BICHKEK, anc. FROUNZE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Kirghizstan : carte administrative

Kirghizstan : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bichkek

Bichkek
Crédits : Gallo Images/ Getty

photographie


Bichkek, dénommée Frounze de 1926 à 1990, est la capitale du Kirghizstan, pays d'Asie centrale indépendant depuis 1991. Implantée sur le piémont septentrional du Tianshan (chaîne de l'Alatau kirghize) entre 700 et 900 mètres, dans l'oasis drainée par le Tchou, la ville est localisée à proximité de la frontière avec le Kazakhstan, ce qui lui confère une situation périphérique à l'échelle de la république. Bichkek est de fondation récente, les autorités tsaristes ayant donné à cette ancienne forteresse du Khanat de Kokand, alors dénommée Pichpek, le statut de ville en 1878. Ce centre administratif a accédé à la fonction de capitale en 1936, quand le pouvoir soviétique a fait du territoire national kirghize, délimité en 1924, une république socialiste soviétique. Dès lors, la concentration des pouvoirs et des investissements a déterminé une croissance démographique rapide : la population est passée de 37 000 habitants en 1926 à 220 000 habitants en 1959, puis à 619 000 habitants en 1989, date à laquelle les Russes représentaient 55 p. 100 des habitants de la capitale. En 2009, Bichkek comptait officiellement 865 100 habitants, mais les estimations font état d'une population dépassant 1 million d'habitants, car la ville polarise les migrations intérieures. L'essor de Bichkek s'est fait selon une trame orthogonale, à partir du centre où sont situés les principaux lieux du pouvoir (présidence, ministères, Assemblée nationale). En périphérie, à côté des quartiers de maisons individuelles, une grande partie de la population réside dans les grands ensembles construits pendant la période soviétique (mikroraïon). Après 1991, l'ouverture du Kirghizstan a permis l'intégration de Bichkek dans les échanges aériens internationaux, mais la crise postsoviétique a provoqué la fermeture de nombreuses usines et a incité les populations russes et allemandes à émigrer. L'adoption des principes de l'économie de marché transforme également la ville. Des investisseurs privés conduisent des o [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en géographie, chargé de recherche au C.N.R.S., membre de l'U.M.R. 7528 Monde iranien et indien (C.N.R.S., Sorbonne nouvelle, EPHE, INALCO)

Classification


Autres références

«  BICHKEK, anc. FROUNZE  » est également traité dans :

KIRGHIZSTAN

  • Écrit par 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 515 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Construction nationale et intégration internationale »  : […] satisfaisante à travers les hauts cols du Tianshan. Plus largement, alors que les frontières connaissent une perméabilité réduite qui incite à des reports internes de mobilité, Bichkek acquiert un rôle majeur et inédit dans l'organisation territoriale kirghizstanaise, en tant que capitale politique et économique polarisant les migrations internes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kirghizstan/#i_43163

Pour citer l’article

Julien THOREZ, « BICHKEK, anc. FROUNZE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bichkek-frounze/