TURKESTAN RUSSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La région d'Asie centrale, qui est limitée au nord par la Sibérie, au sud par l'Iran, l'Afghanistan, l'Inde et le Tibet, à l'ouest par la mer Caspienne, à l'est par la Mongolie et le désert de Gobi, et qui est peuplée en majorité de musulmans turcs, est appelée Turkestan, une dénomination conventionnelle. Sa partie orientale est le Xinjiang, ou Turkestan chinois. Sa partie occidentale forme le Turkestan dit russe, longtemps dénommé Asie centrale soviétique, qui comprend, depuis 1991, cinq États indépendants qui ont succédé aux Républiques socialistes soviétiques qui portaient le même nom : au nord, le vaste Kazakhstan (ethnie autochtone dominante : Turcs Kazakh ; capitale Noursoultan, ex-Astana) ; au sud, imbriqués d'ouest en est, le Turkménistan (ethnie dominante : Turcs Turkmènes ; capitale Achkhabad), l'Ouzbékistan (ethnie : Turcs Ouzbek ; capitale Tachkent), le Tadjikistan (ethnie : Persans Tadjik ; capitale Douchanbé), le Kirghizstan (ethnie : Turcs Kirghiz ; capitale Bichkek, ex-Frounze).

L'achèvement de la turcisation de l'Asie centrale remonte à l'époque gengiskhānide avec les Djaghataïdes, dynastie fondée par le deuxième fils de Gengis khān. Après eux, les Timurides (dynastie fondée par Timur ou Tamerlan en 1370 ; capitale Samarkand) et les Sheybanides (ou Šaibanides, xvie siècle ; capitale Bukhāra), bien que turcs, prétendent à une ascendance gengiskhānide. Au xviiie siècle, lorsque la présence russe s'affirme en Sibérie aux marges des steppes turques, celles-ci sont partagées, dans leur moitié septentrionale, entre les trois hordes (juz) dites grande, moyenne et petite, du khanat kazakh, et, dans sa moitié méridionale, entre le khānat de Khiva et les tribus turkmènes qu'il a sous son obédience, l'émirat de Bukhāra et le khānat de Kokand. Elles sont livrées à une anarchie dont les Russes vont profiter pour s'infiltrer lentement, obstinément, en jalonnant leur avance de forteresses, avant la conquête militaire finale. Les Kazakh passent sous le protectorat russe entre 1731 et 1742, et leur intégration devient définitive au cours du xixe siècle. En 1868, l'émirat de Bukhāra fait à son tour allégeance au tsar, puis en 1873 le Khiva, en 1875-1876 le Kokand, et en 1873-1881 les tribus turkmènes.

Le Turkestan est alors organisé en un gouvernement général relevant du ministère de la Guerre ; contrairement à la Sibérie, aucune colonisation massive n'y est tentée. Les structures socio-religieuses islamiques sont préservées, les écoles coraniques favorisées. Néanmoins, l'influence indirecte du capitalisme russe bouleverse l'économie traditionnelle. Le sentiment national turkestanais, qui a mis longtemps à naître, se cristallise au début du xxe siècle, à Bukhāra en particulier (mouvement des žadid ou « novateurs »). La révolution de 1917 entraîne l'Asie centrale dans ses remous. Des soviets et des gouvernements provisoires se créent ; une République populaire naît à Bukhāra, qui, dominée par le personnel administratif de l'ancien régime, cherche à sauvegarder son indépendance, tandis que se propage à travers tout l'émirat l'importante rébellion antisoviétique des Basmači (commandée à la fin par Enver Pacha), qui symbolisa la résistance turkestanaise à la colonisation russe ; calmée partiellement en 1923, elle dura au moins jusqu'en 1928, sinon plus tard. Cependant, à partir de 1920, la République socialiste soviétique autonome (R.S.S.A.) du Turkestan s'organise au sein de l'Union soviétique ; puis elle se fragmente en 1924 entre les cinq R.S.S.A. qui deviendront chacune indépendante en 1991.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification

Autres références

«  TURKESTAN RUSSE  » est également traité dans :

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Autonomie territoriale contre autonomie nationale »  : […] Au lendemain de la révolution d'Octobre, le fédéralisme est conçu par les bolcheviks comme une arme contre les aspirations indépendantistes des peuples sous domination russe, comme une concession tactique provisoire et non pas comme un modèle d'organisation de l'État ou une fin en soi. Le conflit qui oppose Lénine à Staline en 1922 concerne davantage les modalités de l'instauration de l'État fédé […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'islam vécu »  : […] Sous sa face visible, l'islam de l'U.R.S.S. ne pétillait certes pas de vie, mais du moins les aspects positifs l'emportaient-ils sur les traits négatifs, puisque, dans les républiques des peuples musulmans centre-asiatiques et caucasiens, le cadre de vie continuait à être régi par le Coran. Pour expliquer un tel miracle, la littérature de propagande est ici bien utile, en nous mettant sur la pist […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pouvoirs russe et soviétique »  : […] Bien que l'isolement géographique de l'Asie centrale ait ralenti l'avance des forces russes vers le sud, Boukhara fut envahie en 1868, et Khiva en 1873 ; les deux khanats devinrent alors des protectorats russes. À Kokand, une émeute fut écrasée en 1875 et le khanat fut annexé officiellement l'année suivante, ce qui achevait la conquête du territoire ouzbek par les Russes ; la région fut intégrée […] Lire la suite

TACHKENT

  • Écrit par 
  • Julien THOREZ
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Tachkent [selon l'étymologie populaire de taš , « pierre », et de kent , « ville » ; anciennement ̌C̄ač] est la capitale de l'Ouzbékistan, pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Située sur le piémont occidental du Tianshan, la ville s'est développée au cœur de l'oasis irriguée par le Tchirtchik et ses affluents. Malgré sa proximité avec la frontière kazakhstanaise qui, dans le contexte pos […] Lire la suite

TADJIKISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Histoire »  : […] Les Tadjiks sont les descendants directs de peuples iraniens dont la présence continue est attestée en Asie centrale et dans le nord de l'Afghanistan à partir du milieu du I er  millénaire avant notre ère. Les ancêtres des Tadjiks constituaient le noyau de l'ancienne population du Khorezm et de la Bactriane, qui faisait partie de la Transoxiane (Sogdiane). Ils furent englobés dans l'Empire perse […] Lire la suite

TURKMÉNISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 205 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Histoire »  : […] On peut suivre le développement d'habitats humains dans le sud du Turkménistan de la période paléolithique à nos jours. Certaines des plus anciennes traces d'agriculture en Asie centrale furent découvertes à une trentaine de kilomètres au nord d'Achkhabad (aujourd'hui Achgabat) et appartiennent à la culture néolithique de Djeitun, qu'on peut dater du v e  millénaire avant notre ère. La culture de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « TURKESTAN RUSSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turkestan-russe/