Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARENDT HANNAH (1906-1975)

Articles

  • ARENDT HANNAH (1906-1975)

    • Écrit par Sylvie COURTINE-DENAMY
    • 1 790 mots
    • 1 média

    « Femme, juive, mais pas Allemande », telle se définissait Hannah Arendt, née à Hanovre en 1906 dans une famille cultivée de juifs réformés. Philosophe, théoricienne du politique, « simple » journaliste, Hannah Arendt reconnaissait volontiers elle-même son caractère inclassable : « ...

  • CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

    • Écrit par Alain BROSSAT
    • 1 565 mots

    Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe...

  • LA CRISE DE LA CULTURE, Hannah Arendt - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 794 mots
    • 1 média

    La Crise de la culture est un essai de Hannah Arendt (1906-1975) publié en 1961 aux États-Unis sous le titre original Between Past and Future.Six Exercices in Political Thougt. Il réunit dans la première édition six articles, publiés entre 1954 et 1960. En 1968 a paru une seconde édition, augmentée...

  • ANTISÉMITISME

    • Écrit par Esther BENBASSA
    • 12 229 mots
    • 9 médias

    Dans un pamphlet publié en 1879, La Victoire du judaïsme sur la germanité, le journaliste et agitateur politique allemand Wilhelm Marr utilise les mots de « sémitisme » et d'« aryanisme », dérivés des classifications de la linguistique et de l'anthropologie physique de la seconde...

  • AUTORITÉ

    • Écrit par Éric LETONTURIER
    • 2 800 mots
    • 11 médias
    Mais c'est en grande partie sur le thème de son déclin que s'écrit au xixe siècle la partition de l'autorité. SelonHannah Arendt qui la définit comme « opposée à la fois à la contrainte par la force et à la persuasion par arguments », la source de ce recul tient au démantèlement progressif...
  • CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

    • Écrit par André AKOUN
    • 8 287 mots
    ...sociopolitique, et appelle un autre type de société et de système sociopolitique qui corrigerait ces dysfonctionnements ou ces immoralités. Selon le mot de Hannah Arendt, lorsque, cessant de croire en la liberté, la révolution se donna pour fin le bonheur du peuple, les droits de l'homme se transformèrent...
  • CULTURE - Le choc des cultures

    • Écrit par Jean-François MATTÉI
    • 6 360 mots
    • 10 médias
    ...affaire à la création culturelle d'œuvres, mais à la consommation sociale de produits, non pas à une culture artistique, mais à une prédation économique. Hannah Arendt distinguait avec justesse, d'un côté, la culture artistique, à ce titre universelle, qui concerne les œuvres, dans la mesure où elle est...
  • DÉSOBÉISSANCE CIVILE

    • Écrit par Christian MELLON
    • 2 261 mots
    • 2 médias
    Dans son remarquable essai sur la désobéissance civile (Essai sur la révolution, 1963), Hannah Arendt s'interroge : est-il possible de « faire une place à la désobéissance civile dans le fonctionnement de nos institutions publiques » ? Elle répond par l'affirmative, de même que Rawls, Habermas,...
  • ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

    • Écrit par Alain RENAUT
    • 5 434 mots
    ...nostalgie à l'égard d'un modèle regretté. Si l'on veut parler de crise, il convient donc le faire hors de tout discours du type de celui que tenait par exemple Hannah Arendt quand elle stigmatisait une telle crise de l'éducation, au début des années 1960, dans son texte célèbre, mais polémique sur ...
  • ÉTAT (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 054 mots
    ...souveraine décidant pour partie de leur existence. Cet accord tient à la « légitimité » que les individus reconnaissent à l’État qui les gouverne. La philosophe et sociologue Hannah Arendt (1906-1975) va dans le même sens : « Tout pouvoir est de consentement », écrit-elle dans son livre Du mensonge...
  • HILBERG RAUL (1926-2007)

    • Écrit par Annette WIEVIORKA
    • 1 588 mots
    Malgré lui, Raul Hilberg a été entraîné dans la polémique suscitée par l'ouvrage d'Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal (1963 et 1966 pour la traduction française). La philosophe, dont l'expertise négative avait, en 1959, empêché que La Destruction fût...
  • HUMANITÉ

    • Écrit par Hubert FAES
    • 1 354 mots
    Selon la définition stricte et forte d'Hannah Arendt (Eichmann à Jérusalem, 1962), le crime contre l'humanité – mal radical accompli par des hommes très banals – n'est pas simplement la négation de l'existence d'autres hommes, même à grande échelle, ni un acte inhumain, c'est-à-dire une façon...
  • ALTÉRITÉ, philosophie

    • Écrit par Sylvie COURTINE-DENAMY
    • 5 334 mots
    • 4 médias
    Mais, affirmer l'identité de l'être et de la temporalité et la détermination de l'être de l'homme comme être-pour-la-mort, n'est-ce pas révéler l'identité de l'être et du néant, lui reprochera Hannah Arendt dans Was ist Existenzphilosophie (1946), qui fera...
  • LE PROCÈS DES DROITS DE L'HOMME. GÉNÉALOGIE DU SCEPTICISME DÉMOCRATIQUE (J. Lacroix et J.-Y. Planchère)

    • Écrit par Marie GARRAU
    • 1 079 mots
    La dernière partie de l’ouvrage, placée sous le signe de la référence à Arendt, esquisse une conception des droits de l’homme capable de répondre à ces différentes objections. Relisant le célèbre texte « Le déclin des États-nations et la fin des droits de l’homme », les auteurs soutiennent, dans le...
  • L'HOMME RÉVOLTÉ, Albert Camus - Fiche de lecture

    • Écrit par Guy BELZANE
    • 1 506 mots
    ...cessé par ailleurs de vouloir réfléchir à partir non du concept mais de l’existence. Dans la filiation d’un Montaigne ou d’un Voltaire, assez proche d’une Hannah Arendt, avec laquelle il partage notamment l’ancrage dans l’expérience sensible et la méfiance à l’égard des philosophies de l’histoire, Camus,...
  • POUVOIR

    • Écrit par Catherine COLLIOT-THÉLÈNE
    • 1 455 mots
    Prenant résolument le contre-pied de la logique des théories de l'État souverain, Hannah Arendt a proposé une conception du pouvoir qui l'oppose à la violence dans la mesure où elle le dissocie de la domination (On Violence, 1970). Invoquant la distinction aristotélicienne entre le pouvoir...
  • POUVOIR (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 501 mots
    ...pouvoir politique, c’est donc interroger d’abord la nature des rapports qui existent entre dominants et dominés, ainsi que les ressorts de la domination. C’est ce que résume Hannah Arendt (1906-1975) quand elle écrit : « Le problème politique essentiel est et a toujours été de savoir qui domine et qui...
  • RÉVOLUTION FRANÇAISE

    • Écrit par Jean-Clément MARTIN, Marc THIVOLET
    • 29 554 mots
    • 3 médias
    ...que porte John L. Talmon contre la Révolution, vue comme une des matrices du totalitarisme (The Origins of Totalitarian Democracy, 1952), et celles de Hannah Arendt, au terme d'une comparaison entre révolutions américaine et française (Essai sur la révolution, 1967), restent également en dehors...
  • SOCIÉTÉ DE MASSE

    • Écrit par Pierre BIRNBAUM
    • 3 717 mots
    ...prend naissance plus particulièrement à notre époque et qui met avant tout l'accent sur les virtualités totalitaires que recèle la société de masse. Pour Hannah Arendt par exemple (Origins of Totalitarianism), dans une situation d'atomisation du corps social et d'isolement des individus, l'absence de relations...
  • UN CŒUR INTELLIGENT (A. Finkielkraut) - Fiche de lecture

    • Écrit par Yves KIRCHNER
    • 993 mots

    L'ouvrage d'Alain FinkielkrautUn cœur intelligent (Fayard, 2009) se propose de déchiffrer les énigmes du monde à travers la lecture de neuf œuvres littéraires : La Plaisanterie de Milan Kundera, Tout passe de Vassili Grossman, Histoire d'un Allemand de Sebastian Haffner, Le Premier...

  • VIOLENCE (philosophie)

    • Écrit par Marc CRÉPON
    • 6 588 mots
    • 4 médias
    Voilà pourquoi, dans un essai célèbre intitulé Sur la violence (1972), la philosophe Hannah Arendt rappelle à quel point on ne saurait réfléchir sur la violence sans considérer deux choses. La première tient à la façon dont toute concession faite à la violence a pour effet que les moyens qu’elle s’autorise...

Média

Hannah Arendt - crédits : AKG-Images

Hannah Arendt