GOBI DÉSERT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les géographes européens ont souvent désigné sommairement sous le nom de désert de Gobi une vaste région semi-désertique d'Asie centrale, qui s'étend en Mongolie et en Chine. Le terme mongol gobi désigne de larges bassins fermés, à fond surtout caillouteux, qui abondent dans ces régions. Les massifs dunaires et les étendues sablonneuses y sont dans l'ensemble limités. Le Gobi s'étend au nord jusqu'aux monts de l'Altaï et du Khangai, à l'est vers le massif du Grand Khingan, au sud vers les massifs du A'erjin Shan, du Beishan et du Yinshan, et à l'ouest par les montagnes du Tianshan. Il décrit ainsi un grand arc de cercle de 1 600 kilomètres de longueur et de 500 à 1 000 kilomètres de largeur, soit une superficie estimée à 1 300 000 kilomètres carrés.

Caractéristiques physiques

Géographie physique

Le Gobi comprend le Gobi-Altaï, le Gobi dzoungare et le Gobi transaltaïque à l'ouest, le Gobi est-mongol dans le centre et l'est, ainsi que le désert d'Alashan dans le sud.

Le Gobi-Altaï est délimité par le piémont du Tianshan à l'ouest et les montagnes du Beishan au sud. Il s'élève parfois à plus de 1 500 mètres d'altitude. Sa surface est légèrement ondulée, et forme de vastes couloirs labyrinthiques séparés par des collines plates et des crêtes rocheuses qui affleurent parfois à 90 mètres au-dessus de la plaine. Le désert, rocheux et aride, présente quelques marais salés dans des cuvettes isolées ; le sol gris-brun, bordant les dépressions, contient souvent du gypse. La végétation, rare, est un peu plus abondante dans le lit des rivières, où l'on trouve quelques arbustes (Tamarix, Haloxylon ammodendron), des salicornes et des halophytes annuels.

La partie orientale du Gobi transaltaïque se situe entre le piémont de l'Altaï mongol au nord, celui du Gobi-Altaï à l'est et les montagnes du Beishan au sud. Il consiste en une plaine élevée et accidentée, qui dessine par endroits des collines basses et arrondies. Une chaîne relativement grande de montagnes nues, accidentées par des ravines asséchées, s'avance sur près de 10 kilomètres dans la plaine. La partie occidentale du Gobi transaltaïque est elle aussi essentiellement constituée d'une plaine, parsemée de petites élévations et sillonnée par des lits de rivières asséchées et de vastes marais salés. Dans le centre, cette fragmentation s'accroît, avec l'apparition de mesa (collines aux pentes abruptes et au sommet plat) et de ravines asséchées se terminant dans des cuvettes plates, occupées par des takyr (régions argileuses). Le Gobi transaltaïque est aride, avec des précipitations annuelles inférieures à 100 millimètres. Malgré la présence de nappes souterraines, il n'existe presque aucun puits ni aucune source. La végétation, très clairsemée, ne peut pas nourrir du bétail.

Le Gobi dzoungare se trouve au nord du Gobi-Altaï, entre le piémont oriental de l'Altaï mongol et la limite orientale du Tianshan. Très semblable au Gobi transaltaïque, il est émaillé à la périphérie de ravines, alternant avec des collines résiduelles et des crêtes montagneuses peu élevées.

Le désert d'Alashan se trouve entre la frontière sino-mongole au nord, le Huanghe et les montagnes du Helan à l'est, les montagnes du Qilian au sud et la rive nord de la Heihe à l'ouest. Il consiste en une vaste plaine pratiquement nue, en grande partie recouverte de sable, qui s'élève en altitude du nord-ouest au sud-est.

Le Gobi est-mongol ressemble aux régions occidentales, avec une altitude variant entre 700 et 1 500 mètres. Il reçoit légèrement plus de précipitations, jusqu'à 200 millimètres par an. Il n'est en revanche traversé par aucune rivière, ou presque. Les eaux souterraines sont relativement abondantes et partiellement minéralisées. Proches de la surface, elles alimentent de petits lacs et des sources. La végétation, clairsemée, comprend surtout des armoises, qui poussent sur un sol gris-brun de texture grossière. Les cuvettes humides abritent des marais salés où poussent des graminées. Dans les régions périphériques du nord et de l'est, où les précipitations sont plus abondantes, le paysage désertique s'adoucit, laissant parfois place à des steppes.

Géologie et climat

Les diverses plaines calcaires du Gobi datent pour la plupart du Cé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GOBI DÉSERT DE  » est également traité dans :

KHALKHA

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 523 mots

Ethnie principale de la République mongole (qui s'est appelée successivement Mongolie-Extérieure puis république populaire de Mongolie), les Khalkha (ou Qalq-a, ou Xalx) étaient estimés à 1 777 730 en 1993, ce qui représente 78,8 p. 100 de la population totale du pays (2 256 000 hab.). Ils appartiennent au groupe ethno-linguistique des Mongols orientaux. La mise en place de cette ethnie au nord d […] Lire la suite

MONGOLIE, République mongole

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Marie-Dominique EVEN
  •  • 7 774 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Cadre naturel »  : […] La République mongole (ancienne République populaire de Mongolie, ou R.P.M.) et la Région autonome de Mongolie-Intérieure (R.A.M.I.) appartiennent à un même ensemble tectonique : une pénéplaine usée qu'un soulèvement au Pliocène (fin du Tertiaire) ou au Pléistocène (début du Quaternaire) a portée à une altitude élevée, tout en provoquant un rajeunissement de l'érosion. Ainsi, en Mongolie, le nive […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy S. ALITTO, Mikhail Platonovich PETROV, « GOBI DÉSERT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/desert-de-gobi/