TIANSHAN [T'IEN-CHAN]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tianshan

Tianshan
Crédits : N A Callow/ R. Harding World Imagery/ Getty

photographie

Les Tianshan, au Kirghizstan

Les Tianshan, au Kirghizstan
Crédits : Jerry Kobalenko/ Photographer's Choice/ Getty

photographie


Les montagnes du Tianshan (en russe Tian-Chan) occupent la plus grande partie du territoire de la république du Tadjikistan avant de plonger très profondément en Dzoungarie. Leur ligne de crête forme la frontière de la république populaire de Chine avec le Tadjikistan (avec l'Union soviétique avant 1991). Ces montagnes, composées le plus souvent de terrains cristallins mais comportant aussi des zones sédimentaires fortement plissées, ont été mises en place fort tard, les mouvements décisifs ayant eu lieu au Pliocène ou même au Quaternaire. À la fin du Tertiaire, en effet, la région était réduite à l'état de pénéplaine, puis la plupart des blocs de ce vieux massif ont été portés à des altitudes supérieures à la limite actuelle des neiges éternelles, certains d'entre eux s'affaissant pour donner naissance à des dépressions intramontagnardes : plaine de Fergana, dépression du lac Issyk-Koul.

La haute montagne du Tianshan se présente, à l'ouest, sous l'aspect de blocs nettement individualisés qui s'avancent en longs chaînons vers la dépression aralo-caspienne, offrant un paysage alpin de crêtes aiguës sculptées par des cirques glaciaires, et revêt, à l'est, le visage de bastions montagneux massifs fortement englacés. Au nord-est des Tianshan, dans le massif du Khan-Tengri culminant au Pik Pobedy à 7 439 mètres, les glaciers actuels occupent de hautes surfaces qui furent profondément burinées au Quaternaire. La glace se forme dans les cirques ou sur de hauts plateaux au-dessus de 4 200 mètres, les langues glaciaires logées dans les vallées auxquelles elle donne naissance s'abaissant jusqu'à 3 200 mètres. Le plus imposant des glaciers de vallée du Tianshan, l'Iniltchek, naît au cœur du massif de Khan-Tengri et, alimenté par un névé courant sur 30 kilomètres carrés, s'allonge sur 85 kilomètres, occupant ainsi le fond d'une auge fossile que son ancêtre du Quaternaire a profondément surcreusée.

Plus au sud, dans le haut bassin du fleuve Naryn, la glaciation quaternaire, moins puissante, a façonné puis libéré une topographie de plate-forme encombrée de moraines de fond, retenant aujourd'hui de nombreux lacs. Les auges sont ici fort rares. Aussi, les glaciers actuels, appartenant à la famille des glaciers de plateau, sont-ils de petites dimensions : chacun d'eux occupe au plus 4 kilomètres carrés, encore que, pris ensemble, ces glaciers de plateau s'étendent sur quelque 600 kilomètres carrés.

Tianshan

Tianshan

photographie

Les steppes kazakhes, qui couvrent la plus grande partie du territoire, sont bordées au sud par le massif des Tianshan. 

Crédits : N A Callow/ R. Harding World Imagery/ Getty

Afficher

Les Tianshan, au Kirghizstan

Les Tianshan, au Kirghizstan

photographie

Le territoire du Kirghizstan est cloisonné par plusieurs chaînes de montagnes, les Tianshan (les «monts célestes») en occupant la partie centrale. 

Crédits : Jerry Kobalenko/ Photographer's Choice/ Getty

Afficher

—  Pierre CARRIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TIANSHAN [ T'IEN-CHAN ]  » est également traité dans :

BICHKEK, anc. FROUNZE

  • Écrit par 
  • Julien THOREZ
  •  • 486 mots
  •  • 2 médias

Bichkek, dénommée Frounze de 1926 à 1990, est la capitale du Kirghizstan, pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Implantée sur le piémont septentrional du Tianshan (chaîne de l'Alatau kirghize) entre 700 et 900 mètres, dans l'oasis drainée par le Tchou, la ville est localisée à proximité de la frontière avec le Kazakhstan, ce qui lui confère une situation périphérique à l'échelle de la r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bichkek-frounze/#i_38494

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 863 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La topographie »  : […] Dans ses délimitations territoriales actuelles, la Chine possède parmi les terres les plus hautes du monde. Le relief est aux dimensions de cet immense pays : 19 p. 100 du territoire se situe à une altitude supérieure à 5 000 mètres ; 37 p. 100 à plus de 2 000 mètres ; 35 p. 100 à moins de 1 000 mètres ; et 16 p. 100 à moins de 500 mètres. Une pente d'orientation générale d'ouest en est se compos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-cadre-naturel/#i_38494

FERGANA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 411 mots

La dépression intramontagnarde de Fergana occupe 22 000 kilomètres carrés, dont 17 000 appartiennent à l'Ouzbékistan, le reste étant partagé de manière à peu près égale entre le Tadjikistan et le Kirghizstan. Dominée de tous côtés par de très hautes montagnes atteignant 4 000 mètres au nord et à l'est et 7 000 mètres au sud, la plaine de Fergana (300 km de longueur, 100 km de largeur) doit son exi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fergana/#i_38494

ISSYK-KOUL LAC

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 676 mots

L'Issyk-Koul, ou Issyk-Köl, est un lac sans émissaire du nord-est du Kirghizstan. Situé dans le nord de la chaîne du Tianshan, c'est l'un des plus grands lacs de haute montagne du monde, réputé pour ses paysages exceptionnels et son intérêt scientifique unique. Il s'inscrit au pied du vaste bassin d'Issyk, bordé au nord par les monts Koungueï-Alataou et au sud par les monts Terskeï-Alataou. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-issyk-koul/#i_38494

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un pays vaste, écartelé et enclavé »  : […] Au cœur du continent asiatique, le Kazakhstan s'étend sur 2 717 000 kilomètres carrés, superficie qui le classe au huitième rang mondial ; 3 000 kilomètres séparent les rives de la mer Caspienne, à l'ouest, de l'Altaï, à l'est ; 1 600 kilomètres, les montagnes du Tianshan et les oasis du Turkestan, au sud, de la Sibérie méridionale, au nord. Ce territoire a été délimité dans les années 1920 et 19 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazakhstan/#i_38494

KIRGHIZSTAN

  • Écrit par 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 514 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un pays montagnard, écartelé et enclavé »  : […] République d'Asie centrale, le Kirghizstan est un pays enclavé entre le Kazakhstan, au nord, l'Ouzbékistan, à l'ouest, le Tadjikistan, au sud, et la Chine, à l'est. Son territoire, formé dans le cadre de la politique soviétique d'aménagement conduite dans les années 1920 et 1930, présente une forme allongée et appendiculaire, quoique la petite exclave de Barak (en territoire ouzbékistanais) et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kirghizstan/#i_38494

MASSIFS ANCIENS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 3 466 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les types montagneux »  : […] Au contact des systèmes plissés alpins, la plate-forme calédono-hercynienne a subi un rajeunissement tertiaire intense. Là se localisent la plupart des massifs anciens illustrant des types montagneux originaux, caractérisés notamment par le rôle géomorphologique décisif joué par les failles et parfois le volcanisme, surtout quand il s'agit d'un matériel granito-gneissique rigide. Certains de ces m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/massifs-anciens/#i_38494

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Plissements hercyniens du sud de la Sibérie »  : […] Les plissements hercyniens du sud de la Sibérie forment un arc bifide vers l'ouest ( Altaï- Kazakhstan et Tian-Chan) et un arc simple vers l'est (Transbaïkalie- Amour). La branche occidentale est comprise entre les Calédonides et le massif précambrien du Tarim. Dans le Tian-Chan septentrional et l'ouest du Kazakhstan, on trouve une succession qui débute par de l'Archéen et du Protérozoïque métamor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_38494

SYR-DARIA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 779 mots

Des montagnes du Tian Shan, au Kirghizstan, à la mer d'Aral, le plus long des fleuves de l'Asie centrale, le Syr-Daria, mesure 3 020 kilomètres, s'il est tenu compte de la plus longue des deux branches maîtresses qui lui donnent naissance, la Naryn ; la longueur du cours est ramenée à 2 212 kilomètres lorsqu'elle n'est comptée qu'à partir de la confluence de la Naryn et du Kara-Daria. Le Syr-Daria […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syr-daria/#i_38494

TACHKENT

  • Écrit par 
  • Julien THOREZ
  •  • 902 mots
  •  • 1 média

Tachkent [selon l'étymologie populaire de taš , « pierre », et de kent , « ville » ; anciennement ̌C̄ač] est la capitale de l'Ouzbékistan, pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Située sur le piémont occidental du Tianshan, la ville s'est développée au cœur de l'oasis irriguée par le Tchirtchik et ses affluents. Malgré sa proximité avec la fronti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachkent/#i_38494

TADJIKISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 828 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un pays de montagnes, cloisonné et enclavé »  : […] Situé au nord de l'Afghanistan, à l'ouest de la Chine, au sud du Kirghizstan et à l'est de l'Ouzbékistan, le Tadjikistan est un pays enclavé au cœur de l'Asie centrale. Cette république a été fondée dans le cadre de la construction de l'État soviétique, dans les années 1920. Ses frontières indentées dessinent un territoire appendiculaire, dont la superficie atteint 143 000 kilomètres carrés. La c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tadjikistan/#i_38494

XINJIANG [SIN-KIANG] ou TURKESTAN CHINOIS

  • Écrit par 
  • Évelyne COHEN, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 7 000 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le milieu naturel »  : […] La plus occidentale des régions de la Chine, le Xinjiang, en est aussi la plus vaste unité administrative (1 646 900 km 2 ) et, avec 19,2 millions d'habitants au recensement de 2000 (21,3 estimés en 2008), la moins densément peuplée (13 hab./km 2 ), après le Tibet (2 hab./km 2 ) et le Qinghai (7,2 hab./km […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xinjiang-turkestan-chinois/#i_38494

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « TIANSHAN [T'IEN-CHAN] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tianshan-t-ien-chan/