Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LIBERTÉ DE CONSCIENCE

La notion de liberté de conscience est particulièrement délicate à appréhender, en raison de son épaisseur sémantique, historique et géographique. Mettant en jeu deux concepts complexes, et déjà âprement controversés au cours des siècles, la liberté et la conscience, sa définition a fait l'objet de multiples débats qui ne sont pas épuisés encore aujourd'hui. Elle entretient par ailleurs des liens étroits avec les notions voisines de liberté de religion, de liberté d'opinion, de liberté de culte et de tolérance, avec lesquelles elle a été parfois confondue. En raison de l'importance actuelle et des enjeux historiques, idéologiques et théologiques attachés à cette notion, il importe de retracer les étapes de sa construction au cours de l'histoire du monde occidental dans lequel elle s'est d'abord développée.

Ce qu'est – et ce que n'est pas – la liberté de conscience

Si l'on admet que la liberté est le droit que possède l'homme d'agir selon son gré et non sous la pression d'une contrainte extérieure et que la conscience se définit comme le sentiment que l'homme a de lui-même ou de son existence, la liberté de conscience pourrait alors se caractériser par la faculté laissée à chacun d'adopter librement les doctrines religieuses ou philosophiques qu'il juge bonnes, et d'agir en conséquence de ce choix. C'est cette acception qui a été retenue dans l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948, qui affirme : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. » Comme on peut le voir, les différentes notions énumérées dans cet article ne sont pas clairement différenciées, ce qui témoigne d'un certain embarras de l'énonciateur, ou tout au moins d'une volonté de préserver l'universalité de ce droit de l'être humain en essayant de ne pas entrer dans une controverse qui pourrait peut-être contribuer à le restreindre.

La liberté de conscience est, tout d'abord, une liberté individuelle en ce sens qu'elle est un droit pour tout citoyen de ne pas être privé de sa liberté, sauf dans les cas et selon les formes prévus par la loi. Mais la liberté de conscience est aussi une liberté morale qui fait de la moralité la condition essentielle de l'expression de cette liberté.

Il faut d'abord lever un premier malentendu. La liberté de conscience, en tant qu'expression personnelle et intime de la conscience morale et religieuse, n'a jamais été combattue en tant que telle à aucune époque de l'histoire. Que ce soit dans la Bible, dans les Évangiles, dans les enseignements philosophiques grecs ou dans le droit romain, la liberté intime (c'est-à-dire secrète) de la conscience humaine a toujours été promue comme le premier signe de l'humanité de l'homme en opposition au monde animal. Ce qui a posé très souvent problème, en revanche, c'est la possibilité de l'expression publique de cette conscience dans une société religieuse ou politique donnée. Quand la liberté de conscience a paru être déniée, c'est plutôt ce que nous appelons la liberté de culte (pratiquer publiquement sa religion) qui était visée. Et le combat millénaire pour la « liberté de conscience » est, en fait, celui qui est mené pour la liberté de religion comprise comme étant la conjonction parfaite de deux libertés complémentaires : de conscience (les convictions) et de culte (la pratique).

Plus récemment, la notion de liberté de pensée a contribué à préciser,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'École pratique des hautes études (Sorbonne)

Classification

Pour citer cet article

Valentine ZUBER. LIBERTÉ DE CONSCIENCE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • EUROPE - Diversité religieuse

    • Écrit par et
    • 11 341 mots
    Si l'on regarde du côté des principes et des droits fondamentaux, les articles consacrés à la liberté de conscience et de religion sont d'une facture très classique. Le texte de la Charte énonce, à l'article 10, que « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce...
  • LAÏCITÉ, notion de

    • Écrit par
    • 1 321 mots
    ...française : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses » (c'est-à-dire, à cette époque, hétérodoxes, voire athéistes). Désormais, la liberté de conscience n'est plus seulement reconnue à chacun dans sa vie privée, mais à tous comme une liberté publique, sous la seule réserve de ne pas...