TURKMÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Turkmènes remontent aux anciens Oghuz, qui, vers le viie siècle, formaient une fédération de vingt-quatre clans établis en Mongolie. Au xe siècle, les Oghuz se fixent entre l'Aral et la Caspienne, où ils s'islamisent. À la fin du xe siècle, une importante fraction suit les Seldjoukides jusqu'en Turquie. À partir de la fin du xe siècle, le mot « Turkmen » apparaît chez les auteurs arabes pour désigner les Oghuz restés en Asie centrale.

Histoire

Au xviiie siècle et au début du xixe, les Turkmènes sont encore principalement éleveurs et en lutte contre les seigneurs uzbeks des oasis de Khiva, de Merv et de Boukhara. Les différents groupes turkmènes sont eux-mêmes en rivalité constante les uns contre les autres. Khiva et Merv vivent de pillage et de trafic d'esclaves. Des milliers de Persans, d'Afghans et de Russes sont razziés et vendus sur les marchés de Khiva et de Boukhara. Les attaques contre les colons russes fournissent au tsar le prétexte d'une intervention au Turkestan ; en 1839, deux mille esclaves russes sont libérés à Khiva ; mais les premières campagnes se soldent par un désastre, faute d'une connaissance suffisante du terrain. En 1873, Khiva, dont la citadelle avait été abandonnée par le khan uzbek, est prise ; seuls les Turkmènes poursuivent la résistance. En 1880 est entreprise la construction du chemin de fer transcaspien, dont le dessein essentiellement politique est de prendre possession du Turkestan avant les Anglais présents en Inde. En 1881, les Russes s'emparent du camp retranché de Geok Tepe, près de l'actuelle Achkhabad ; les Tekke sont massacrés. Trois ans plus tard, Merv fait sa reddition et est rattachée au gouverneur général du Turkestan en 1898.

L'influence russe est établie définitivement. L'émir de Boukhara, qui seul reste semi-indépendant, est placé à partir de 1885 sous le contrôle d'un agent politique russe disposant de pouvoirs étendus.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TURKMÈNES  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La mosaïque ethnique »  : […] Si l'Afghanistan est étymologiquement le « pays des Afghans », c'est-à-dire des Pashtouns, il est en réalité une mosaïque de peuples divers dont l'unification politique n'a jamais été vraiment réalisée et qui occupent presque tous des aires géographiques chevauchant les frontières du pays, ce qui a toujours compliqué les relations de celui-ci avec ses voisins. Les ethnies parlant l'une des lang […] Lire la suite

ĀQĀ MOHAMMAD KHĀN ou AGHĀ MUḤAMMAD KHĀN (1742?-1797) shāh de Perse (1796-1797)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 089 mots

Réunificateur de la Perse après la désagrégation de l'empire de Nāder Shāh (1736-1747) et la période troublée de luttes pour la succession de Karim Khān Zand (1750-1779), Āqā Mohammad Khān est le fondateur de la dynastie des Qādjār (1794-1925) sous laquelle la Perse subit des changements profonds ; d'une monarchie orientale médiévale, elle se transforma en une monarchie constitutionnelle ayant les […] Lire la suite

CILICIE

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 479 mots

Nom antique d'une province du sud-est de l'Asie Mineure, centrée sur la plaine de Cilicie (en turc Çukur Ova, « la plaine creuse ») et son cadre montagneux. Celui-ci comporte deux éléments bien distincts : au nord, un fragment des hautes chaînes du Taurus (Ala daǧ, 3 734 m ; Bolkar daǧ, 3 585 m) que traversent difficilement les défilés des « portes de Cilicie », grande route traditionnelle reliant […] Lire la suite

DANICHMENDIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 656 mots

Tribu turcomane, les Danichmendides ont établi leur autorité sur l'Asie Mineure centre-orientale durant un siècle, de 1080 à 1180 environ. Leur fondateur et éponyme, l'émir Malik Danichmend, apparaît en Cappadoce vers 1080-1085 ; il a été mêlé aux événements dus au passage de la Première Croisade en Asie Mineure, mais dans l'ensemble sa biographie est mal connue ; elle a été l'objet de récits et d […] Lire la suite

DYNASTIE DES QADJAR

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 230 mots

L'accession au trône d'Aghā Muhammad khān marque l'avènement d'une dynastie qui va voir la Perse entrer dans la modernité. Ce chef de la tribu turkmène des Qadjar a conquis le pouvoir en s'appuyant sur des clans arabes et kurdes épars et sur les tribus de sa région d'origine, le Mazandéran. Après s'être emparé du nord et du centre du royaume et avoir choisi, en 1786, Téhéran pour capitale, Aghā Mu […] Lire la suite

GORGĀN ou GURGĀN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 301 mots

Ancienne Hyrcanie (littéralement : pays des loups) actuellement rattachée à la province iranienne du Mazandéran (ou Māzandarān), le Gorgān (Djurdjān chez les géographes arabes), région autrefois prospère, a terriblement souffert des invasions turkmènes qui pouvaient nomadiser dans les steppes toutes proches des pays de l'Atrāk. Le toponyme Gorgān fut donné sous Rezā Shāh au chef-lieu (l'ancienne A […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Un pays arabe et musulman où subsistent des minorités ethniques et religieuses »  : […] L'Irak est un pays majoritairement arabe et musulman, où des milieux de vie spécifiques, d'accès difficile, marais au sud et isolats montagnards au nord, ont favorisé la survivance de particularismes religieux, statistiquement très minoritaires. On estime qu'il y aurait en Irak 60 p. 100 d'Arabes shiites, 20 p. 100 d'Arabes sunnites, 17 p. 100 de Kurdes sunnites. Les 3 p. 100 restants regroupent […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 448 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le reste du monde musulman »  : […] Cependant, l'Empire ottoman ne saurait faire oublier le reste du monde musulman. En Anatolie orientale et en Iran occidental, à Tamerlan et à ses descendants immédiats ont succédé des dynasties turcomanes, tantôt sunnites, tantôt shī‘ites ; les tenants du shī‘isme l'emportent finalement avec la dynastie séfévide qui, en Iran, a réussi a constituer un État fort face aux Ottomans sunnites et a tent […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Colonisation et peuples musulmans »  : […] Dans la théorie politique de l'U.R.S.S., un certain nombre de groupements non slaves, qui avaient été progressivement inclus dans l'Empire russe entre le xvi e et le xix e  siècle et qui étaient catalogués comme peuples musulmans sous l'ancien régime, détenaient, depuis le courant des années 1920 et 1930, le label de « nations » et de « nationalités » et occupaient des territoires qui leur étaien […] Lire la suite

ISMĀ‘ĪL Ier (1487-1524) shāh séfévide de Perse (1501-1524)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 269 mots

Fondateur de la dynastie séfévide, Shāh Esmā'il I er (Ismā‘īl) régna de 1501 à 1524. Réunificateur de l'entité iranienne, il évita que ne se concrétise la menace des Ottomans d'absorber l'Iran dans leur vaste empire. C'est pourquoi certains historiens considèrent l'État qu'il créa comme un véritable « État national » renouant pour la première fois depuis la conquête arabe du vii e siècle avec le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard DUPAIGNE, « TURKMÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/turkmenes/