les universaux et les nomina, c'est-à-dire les noms donnés à des complexes...
  • SOMME DE LOGIQUE, Guillaume d'Ockham - Fiche de lecture

    • Écrit par Joël BIARD
    • 1 137 mots
    • 1 média
    Guillaume d’Ockham défend en effet une ontologie nominaliste, qui ne reconnaît d’être qu’aux étants singuliers. Tout ce qui est, du seul fait qu’il est, est singulier. Dans la Somme de logique,le nominalisme se déploie dans la critique des universaux et dans la théorie des catégories. Ockham...
  • THOMAS D'ERFURT (fin XIIIe-déb. XIVe s.)

    • Écrit par Henri-Jacques STIKER
    • 979 mots

    Auteur d'un traité, rédigé aux alentours de 1300 et intitulé Grammatica speculativa ou De modis significandi, qui figurait jusqu'en 1921 dans les œuvres de Jean Duns Scot (éd. Vivès, Paris, 1891). Lorsque M. Grabmann corrigea cette erreur d'attribution, Heidegger venait de faire...

  • TRAITÉ DES MONNAIES, Nicolas Oresme - Fiche de lecture

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 992 mots
    Cette époque troublée réclame des réformes, la remise en cause des schémas intellectuels hérités du xiiie siècle. Dans un monde dominé par l'aristotélisme thomiste des dominicains, Oresme appartient au groupe des réformateurs nominalistes franciscains dont le chef de file français est ...