THÉORIE DE LA JUSTICE, John RawlsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En écrivant Théorie de la Justice en 1971, John Rawls (1921-2002) entend porter « à un plus haut niveau d'abstraction la théorie bien connue du contrat social ». C'est d'abord pour lutter contre l'utilitarisme, alors dominant, que Rawls ressuscite le contractualisme. Mais, par rapport aux œuvres de ses illustres prédécesseurs comme John Locke, Jean-Jacques Rousseau ou Emmanuel Kant, la théorie rawlsienne est marquée d'une triple originalité. D'abord, l'objet du contrat est moins de fonder la souveraineté politique que les principes de justice d'une « société bien ordonnée ». Ensuite, le consentement des contractants y est compris, à la manière des économistes, comme le fruit d'un choix rationnel. Enfin, Rawls ne rompt pas complètement avec la tradition anglo-saxonne : toute la Théorie de la justice est ainsi la quête d'un « équilibre réfléchi » entre des principes fondés en raison et notre sens intuitif de la justice.

John Rawls

John Rawls

Photographie

Dans sa Théorie de la justice, John Rawls s'est efforcé de formuler les principes que devrait aborder toute société bien ordonnée. 

Crédits : Harvard University News office

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  THÉORIE DE LA JUSTICE, John Rawls  » est également traité dans :

CONSCIENCE MORALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 1 163 mots

La faculté de formuler des jugements sur la valeur morale des actions humaines, ou conscience morale, a fait l’objet de développements importants en psychologie, notamment depuis la parution en 1932 de l’ouvrage Le Jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget. Au moyen de protocoles d’observation, d’entretiens et de brèves histoires soumises à l’évaluation de ses jeunes part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conscience-morale/#i_36425

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Les droits naturels »  : […] Certains penseurs contestent le fait que le critère du bien-être (ou du bonheur) de la collectivité soit le bon critère pour décider des mesures à mettre en œuvre. Ils pensent qu'il existe un critère supérieur, celui de certains droits, considérés comme naturels ou inaliénables − droit à la vie, droit de propriété, par exemple − dont le respect passe avant le bien-être collectif, dans le cas où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/#i_36425

RAWLS JOHN (1921-2002)

  • Écrit par 
  • Catherine AUDARD
  •  • 862 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie de la justice »  : […] Le défi normatif que relève Rawls avec son monumental ouvrage Théorie de la justice (1971), est de découvrir les principes de justice que devrait adopter toute société « juste » ou « bien ordonnée », la question institutionnelle venant ensuite. Dans cette quête, l'influence décisive va être celle de l'économie du bien-être ou économie normative ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-rawls/#i_36425

Voir aussi

Pour citer l’article

Samuel FEREY, « THÉORIE DE LA JUSTICE, John Rawls - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-justice/