Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TACHKENT

Ouzbékistan : carte administrative

Ouzbékistan : carte administrative

Tachkent [selon l'étymologie populaire de taš, « pierre », et de kent, « ville » ; anciennement ̌C̄ač] est la capitale de l'Ouzbékistan, pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Située sur le piémont occidental du Tianshan, la ville s'est développée au cœur de l'oasis irriguée par le Tchirtchik et ses affluents. Malgré sa proximité avec la frontière kazakhstanaise qui, dans le contexte postsoviétique, limite son influence régionale, Tachkent occupe une situation de carrefour dans l'espace ouzbékistanais, entre la dépression du Ferghana et les régions occidentales et méridionales.

Alors que Boukhara, Khiva, Kokand ou Samarcande étaient les principales villes du Turkestan au moment de la conquête coloniale russe, Tachkent doit son développement contemporain au choix du pouvoir tsariste, confirmé par les autorités soviétiques, de faire de la ville une capitale politique et administrative. Après sa prise par les armées du général Tcherniaev en 1865, la ville est en effet devenue le siège du gouvernorat du Turkestan en 1868, puis la capitale de la République socialiste soviétique d'Ouzbékistan en 1930, en remplacement de Samarcande. En raison de cette décision, Tachkent a polarisé les fonctions et les investissements à l'échelle de l'Ouzbékistan comme à l'échelle de l'Asie centrale. Cette situation a stimulé la croissance démographique après le fort déclin enregistré au moment de l'implantation du pouvoir tsariste : durant la période coloniale, la population de la ville s'est élevée de 59 000 habitants en 1876 à 155 000 habitants au recensement de 1897 puis à 256 000 habitants à la veille de la Première Guerre mondiale. Toutefois, c'est pendant la période soviétique que la croissance a été la plus forte : la ville comptait en effet 314 000 habitants en 1926, 583 000 en 1939, 927 000 en 1959 et plus de 2,079 millions d'habitants au recensement de 1989, taille qui, conformément à la politique urbaine soviétique, justifiait l'existence d'un métro (inauguration en 1977). En U.R.S.S., Tachkent était ainsi la quatrième ville et faisait office de métropole de l'Asie centrale, en étant notamment le siège de plusieurs institutions régionales. Son développement reposait également sur un important complexe aéronautique, qui fut évacué de Russie pendant la Seconde Guerre mondiale, et sur plusieurs usines de construction mécanique. En outre, Tachkent était le centre organisationnel de la filière du coton, dont la production était une des fonctions principales des républiques d'Asie centrale.

Depuis 1991, la croissance de la population a été ralentie par l'émigration massive des populations russe et européenne, qui représentaient la moitié des habitants à la fin de la période soviétique. La crise consécutive à la disparition de l'U.R.S.S., qui a affecté le tissu économique, et la construction du nouvel État sur des bases nationales, qui a transformé le fonctionnement des institutions et des administrations et a redéfini la place des citoyens dans la société, ont en effet incité les populations allochtones à quitter la capitale de l'Ouzbékistan nouvellement indépendant. Par conséquent, la ville compte officiellement 2,340 millions d'habitants en 2013, dont une importante majorité d'Ouzbeks. Toutefois, Tachkent fait figure de pôle de développement dans l'Ouzbékistan contemporain et attire des populations nombreuses depuis les provinces, malgré les contraintes administratives et politiques qui pèsent sur les migrations internes. Par ailleurs, la diversification internationale de l'offre aérienne de transport consacre Tachkent comme lieu de l'ouverture et de l'innovation, malgré la politique de développement autocentré conduite par les autorités ouzbékistanaises.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en géographie, chargé de recherche au C.N.R.S., membre de l'U.M.R. 7528 Monde iranien et indien (C.N.R.S., Sorbonne nouvelle, EPHE, INALCO)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Ouzbékistan : carte administrative

Ouzbékistan : carte administrative

Autres références

  • OUZBÉKISTAN

    • Écrit par Edward ALLWORTH, Universalis, Arnaud RUFFIER, Julien THOREZ, Anne TOURNEVILLE
    • 7 670 mots
    • 2 médias
    ...que celle de nombreuses villes industrielles a stagné ou régressé depuis l'indépendance. Par ailleurs, le contrôle de la mobilité résidentielle limite les migrations vers la capitale,Tachkent (officiellement 2,340 millions d'habitants en 2013), qui est le principal pôle de développement du pays.
  • TALAS (BATAILLE DU)

    • Écrit par Véronique SCHILTZ
    • 892 mots
    • 1 média

    La bataille du Talas vit s'affronter en 751 au cœur de l'Asie centrale les Chinois et les Arabes qui en furent les vainqueurs. Trop souvent méconnue des chronologies occidentales, elle est pourtant d'une importance considérable, tant par ses conséquences sur le devenir politique du continent...

  • VASSILENKO SERGUEÏ NIKIFOROVITCH (1872-1956)

    • Écrit par Alain FÉRON
    • 688 mots

    Compositeur, chef d'orchestre et pédagogue de premier plan, Sergueï Nikiforovitch Vassilenko (Vasilenko) fut l'une des personnalités les plus influentes de la vie musicale en U.R.S.S. Il a aussi largement contribué au développement de l'école nationale ouzbek de composition.

    Né...

Voir aussi